Un enfant de 10 ans sauvé de la noyade par une sauveteuse nautique du Centre Camil-Lauzière

Un enfant de 10 ans sauvé de la noyade par une sauveteuse nautique du Centre Camil-Lauzière
© Photo Éric Beaupré. | Les autres sauveteurs présents, Maude Belval, Laura Turcotte-Bourgeois, Ann-Sophie Picard et Nicolas Breton ont rapidement porté assistance à Marianne.

 © Photo Éric Beaupré. | Marianne Boucher était sauveteuse en poste au moment de l’événement. Elle a, parmi une  cinquantaine de baigneurs, décelé le corps inanimé de l’enfant de 10 ans au fond de la piscine.

DRUMMONDVILLE

Marianne Boucher, âgée de 17 ans, est sauveteuse aquatique de la piscine Saint-Joseph, au Centre Camil-Lauzière. Le samedi 21 juillet à 15 h 30, dans le cadre de ses fonctions de sauveteuse, elle a fait assurément la différence pour un garçon de 10 ans, alors que celui-ci s’est noyé, après avoir échappé quelques secondes à la vigilance de son père.

 © Photo Éric Beaupré. | La piscine Saint-Joseph, au Centre Camil-Lauzière, à Drummondville.

L’enfant a profité d’un court moment d’inattention, où le père était au vestiaire avec lui et sa jeune sœur de 6 ans, pour leur fausser compagnie et se diriger seul vers la piscine afin de s’y rafraîchir.

Retrouvé inanimé dans la partie profonde de la piscine

Il aura fallu que quelques secondes pour que l’enfant se retrouve au fond de la piscine inerte.

Marianne Boucher était sauveteuse en poste. Elle a, parmi une  cinquantaine de baigneurs, décelé le corps inanimé de l’enfant au fond de la partie profonde de 3,8 mètres de la piscine, près des tremplins.

Intervention rapide et efficace de la sauveteuse de 17 ans

De sa chaise de vigie où elle était en poste, Marianne Boucher a sauté à l’eau pour remonter à la surface le corps inanimé du jeune enfant.

Cette dernière, entourée des trois autres sauveteurs en place, a débuté les manœuvres de réanimation, alors que l’enfant ne respirait plus.

Travail d’équipe

Les autres sauveteurs présents, Maude Belval, Laura Turcotte-Bourgeois, Ann-Sophie Picard et Nicolas Breton, ont rapidement porté assistance en évacuant la piscine et ont pris en charge les baigneurs, en plus de porter assistance lors des manœuvres de réanimation prodiguées par mademoiselle Boucher, qui avait sorti l’enfant de l’eau.

Tout se joue rapidement en quelques secondes

Ann-Sophie Picard, sauveteuse également présente, explique qu’il aura fallu trois cycles de manoeuvre de compression et de ventilation sur le corps de l’enfant pour le voir revenir à lui.

«Nous avons poussé un grand soupir de soulagement et continué nos manœuvres, le temps que les ambulanciers arrivent sur place et prennent en charge l’enfant.» explique mademoiselle Picard qui a agit comme sauveteuse  lors de l’intervention.

Le jeune garçon hors de danger

L’enfant a été conduit à l’Hôpital  Sainte-Croix de Drummondville où il a reçu les traitements et les soins appropriés par l’équipe médicale de Drummondville.

Grâce à l’intervention rapide et efface de la jeune sauveteuse et ses acolytes, cela aura assurément fait la différence pour ce jeune garçon.

Semaine de la Semaine nationale de prévention de la noyade

«Cet événement nous rappelle l’importance de la Semaine nationale de la prévention de la noyade qui avait justement lieu du 15 au 21 juillet.» précise Lucie Roy, directrice générale chez Réseau aquatique Drummondville.

Contacter par le Vingt55, Mme Roy rappelle l’importance du travail des sauveteurs et sauveteuses. «Nous pouvons heureusement parler d’un événement qui finit bien ici.» C’est un rappel important.

«Le travail des sauveteurs et sauveteuses est, bien sûr, de surveiller les baigneurs, mais une partie importante de leur formation est principalement de déceler une noyade.  Ils acquièrent aussi les compétences pour intervenir rapidement et efficacement auprès d’une victime.»

CITATION

Lucie Roy, directrice générale du Réseau aquatique Drummondville

«

Ici, nous pouvons effectivement souligner la rapidité d’intervention et le travail bien accompli par l’équipe de sauveteurs présents sur place au moment de l’incident.

»

Fiers de leur intervention

Les membres de l’équipe de sauveteurs et sauveteuses présents samedi dernier et rencontrés par le Vingt55, répondaient modestement «qu’ils ont fait leur travail et qu’ils étaient heureux que leurs actions et les interventions effectuées aient ainsi fait la différence pour l’enfant qui aujourd’hui va bien.» ont-ils souligné, alors déjà de retour au travail.

Karine Labonté, du Résau Aquatique Drummond, explique que «Tous les sauveteurs aquatiques des piscines publiques de la MRC de Drummond reçoivent la formation complète de 200 heures et doivent refaire leurs requalifications annuelles, avant de pouvoir occuper l’un des postes de sauveteurs et sauveteuses aux abords des piscines publiques de Drummondville. La formation complète, autant au niveau des connaissances que les exercices physiques, sont primordiaux pour occuper l’un des postes.»

Une rencontre et retour sur l’événement

Une rencontre est prévue pour les sauveteurs de Drummondville ce vendredi 27 juillet, afin de faire un retour sur les événements et pour se rappeler l’importance du rôle des sauveteurs et sauveteuses aux abord des piscines mais également, pour souligner le travail des sauveteuses  qui ont agi samedi dernier.

Le Vingt55 félicite le travail des personnes impliquées.

 © VINGT55, MÉDIA WEB, CENTRE-DU-QUÉBEC


Éric Beaupré
Éric Beaupré
PHOTOREPORTER
PROFIL

Les derniers articles

Populaire en ce moment