Un Drummondvillois de 71 ans, Simon Lafond, doit la vie à son frère aîné Jean-Claude Lafond

Un Drummondvillois de 71 ans, Simon Lafond, doit la vie à son frère aîné Jean-Claude Lafond
© Photo Éric Beaupré | Photo dans le bureau du député de Johnson André Lamontagne avec Jean-Claude Lafond qui reçoit le certificat, André Lamontagne et Simon Lafond, entourés de la famille.

DRUMMONDVILLE

Le député André Lamontagne a souligné ce jeudi 9 août à Drummondville, Jean-Claude Lafond, avec les grands honneurs, le geste qui a fait la différence entre la vie et la mort pour son frère, le Drummondvillois Simon Lafond. L’événement s’est déroulé le 11 juin à Sainte-Émilie-de-l’Énergie dans Lanaudière, lors d’une partie de pêche.

Jean-Claude Lafond, entouré de sa famille, a reçu des mains du député de Johnson, André Lamontagne, un certificat honorifique de l’Assemblée nationale du Québec pour un geste important. Il a sauvé une vie.

Les émotions étaient palpables alors Jean-Claude Lafond recevait la distinction pour les gestes, les initiatives et la présence d’esprit dont il a fait preuve le 11 juin et permettant à son frère Simon d’être secouru d’une mort certaine. Ce dernier était victime d’un infarctus à 3 kilomètres dans le bois, lors d’une partie de pêche entre amis.

Un geste et une présence d’esprit civique qui méritent d’être soulignés

«C’est un geste qui mérite d’être souligné» a rappelé André Lamontagne en remettant le certificat et la médaille à Jean-Claude Lafond devant les membres de sa famille.

«C’est un geste civique et une initiative qui ont fait la différence dans la vie d’un père de famille, pour son épouse Nicole et ses deux enfants Jean-François et Mélanie» a rappelé André Lamontagne lors de la cérémonie dans son bureau.

Une situation qui s’aggrave rapidement pour le Drummondvillois

«Il était 10h15 du matin. Nous revenions vers le rivage où est situé le chalet après une pêche fructueuse» explique Simon Lafond, qui aujourd’hui est bien conscient que la présence d’esprit de son frère lui permet d’être en vie.

«Rendu sur le rivage, j’ai eu des chaleurs et des tremblements. Je croyais à une simple indigestion comme j’ai l’habitude d’en faire. Nous sommes retournés au véhicule où j’ai eu une faiblesse, se souvient-il. Mes deux autres frères et deux amis étaient toujours sur le lac. Nous étions à 500 mètres du chalet. Alors mon frère m’y a dirigé où je me suis couché. Jean-Claude a eu un doute quand à la nature de mon malaise, à plus de 3 kilomètres dans le bois et sans lien cellulaire. Alors il a pris sur lui de ne pas me laisser seul et de vouloir demander de l’aide, suspectant rapidement une situation et un malaise plus grave.» poursuit-il

«Une fois les autres revenus, mon état s’est aggravé et je suis devenu gris et bleu, le froid m’a gagné soudainement. Jean Claude qui ne m’avait pas laissé seul dans ma chambre a sauté dans le véhicule pour se rendre au poste d’enregistrement du lac où le seul téléphone fonctionnel se trouvait, afin de demander une ambulance.»

«Il m’aurait probablement retrouvé sans vie dans le lit s’il m’avait écouté. Heureusement, il a écouté son instinct fraternel. Je n’étais pas victime d’une indigestion, mais d’un infarctus. Loin dans le bois, les 20 minutes ont paru une éternité pour mes frères et amis.»

Ces derniers voyaient la situation et l’état de santé de Simon se dégrader rapidement le temps que les ambulanciers ne se rendent à leur emplacement.

Pris en charge par les paramédics

C’est un homme victime d’un infarctus sévère que les paramédics ont pris en charge et conduit rapidement à l’hôpital de Joliette où l’équipe de cardio a stabilisé Simon Lafond, avant de le transférer vers l’Institut de cardiologie de Montréal en urgence.

Des honneurs et remerciements grandement mérités

Simon Lafond tenait également à remercier non seulement son frère à qui il doit la vie, mais il avait également de bons mots et remerciements envers les ambulanciers et le personnel de l’hôpital de Joliette et les médecins de l’Institut de Cardiologie de Montréal.

«Je suis très reconnaissant envers mon épouse Nicole et mes deux enfants Jean-François et Mélanie et nos voisins et Dominique et Mario de leur précieuse aide et soutient durant ma convalescence» a conclu avec émotions le Drummondvillois Simon Lafond.

Vous avez une nouvelle d’intérêt à partager ?


Si vous connaissez des hommes ou des femmes, des gens d’affaires de votre communauté, de votre quartier, qui méritent que l’on parle d’eux, faites-le nous savoir en nous faisant parvenir un texte avec les coordonnées des personnes concernées à nouvelles@vingt55.com  ou appelez la salle de nouvelles au 819 870-2930 poste 2 entre 9 h et 16 h.


 © VINGT55, MÉDIA WEB, CENTRE-DU-QUÉBEC


Éric Beaupré
Éric Beaupré
PHOTOREPORTER
PROFIL

Les derniers articles

Populaire en ce moment