Le coroner Yvon Garneau remet son rapport sur le décès d’Yvan Goineau survenu le 9 janvier 2017

Le coroner Yvon Garneau remet son rapport sur le décès d’Yvan Goineau survenu le 9 janvier 2017
© Photos de ce reportage : Éric Beaupré.

Drummondville – La somnolence au volant expliquerait l’accident d’Yvan Goineau, 63 ans, décédé dans une collision frontale le 9 janvier 2017, selon le rapport du coroner Yvon Garneau.

 

Le rapport du coroner Yvon Garneau rendu public exclut le cellulaire au volant et le geste volontaire mais, il précise la somnolence comme contributif aux causes de l’accident

Yvan Goineau agé de 63 ans, est donc décédé des suites d’un polytraumatisme subi lors de la collision entre son Aveo et le fardier, vraisemblablement après vécu un épisode de somnolence au volant.

Le Vingt55 a obtenu copie du rapport du coroner Yvon Garneau, rapport qui rappelle les circonstances de l’accident survenu en janvier le 9 janvier 2017 alors la petite voiture conduite par Yvan Goineau circulait sur la route 239 avant de s’engager progressivement dans la voix inverse pour se retrouver face à face avec un poids lourd.

Malgré une manœuvre d’évitement du conducteur du poids lourd, ce dernier n’a pas été en mesure d’éviter la violente collision.

La violence de l’impact n’a laissé aucune chance au sexagénaire, alors que son véhicule a été projeté dans un fossé à plusieurs mètres de distance de l’impact.

Les pompiers du Service des incendies de Saint-Germain-de-Grantham ont du extirper la victime à l’aide des pinces de désincarcération.

Examen externe autopsie et analyse toxicologique 

L’autopsie pratiquée le 11 janvier n’a révélé aucune consommation d’alcool, drogues, malaises ou problèmes de santé connus, qui auraient pu être contributifs à l’accident. Seul un médicament thérapeutique ressort du rapport du coroner.

L’analyse soulevée par le coroner Garneau indique la somnolence comme cause. La victime ne présentait aucun problème de santé majeur, sinon la présence d’un seul médicament d’ordonnance : le Trazadone 100 mg.

« Ce dernier présente, comme effets secondaires, la somnolence. Le sédatif pourrait donc avoir contribué à l’accident. », selon le rapport du coroner.

Le triste sort et le destin auront voulu que l’homme de 63 ans décède le jour de son anniversaire de naissance.

Éric Beaupré
Éric Beaupré
PHOTOREPORTER
PROFIL

Les derniers articles

Populaire en ce moment