Covid-19 : Une situation et évolution qui nécessite maintenant un couvre-feu pour briser la 2e vague qui ne s’essouffle pas

Covid-19 : Une situation et évolution qui nécessite maintenant un couvre-feu pour briser la 2e vague qui ne s’essouffle pas
François Legault et - Christian Dubé, ministre de la Santé et des Services sociaux© Crédit photo Émilie Nadeau. Tous droits réservés.

DRUMMONDVILLE

Le gouvernement se résigne et impose un couvre-feu à partir de samedi aux Québécois en raison de la situation critique et grave qui sévit au Québec. Un pari que fait le gouvernement pour casser la recrudescence de cas de Covid-19 qui touche la province.

Du jamais vu depuis la crise d’octobre, le Gouvernement du Québec impose un couvre-feu et plusieurs nouvelles mesures afin de contrer les foyers d’éclosion et la propagation communautaire du virus alors que les déplacements non essentiels seront interdits après 20 h dès samedi, annonce François Legault.

Les plus récentes données sur l’évolution de la COVID-19, au Québec, font état de 2 641 nouveaux cas pour le 5 janvier, pour un nombre total de 217 999 personnes infectées, une évolution de la pandémie importante, une 2e vague qui ne s’essouffle pas.

« La dernière année n’a pas été facile, mais la bataille n’est pas finie. Comme premier ministre, j’ai d’abord la responsabilité d’assurer la sécurité des Québécois. Je dois prendre des décisions difficiles. Il n’y a pas des milliers de solutions, pas de solutions parfaites. C’est urgent de réduire les contacts entre les Québécois. Ce que je demande à tous les Québécois, c’est de rester chez eux, de sortir de chez eux seulement quand c’est absolument nécessaire » – François Legault, premier ministre du Québec

Des nouvelles mesures importantes et nécessaires pour briser la 2e vague qui ne s’essouffle pas 

Des conséquences de nos impairs ou inconduites des fêtes semblent à l’origine de la montée des cas. Les fêtes ont été propices aux échanges et propagation du virus, a expliqué le premier ministre qui, devant la situation, a imposé les nouvelles mesures permettant toutefois des exceptions qui allègeront la situation mais permettra de mieux contrôler la propagation.

Les commerces, les dépanneurs et les épiceries devront eux fermer leurs portes à partir de 19h30 Les pharmacies, épiceries et ainsi que les stations-services avec dépanneurs pourront dépasser l’heure du couvre-feu. Cependant les commerces jugés non essentiels devront cesser leurs activités.

Les écoles primaires accueilleront comme prévu les élèves le 11 janvier prochain, Les élèves de cinquième année et de sixième année verront une règle s’ajouter soit celle du port d’un masque ou couvre-visage. Pour les travailleurs, la politique de télétravail demeure obligatoire. 

Les élèves du secondaire reprendront leurs cours en classe après une semaine supplémentaire de cours à distance alors qu’ils retourneront en classe le 18 janvier seulement. Les étudiants se verront fournir deux masques de procédure fournis par Québec chaque jour.  Le premier ministre confirme que le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge précisera les modalités de retour en classe lors d’une conférence de presse vendredi. Les élèves pourront par ailleurs accéder aux bibliothèques publiques et ce, à compter du 11 janvier.

Pas de changement pour les restaurateurs qui pourront ainsi continuer d’offrir les plats et repas pour emporter ou en livraison.

Les activités extérieures demeureront accessibles et les centre de skis pour demeurer ouverts pour les activités individuelles ou par bulle familiale.

Les fermetures du secteur manufacturier exclus de l’annonce et du couvre-feu et des fermetures, une situation qui inquiétait les différents secteurs du parc industriel de Drummondville, qui pourront ainsi continuer leurs opérations tout en respectant les mesures déjà en place.

Le MEQ salue le fait que le gouvernement du Québec reconnaisse l’importance du secteur manufacturier dans la relance économique du Québec et considère son impact majeur sur le développement économique régional.

« Comme le disait le premier ministre du Québec en décembre dernier et qu’il a réitéré aujourd’hui, il n’y a à peu près pas d’endroits dans le monde où le manufacturier est fermé. Nos entreprises manufacturières font face à une compétition féroce à l’international, notamment aux États-Unis, où leurs concurrents, eux, continuent d’opérer. En leur permettant de réaliser leurs engagements actuels, le gouvernement tient compte du fait que les besoins en biens et produits sont difficiles à mettre sur pause et qu’il faut préserver la compétitivité du secteur manufacturier québécois », souligne Véronique Proulx.

Des contraventions pour ceux qui ne respecteront pas le couvre-feu

Les policiers pourront émettre des contraventions entre 1000 et 6000$ aux contrevenants qui ne respecteront pas la consigne et le couvre-feu établi entre 20h à 5h.

Une situation difficile pour les secteurs décriés par les intervenants de la santé et milieux hospitaliers alors que les spécialistes de la santé voient poindre un point de rupture de nos différents milieux hospitaliers et de la santé, une situation qui doit changer et espérons qui reviendra à la normale avec la vaccination et les nouvelles mesures de confinement.

« Je demeure convaincu que nous mettons toutes les chances de notre côté en adoptant ces nouvelles mesures, avec la collaboration soutenue de la majorité des Québécois. Il semble que la progression de cette deuxième vague soit plus forte que jamais, ce pourquoi je fais appel à vous tous pour fournir un effort supplémentaire, le temps de reprendre le dessus d’ici le 8 février. Il ne faut pas lâcher : le vaccin est là, et c’est ensemble que nous nous sortirons de cette crise au cours des prochains mois. » – Christian Dubé, ministre de la Santé et des Services sociaux

Éric Beaupré
Éric Beaupré
PHOTOREPORTER
PROFIL

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

Les derniers articles

Populaire en ce moment

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

facebookyoutube-icon