De la gestion de crise à l’accroissement de l’entraide et de la résilience

De la gestion de crise à l’accroissement de l’entraide et de la résilience
© Photo Éric Beaupré Vingt55. Tous droits réservés.

DRUMMONDVILLE

En temps normal, la gestion de crise fait partie intégrante des activités et de l’expertise du Centre d’écoute et de prévention suicide Drummond. Conscient que l’arrivée du Covid-19 a chamboulé le quotidien de l’ensemble de la population, tant sur le point de vue personnel que professionnel et sociétal, le CEPS redoubla d’ardeur pour offrir le plus largement possible son écoute et son soutien. Dans cet article, nous souhaitons revenir sur quelques ressources qui ont fait une différence positive, ainsi que sur plusieurs apprentissages qui en découlent.

Commençons par le commencement : l’écoute!

L’écoute est une ressource universellement accessible. Lorsqu’elle est pratiquée avec attention et bienveillance, elle engendre de multiples bienfaits… tant pour la personne qui l’offre que pour celle qui la reçoit. Une écoute active et humaniste offre respect, empathie et confidentialité. L’écoutant propose aussi des reflets et des reformulations neutres afin de permettre à la personne qui s’exprime d’être entendue et accueillie dans son vécu du moment.

Persuadé que de petits contacts humains peuvent faire une différence positive pour bien des gens, le CEPS mit en place dès début avril un nouveau service, soit les relances de solidarité. Cette mesure exceptionnelle avait pour but de briser l’isolement et de faire diminuer la détresse psychologique que pouvaient engendrer les mesures préventives visant à limiter la propagation du COVID-19.

« En temps normal, le CEPS reçoit enviro 20 appels d’écoute par année,. Durant la Covid, nous avons observé des records de 45  appels par jour . » commente Geneviève Bastien, nouvelle responsable de l’écoute au Centre d’écoute et prévention suicide Drummond. « Nous sommes très agréablement surpris du grand nombre de personnes ayant inscrit un proche pour lui apporter un peu de réconfort. Que ce soit un proche vivant dans une autre région, une personne stressée par son travail, ses études ou sa santé ou encore pour soi-même, l’écoute apporte bien souvent un soutien très bénéfique » poursuit-elle.

Augmentation de l’offre de service

En plus de la création du service de relance de solidarité, le CEPS Drummond a décidé d’étendre sa plage horaire d’écoute avec le créneau 20h – 22h. Le nombre conséquent d’appels reçus dans ces heures plus tardives démontrent l’importance d’offrir aussi une écoute en début de nuit.

Toute l’équipe des permanents et des bénévoles s’est rapidement réorganisée afin de faire face à la hausse de demandes. Cette dernière s’explique en partie par l’augmentation des nouveaux besoins découlant de la crise, mais aussi par la notoriété croissante de notre Centre d’écoute et de prévention suicide qui a su se rendre plus visible et accessible au cours des derniers mois.

Une mobilisation sans précédent

Sandrine Van Houtte, directrice générale du CEPS Drummond, s’émerveille tout particulièrement de la disponibilité de son équipe et de la générosité des partenaires et des citoyens  « Le personnel salarié et les bénévoles du Centre se sont mobilisés d’une façon exemplaire. Cela nous a démontré combien l’équipe est solide et combien nos valeurs sont alignées. Nos précieuses 2000 sentinelles furent nos yeux et nos relais sur le terrain pour orienter les personnes dans le besoin vers nos services. Au sein de familles, d’entreprises et d’institutions, ces citoyens, informés gratuitement lors d’une formation de 7h, jouent un rôle essentiel dans la prévention de la détresse et la promotion de la Vie.

« Durant la crise, des dizaines de personnes nous ont contacté spontanément pour offrir leur aide ou leur soutien. Un réel mouvement de solidarité s’est créé dans notre communauté et nous souhaitons qu’il se poursuive en tout temps. De notre côté, nous avons continué de privilégier des achats et des fournisseurs locaux afin d’encourager notre territoire et ses acteurs. » commente Sandrine Van Houtte.

« Dans ce même esprit d’entraide et de collaboration durable, nous avons dévoilé le 9 septembre dernier, lors de notre 5@7 pour la Vie réinventé, notre nouveau plan de partenariat avec les entreprises. C’est une façon innovante et mutuellement gagnante d’assurer notre pérennité, de partager notre expertise et d’unir nos ressources pour la promotion de la Vie. » ajoute Sandrine Van Houtte.

D’importantes prises de conscience à cultiver

Toute crise est une opportunité de s’investir, d’apprendre et de grandir ensemble. Nous tenons à souligner l’extraordinaire capacité d’adaptation constatée au sein de notre équipe, de nos partenaires et de notre communauté. Les défis que nous avons relevés collectivement nous démontrent notre richesse et notre résilience. Dans d’adversité, nous pouvons encore plus apprécier l’importance du contact humain, de l’écoute active, de l’entraide et de la solidarité.

Durant cette crise, nous avons pu aussi questionner nos modes de vie et de consommation, interroger nos vrais besoins et redéfinir nos priorités. De grands alliés ont offert leur contribution, tel que l’environnement, cette nature accueillante et généreuse qui nous permet de nous ressourcer en toute simplicité. Soulignons aussi la puissance de la gratitude. Témoigner sa reconnaissance et offrir un « merci » fait toute la différence pour notre moral et notre endurance.

Le CEPS remercie à nouveau chaleureusement toutes les personnes qui œuvrent pour la Vie et demeure à votre disposition 7j sur 7h de 8h30 à 22h pour de l’écoute et en tout temps en cas de crise suicidaire via le numéro 819-477-8855.

Éric Beaupré
Éric Beaupré
PHOTOREPORTER
PROFIL

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

Les derniers articles

Populaire en ce moment

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

facebookyoutube-icon