À la portée des sons annonce une année en crescendo

À la portée des sons annonce une année en crescendo
L'école a reçu 145 inscriptions, dont une centaine de mineursCrédit photo : Courtoisie

DRUMMONDVILLE – L’école de musique À la portée des sons a reçu 145 inscriptions à ses différents cours dont près d’une centaine provenant d’élèves âgés de 3 à 17 ans participant aux ateliers d’éveil musical et aux cours privés en piano, violon, guitare, batterie et chant.

Comme chaque année, les élèves sont invités à des classes de maîtres en violon et en piano et à présenter les examens du programme externe du Conservatoire de musique de Trois-Rivières.

Rappelons que l’école à la portée des sons est la seule école de formation spécialisée en musique de la région soutenue par le ministère de la Culture et des Communications et la Ville de Drummondville. En plus, l’école a organisé plusieurs concerts à Noël et à la fin de l’année scolaire qui en tout ont rassemblé près de 400 personnes et permis à une cinquantaine d’élèves de se présenter devant un public.

Afin d’outiller les parents des élèves de 17 ans et moins, l’école a publié cette année un guide pour aider les parents à mieux accompagner et soutenir leurs enfants durant leurs études de musique. Ce petit document, réalisé par Hélène Hénault, professeure de violon, Sylvie Lachapelle, directrice de l’école, avec la collaboration de Johanne Pothier, qui a récemment pris sa retraite comme directrice du Conservatoire de musique de Trois-Rivières, contient des conseils pour motiver la pratique, les récompenses et même la gestion du stress précédant un concert ou un examen.

Les adultes, pour leur part, ont été bien desservis grâce aux cours privés de musique, et aux cours d’ensemble qui se tiennent aux deux semaines sous la direction d’Hélène Hénault.

« Parmi les adultes nous avons des gens qui travaillent et qui voient la musique comme un loisir et un moment de détente, des mamans et des papas des nos élèves qui veulent partager le plaisir de la musique avec leurs enfants, des jeunes retraités ou des gens du troisième âge qui ont attendu longtemps avant de pouvoir réaliser le rêve de jouer un instrument; chacun a un objectif particulier et nous sommes heureux de pouvoir leur offrir un enseignement de qualité adapté à leurs besoins, tout en respectant leurs horaires et rythme d’apprentissage », souligne Amada Aldama, directrice adjointe de l’école.

 

La Rédaction
La Rédaction
CONTRIBUTOR
PROFIL

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

Les derniers articles

Populaire en ce moment

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

facebookyoutube-icon