Les organismes sont à bout de souffle : QS demande un plan d’urgence en itinérance

Les organismes sont à bout de souffle : QS demande un plan d’urgence en itinérance
Les problèmes liés à l'itinérance et à la pauvreté demeurent très présents à Drummondville @ Crédit photo Eric Beaupré / Vingt55 Tous droits réservés.

DRUMMONDVILLE

Alors que le 1er juillet approche à grands pas et que les campements et les problématiques se multiplient à Drummondville, tout comme dans plusieurs villes et secteurs, la porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé, a interrogé le ministre Lionel Carmant au Salon bleu pour savoir comment le gouvernement comptait répondre aux besoins pressants sur le terrain. Elle a exigé un plan d’urgence pour l’itinérance.

Les problèmes liés à l’itinérance et à la pauvreté demeurent très présents à Drummondville @ Crédit photo Eric Beaupré / Vingt55 Tous droits réservés.

Les problèmes liés à l’itinérance et à la pauvreté demeurent très présents à Drummondville, comme l’a constaté récemment le Vingt55 : incendies criminels, arrestations, feux incontrôlés, problèmes de santé mentale, pauvreté et violence.

Les policiers de la Sûreté du Québec de la MRC de Drummond sont confrontés quotidiennement à ces problèmes, et la situation devient rapidement difficile à gérer, comme en témoignent des policiers rencontrés sur le terrain. Les organismes locaux sont épuisés et manquent de ressources pour venir en aide à une clientèle de plus en plus nombreuse.

Les campements font leur réapparition à différents endroits à Drummondville, ce qui inquiète à la fois la population et les organismes locaux qui sont épuisés, Québec solidaire sonne l’alarme et demande un plan d’urgence en matière d’itinérance.

Le problème de la santé mentale est également préoccupant à Drummondville, comme en témoignent les nombreux appels et déplacements des policiers pour intervenir auprès des personnes en crise et répondre aux besoins croissants des personnes plus démunies.

De plus en plus de femmes se retrouvent en situation d’itinérance et de vulnérabilité, que ce soit à Drummondville ou dans d’autres villes du Centre-du-Québec. Ces personnes sont isolées, vulnérables et souvent dépourvues de ressources et d’un suivi efficace. Les organismes ont du mal à satisfaire les besoins essentiels tels que la nourriture et le logement.

«C’est une véritable crise humanitaire qui se déroule sous nos yeux. Ici et maintenant, nos concitoyens vivent dans la rue. J’entends le ministre dire qu’il y a de l’argent disponible, alors expliquez-moi ce qui se passe à Val-d’Or, à Hull, à Beauport. Les campements se multiplient partout au Québec et les personnes qui y vivent n’ont pas accès à l’eau potable ni à des installations sanitaires. Les professionnels qui travaillent sur le terrain demandent la mise en place immédiate de ressources adaptées pour répondre aux besoins.» affirme Manon Massé.

Le ministre Carmant avoue que les organismes sont à bout de souffle

Lors de l’échange, le ministre Lionel Carmant a admis que les organismes communautaires sur le terrain étaient épuisés. Cependant, il ne semble pas prêt à les soutenir davantage pour faire face aux défis qui les attendent cet été.

Québec solidaire rejoint la voix des organismes et des acteurs locaux qui tirent la sonnette d’alarme depuis plusieurs semaines et demande des actions urgentes en matière d’itinérance : «Il est grand temps que les fonds parviennent aux groupes qui détiennent les véritables solutions pour nos communautés», conclut la porte-parole solidaire.

Les problèmes liés à l’itinérance et à la pauvreté demeurent très présents à Drummondville @ Crédit photo Eric Beaupré / Vingt55 Tous droits réservés.

Éric Beaupré
PHOTOREPORTER
PROFILE

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

Les derniers articles

Faits divers

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

facebookyoutube-icon