Accidents, maladies et décès liés au travail en 2018. un constat d’un échec selon la Centrale des syndicats démocratiques (CSD)

Accidents, maladies et décès liés au travail en 2018. un constat d’un échec selon la Centrale des syndicats démocratiques (CSD)
La CSD souhaite des emplois plus sécuritaires

DRUMMONDVILLE

Dans le cadre du Jour commémoratif des personnes décédées ou blessées au travail, la Centrale des syndicats démocratiques (CSD) reçoit avec consternation les données rendues publiques aujourd’hui par la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST). 

En effet, la CSD constate non seulement que l’année 2018 figure parmi les pires années de la décennie en termes de décès liés au travail, mais elle est la plus dévastatrice quant aux accidents de travail et de maladies professionnelles. Depuis 2017, il y a eu une augmentation de près de 5500 accidents de travail et de 1783 maladies professionnelles.

« Ce n’est pas normal ni acceptable de croire que nous en sommes encore là, s’indigne Luc Vachon, président de la CSD. Devant l’étendue des possibilités que nous avons, notre société évolue dans de nombreux domaines, mais inimaginablement, ses travailleuses et ses travailleurs y laissent encore leur santé et trop souvent leur vie. Ce bilan accablant témoigne de l’urgence de revoir le modèle québécois en santé et sécurité au travail pour ramener la prévention au cœur des actions ».

Refonte en profondeur de la Loi sur la santé et la sécurité au travail

En janvier 2019, le ministre du Travail, Jean Boulet, a affirmé vouloir réformer la Loi sur la santé et la sécurité au travail prétendant que le Québec « est nettement en arrière des autres régimes quand on se compare à ce qui se fait ailleurs ». Selon lui, la Loi a grand besoin d’être dépoussiérée.

« Les chiffres démontrent non seulement qu’il faut la dépoussiérer, mais qu’un grand ménage doit être fait. Sans aucun doute, le Québec a un immense travail à faire pour améliorer la prévention en matière de santé et sécurité afin de corriger les causes à la source. Année après année, seulement 15 % du budget total de la CNESST est destiné à la prévention alors que 85 % va en réparation. Le gouvernement doit prendre des mesures fortes et concrètes pour renverser la tendance. Il faut absolument que la refonte de la Loi se consacre à la prévention une fois pour toute. L’objectif, c’est zéro décès », de conclure le président de la CSD.

Une invitation pour les travailleuses et travailleurs qui souhaitent revendiquer des emplois sécuritaire 

Cette fin de semaine, le 28 avril, se tiendra le Jour de deuil. Cette journée est le moment de prendre conscience que personne n’est à l’abri d’un accident. Ayons une pensée pour les personnes décédées ou blessées au travail, parce qu’une vie peut être brisée en un instant …

Le 1er mai, lors de la Fête internationale des travailleuses et des travailleurs, venez marcher à Montréal pour revendiquer des emplois sécuritaires… pour le Québec qu’on veut.

Lien pour l’événement Facebook :https://www.facebook.com/events/2256211631106943/

À propos de la CSD

La CSD regroupe quelque 300 syndicats dans de nombreux secteurs d’activités et elle est l’une des quatre centrales syndicales que compte le Québec. Fondée en 1972, elle se distingue par son approche humaniste, basée sur le respect, la primauté de la personne et la démocratie. La CSD a toujours été partie prenante des grandes batailles livrées en vue d’assurer aux travailleuses et aux travailleurs un milieu de travail sain et sécuritaire. À maintes reprises, elle a, de concert avec les autres organisations syndicales, vigoureusement réclamé que les mécanismes de prévention, prévus dans la loi, s’appliquent à tous les milieux de travail, offrant les mêmes protections à l’ensemble de la main-d’œuvre québécoise.

 

Éric Beaupré
Éric Beaupré
PHOTOREPORTER
PROFIL

Les derniers articles

Populaire en ce moment