L’incendie de la rue Cartier a fait une victime

L’incendie de la rue Cartier a fait une victime
Un homme de 26 ans, Emmanuel Gamache, a été retrouvé dans les décombres de l'immeuble de la rue Cartier à Drummondville.Crédit photo : Éric Beaupré

DRUMMONDVILLE – Le jeune homme de 27 ans, Emmanuel Gamache, gravement incommodé par la fumée, lors de l’incendie du mercredi 27 septembre sur la rue Cartier à Drummondville,  a rendu l’âme.

Le coroner Jean-Marc Picard de Québec a confirmé la mort cérébrale du jeune homme à 14h21 le jeudi 28 septembre à l’Hôpital de l’Enfant-Jésus (CHA) de Québec. Toutefois, Gamache est pour le moment maintenu artificiellement en vie, afin de préserver les organes pour l’organisme Transplant Québec.

La victime a inhalé une importante quantité de fumée, nous confirme le coroner, ce qui a causé des lésions importantes et permanentes menant à son décès.

Plusieurs personnes touchées

L’incendie s’est déclaré dans le logement du 226, rue Cartier vers 4h du matin. Une résidente du duplex, Chantal Tremblay, a alerté tous les occupants qui ont réussi, pour la plupart, à évacuer leur logement à temps.

Maude Bouchard, qui hébergeait la victime, avait réussi à échappé au brasier grâce à cette intervention. Toutefois, cette dernière s’est infligée des brûlures aux mains lors de sa sortie en catastrophe.

À l’arrivé des pompiers, le feu faisait rage et ceux-ci ont été informés qu’un occupant se trouvait toujours à l’intérieur de l’appartement en flamme. Munis d’appareils respirateurs, les sapeurs ont pénétré dans le logement enflammé pour y localiser le jeune locataire.

Emmanuel Gamache était inanimé, les sapeurs l’ont évacué du braiser. Pris en charge par l’équipe des paramédics, il a été conduit au Centre hospitalier de Sainte-Croix de Drummondville, pour être transféré à Québec.

Selon les premières informations, l’incendie a débuté dans le salon du logement qui était situé au rez-de-chaussée. Les flammes se sont rapidement propagées au reste du bâtiment. La thèse de l’incendie électrique causé par un système d’air climatisé est privilège pour le moment par les enquêteurs.

Même si aucun élément suspect ne permet de croire qu’il s’assagisse d’un incendie criminel ou suspect, les policiers et enquêteurs des crimes majeurs de la Sûreté du Québec assisté des techniciens en scène d’incendie, ont étudié les lieux du brasier une bonne partie de la journée de mercredi afin de confirmer la cause exacte du sinistre.

Éric Beaupré
Éric Beaupré
PHOTOREPORTER
PROFIL

Les derniers articles

Populaire en ce moment