Enquête nationale – Impacts de la COVID-19 sur la condition étudiante, la FECQ dévoile un rapport préliminaire alarmant

Enquête nationale – Impacts de la COVID-19 sur la condition étudiante, la FECQ dévoile un rapport préliminaire alarmant
Étudiants de niveau collégial © Photo Éric Beaupré Vingt55. Tous droits réservés.

DRUMMONDVILLE

Suite à une période de récolte de données au courant de l’automne, la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) présente les premiers résultats de son enquête nationale sur la condition étudiante « Derrière ton écran ». Ces données confirment les craintes qu’a la Fédération quant aux conditions d’études actuelles.

Des 6215 personnes étudiantes du collégial ont répondu à l’enquête, des statistiques marquantes

De celles-ci, 64 % des personnes répondantes considèrent que leur état de santé psychologique s’est détérioré depuis le début de la crise. De ce nombre, 86% attribuent comme cause l’isolement liée aux mesures de confinement et 73 % l’attribuent à la charge de travail. 19 % considèrent ne pas avoir suffisamment d’argent pour subvenir à leurs besoins actuellement, une augmentation marquée de 9% depuis le début de la crise;

Environ 2 personnes sur 3 (67%) jugent que leur charge de travail liée aux études est plus grande depuis le début de la crise. Plus d’une personne sur quatre (27 %) a indiqué ne pas avoir d’endroit calme et propice à la concentration pour étudier convenablement.

« Les données mettant en lumière les difficultés liées à la précarité financière, à la détérioration de la santé psychologique et à la surcharge de travail sont particulièrement inquiétantes. C’est principalement sur ces enjeux qu’il faudra donner un sérieux coup de barre », exprime Noémie Veilleux, présidente de la FECQ.

AGIR RAPIDEMENT

La Fédération, par le biais de son État de situation sur l’enseignement à distance, propose diverses pistes de solutions afin d’amoindrir les impacts de la crise sur la population étudiante. De ces recommandations, on dénote la nécessité de prendre acte de la surcharge de travail liée aux études et de travailler à diminuer celle-ci. Ensuite, la FECQ suggère non seulement que soient organisées des activités de socialisation afin de briser l’isolement des personnes étudiantes, mais également que soit offert un minimum d’enseignement en présentiel pour tous les membres de la population étudiante.

« Derrière nos écrans se trouvent des étudiantes et des étudiants qui ont envie d’apprendre, mais qui n’évoluent pas toujours dans des conditions idéales pour le faire. Bien qu’il y ait eu des améliorations, des mesures doivent être mises en place pour offrir des chances égales de réussite à toute la communauté étudiante », rappelle Mme Veilleux.

POUR LA SUITE

L’analyse détaillée de l’ensemble des données permettra d’éclairer de manière très précise les réalités propres à plusieurs tranches de la population étudiante. Le rapport final d’enquête sera publié au courant de la session d’hiver 2021 par la FECQ.

La Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) représente près de 78 000 étudiantes et étudiants provenant de 27 cégeps répartis sur tout le territoire québécois. Depuis 30 ans, elle contribue à l’amélioration des conditions de vie et d’études de la population étudiante collégiale québécoise en étant la seule organisation à représenter exclusivement leurs intérêts.

Éric Beaupré
Éric Beaupré
PHOTOREPORTER
PROFIL

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

Les derniers articles

Populaire en ce moment

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

facebookyoutube-icon