5e Challenger Banque Nationale – Ricardas Berankis, tel un char d’assaut !

5e Challenger Banque Nationale – Ricardas Berankis, tel un char d’assaut !
© Photo Challenger Banque Nationale de Drummondville. Tous les droits réservés.

DRUMMONDVILLE

Autre journée chargée mercredi, au 5e Challenger Banque Nationale de Drummondville, alors qu’une douzaine de matchs, dont huit en simple, ont été présentés sur les courts du Tennis intérieur René-Verrier (TIRV).

Le premier match de la soirée marquait notamment l’entrée en scène de la première tête de série, le Lituanien Ricardas Berankis, classé 95e raquette mondiale. Titulaire d’un laissez-passer au premier tour, il s’est amené sans tambour ni trompette, mais n’a pas fait de quartier à l’Américain Collin Altamirano, classé 297 à l’ATP.

Doté d’un jeu peu flamboyant, mais combien efficace, le bouillant vétéran de 28 ans a régulièrement fait déplacer son adversaire d’un côté à l’autre du terrain, terminant l’action avec de solides coups gagnants. “ Tel un char d’assaut, on sait qu’il s’en vient, on devine son plan de match, mais on n’y peut rien…,” d’analyser Marc-André Blanchard, bénévole aux communications pour le Challenger.

C’est sans doute ainsi qu’Altamirano, 23 ans, s’est senti à l’issue du revers plus qu’honorable de 6-4, 7-5 qu’il a subi aux mains de celui qui, à travers quelques remontrances bien senties à l’endroit de l’arbitre du match, Jessie Green, a tout de même confirmé son statut de favori du Challenger aux 493 spectateurs présents, en une heure et 23 minutes. Berankis sera de nouveau en action jeudi après-midi, alors qu’il affrontera la 15e tête de série, le Japonais Kaichi Uchida.

Dans l’ultime rencontre de la soirée, en double, la paire d’espoirs canadiens composée de Liam Draxl et Taha Baadi, tous deux âgés de 17 ans, avait fort à faire devant le tandem aguerri formé des vétérans Adil Shamasdin, 36 ans, et Scott Clayton, 25 ans, de la Grande-Bretagne. Cette paire, qui totalise plus de 60 titres en double, n’a pas eu trop de difficulté à s’imposer, en des manches de 6-2 et 6-3.

La compétition se corse

Par ailleurs, plus les jours passent, plus la compétition se corse dans cette cinquième édition, comme ce fut le cas, ce mercredi, sur les terrains du TIRV.

Un bel exemple est sans doute la victoire en trois manches du Français Vincent Millot  arrachée à Christian Harrisson, des États-Unis. Millot, sans doute le plus Québécois des tennismen français, a surpris le 12e favori au tableau  et 258e raquette mondiale par des pointages de 6-2, 5-7 et 6-4 au grand plaisir de ses nombreux supporteurs.

Le gaucher s’est quelque peu compliqué la tâche lors du 2e set alors qu’il est venu à une balle près d’en finir au moment où il menait 5-4, mais peu importe. Millot aura comme prochain adversaire le Belge Arthur De Greef qui a disposé de son côté du coriace Américain Ulises Blanch. Établi comme 5e favori à Drummondville, celui qui occupe le 183e rang au classement de l’ATP ne l’a pas eu facile devant Blanch qui a néanmoins baissé pavillon par des scores de 6-7 et de 6-3.

Un autre qui a vendu chèrement sa peau est le Tunisien Skander Mansouri qui a d’abord mérité les honneurs de la première manche (6-2) face au 14e favori, Matteo Viola. Le joueur d’origine italienne et 265e raquette mondiale, est toutefois revenu en force avec deux gains successifs de 6-4.

Pour sa part, le Japonais Kaichi Uchida a eu besoin de trois sets pour passer à la prochaine étape, dans son duel face au tenace Yannick Mertens (7-5, 4-6 et 6-4) de la Belgique.

La 4e tête de série du Challenger drummondvillois, Roberto Quiroz, a pour sa part été fidèle à sa réputation en écartant de sa route l’Américain Evan Song en des manches de 6-4 et 6-3.

Pour sa part, le Néerlandais Jelle Sels ne l’a pas eu facile dans son affrontement face au Danois Mikael Torpegaard, un tennisman que l’on retrouve en 255e position du tableau de l’ATP. Sels s’est de fait incliné par des pointages de 2-6 et 3-6.

L’honneur néerlandais a toutefois été sauvé par son compatriote Gijs Brouwer qui a causé une certaine surprise en éliminant le 7e favori, le Français Maxime Janvier. Le grand gaucher a donné congé à Janvier, 211e raquette au monde, en deux manches identiques de 6-4. S’il veut passer la fin de semaine en sol drummondvillois, Brouwer devra en débattre avec Mikael Torpegard dans un affrontement qui promet.

À l’affiche jeudi…

En plus du duel Berankis / Uchida, 11 autres matchs seront présentés jeudi, alors que, notamment, Jorgen Zopp (3e favori), Arthur De Greef (5) et John-Patrick Smith (8), vainqueur en 2015, fouleront les courts durant la séance de jour.

En soirée sur le court central, le deuxième favori Yannick Maden, de l’Allemagne, fera face à l’Américain Jeffrey-John Wolf. Ce sera suivi du duel en double entre la paire australienne composée de Matt Reid et John-Patrick Smith et le duo formé du Canadien Frank Dancevic et le Roumain Florin Mergea, quatre vétérans qui, pour la plupart, ont participé à plusieurs reprises au Challenger drummondvillois.

PHOTOS:

Accompagnés des “petits As” William Rouleau et Anouk Paquette, l’Américain Collin Altamirano et le Lituanien Ricardas Berankis, 1ère tête de série, prennent la pose avant leur affrontement, dont Berankis est finalement sorti vainqueur. (Photo : Courtoisie, Challenger Banque Nationale de Drummondville – Jean-Samuel Gauthier)

 

Éric Beaupré
Éric Beaupré
PHOTOREPORTER
PROFIL

Les derniers articles

Populaire en ce moment