(VIDÉO) À 33 ans, il est incapable de bouger et doit dormir dans son fauteuil roulant

(VIDÉO) À 33 ans, il est incapable de bouger et doit dormir dans son fauteuil roulant
Daniel Lebel souffre de naissance de la dystrophie musculaire. Il y a un un an, la maladie l'a confiné à un fauteuil roulant en permanence.© Éric Beaupré

Le drummondvillois Daniel Lebel a 33 ans et est atteint de la dystrophie musculaire. Il doit dormir assis dans son fauteuil électrique depuis plus d’une semaine.

 

© Images vidéo : Éric Beaupré ||| Tous droits réservés


Troublant témoignage

À la naissance, il souffrait de la dystrophie musculaire. Cette maladie le confine à un fauteuil roulant en permanence, il y a de cela un an.

«Je suis en attente de pouvoir remplir les conditions pour être éventuellement accepté en HLM explique Daniel. Je demeurais chez une nièce, mais l’endroit était peu adapté pour mes besoins et plusieurs irritants ont fini par me contraindre à quitter cet endroit.


© Éric Beaupré ||| Tous droits réservés


 

Quand la malchance s’acharne

« Mon lit double adapté, de type hospitalier, est brisé depuis plusieurs années à cause d’un moteur défectueux. C’est la télécommande qui a lâché. Le lit qui date d’une quinzaine d’années n’est plus conforme et est peu sécuritaire.  J’arrivais temps bien que mal à m’en accommoder », précise-t-il.

« Obligé de déménager, je suis revenu chez ma mère, le temps qu’une place se libère en HLM, un endroit qui sera assurément plus facile à adapter. La liste d’attente peut être longue de quelques mois à plus d’une année. », selon ce que lui a été mentionné par le regroupement d’habitation. « Cela m’oblige à rester ici dans le petit logement de ma mère, qui a bien sur accepté de m’héberger en attendant. »

« Actuellement, je suis obligé de dormir assis, dans une chaise roulante électrique! Même vouloir m’installer dans mon lit est impossible. Je dois faire avec les moyens du bord, je place mes pieds sur le fauteuil étroit et demeure ainsi assis pour la nuit. » C’est une position très inconfortable dans sa condition physique déjà précaire.

Le jeune homme en quête d’un divan plus pratique se retrouve limité financièrement pour parvenir à l’achat d’un divan, qui coûte entre 300 $ et 1500 $.

« Je pourrais idéalement à tout le moins avoir un divan plus long pour dormir et dans le meilleur des cas, un divan électrique plus large pour plus de commodité et pouvoir y dormir allongé. » espère-t-il.

Le Vingt55 a été témoin de cette urgente nécessité. Nous tentons d’offrir quelques options ou offres qui pourraient permettre une bonne nuit de sommeil au jeune homme désespéré depuis un moment. Toute aide sera la bienvenue.

Éric Beaupré
Éric Beaupré
PHOTOREPORTER
PROFIL

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

Les derniers articles

Populaire en ce moment

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

facebookyoutube-icon