Lettre ouverte de Mathieu Audet ”Ce n’est pas vrai qu’il n’y a rien à faire à Drummondville… ”

Lettre ouverte de Mathieu Audet ”Ce n’est pas vrai qu’il n’y a rien à faire à Drummondville… ”
Mathieu Audet Candidat à la mairie

DRUMMONDVILLE

Mathieu Audet, candidat à la mairie de Drummondville, a décidé de publier une lettre ouverte en réaction à une série d’articles publiés dans un média local de Drummondville à l’effet que ‘’ Ce n’est pas intéressant, le Centre-du-Québec ou encore que les forfaits touristiques se font attendre au Centre-du-Québec ’’

Contacté par le Vingt55 sur ce qui motivait cette lettre ouverte, M. Audet explique qu’il croit fermement, contrairement à ce que laisse croire ce genre de texte, que les commerçants locaux avaient non seulement de belles offres à proposer comme tourisme de destination et pour les résidents et citoyens de la MRC de Drummond mais qu’il lui importait au nom des efforts mis en place pour promouvoir le tourisme de proximité et de destination de publier une lettre ouverte sur le sujet.

On peut lire et on entend parfois dire que Drummondville, ce n’est pas une ville attrayante. Que Drummondville n’est qu’un village. Que Drummondville n’a pas les atouts nécessaires pour qu’un être humain y passe plus de 24 heures. Bon…

Chacun a droit à son opinion, et on se doit de la respecter, mais je crois que si on endosse un tel message, c’est qu’on baisse les bras, qu’on lâche prise sur notre communauté que nos bâtisseurs ont mis tant d’années à mettre en place afin que les prochaines générations puissent en profiter. Et de façon plus personnelle, je ne vous cacherai pas que ça me fait mal de lire ou d’entendre de tels propos sur notre municipalité. Ça vient me chercher. On n’est pas lâches. Pas nous.

On a déjà été la risée de la revue CROC, dans les années 70, et des leaders nous ont brillamment sortis de là : je pense qu’on peut aujourd’hui être fiers de qui nous sommes, de ce que nous représentons comme communauté. Il faut maintenant continuer sur cette lancée en diversifiant davantage notre économie et en bonifiant notre offre touristique.

Un développement économique du 21e siècle

Il faut le dire, une ville attrayante est une ville qui, financièrement, est en santé. Ça en prend de nouvelles manufactures et ça en prend de nouveaux centres de distribution pour que notre compte de taxation reste bas, on s’entend là-dessus. C’est la base. 70 % des revenus d’une municipalité sont générés par les revenus fonciers : si on veut améliorer notre qualité de vie, il faut développer notre ville de façon intelligente et durable.

Maintenant, comment pouvons-nous nous développer différemment? En assumant rapidement notre leadership suprarégional afin de consolider nos secteurs institutionnels, professionnels, de services et des technologies.

Et comment, plus précisément? En favorisant le développement d’un carrefour stratégique densifié et attrayant, dans le but que Drummondville soit une plaque tournante dans le développement de son secteur tertiaire, de services.

En ce moment, c’est assez simple… Ceux et celles qui détiennent des petites et moyennes entreprises de services (droit, technologies, fiscalité, soins de santé, etc.) n’ont pas d’endroit propice où s’installer. On a le centre-ville (et sa périphérie), et il faut le garder vivant, mais on a besoin de plus que ça. Si de nouveaux travailleurs s’installent chez nous, si Drummondville se développe de façon originale, si nous offrons le support et la latitude nécessaires aux entrepreneurs ou aux promoteurs : c’est là qu’on va se démarquer. Il est donc grandement temps de mettre de l’avant un carrefour, une plaque tournante économique et sociale nouveau genre où nous trouverions des entreprises de services diversifiés. Où les nouveaux Drummondvillois, où les nouvelles Drummondvilloises, où les actuels résidents s’épanouiront. La beauté et l’attraction d’une ville peuvent notamment passer par son développement économique. Si on fait ça, il va y en avoir du monde dans nos restaurants et nos commerces de détails.

Et le tourisme, dans tout ça?

Ce n’est pas vrai qu’il n’y a rien à faire à Drummondville… Il faut simplement mieux faire connaître nos attraits, travailler ensemble, faire des offres groupées, y croire. Il faut se parler, pis rapidement. J’ai le goût d’emprunter un classique : seul, on va plus vite, ensemble, on va plus loin. Le Festival de la Poutine, par exemple, connaît de grands succès lors de chaque édition. On tient quelque chose de spécial, il faut le dire (merci aux Trois Accords et à leurs partenaires)! Maintenant, qu’est-ce qui se passe avant le festival? Qu’est-ce qui se passe après le festival? On n’a qu’à s’asseoir et en parler, ensemble. On a des attraits touristiques de qualité. On a des leaders économiques qui se démarquent sur la scène mondiale, des entrepreneur.es qui font dans le divertissement, des propriétaires de commerces de détails qui détiennent des entreprises exceptionnelles. On a des restaurateurs reconnus partout au Québec. Pour bien connaître nos acteurs touristiques et économiques, je suis convaincu qu’ils aimeraient participer à l’élaboration d’un plan d’actions concret qui ferait avancer les choses. Il ne faut pas les oublier : ce sont eux qui sont sur le plancher et qui voient comment ça se passe.

Suffit de communiquer afin qu’émergent des idées communes, mais, pour ça, nous devons donner la latitude nécessaire à nos experts en place. Il faut se poser la question suivante : comment pouvons-nous arriver concrètement et rapidement afin que, ensemble, nous puissions nous démarquer? Et si jamais il y avait quelque chose qui nous empêcherait d’avancer, on va s’arranger pour que ça change. Parce que la vérité ne se trouve pas dans le confort de notre salon. Parce qu’il faut oser pour se démarquer.

” C’est ensemble qu’on y arrivera.

Mathieu Audet Candidat à la mairie

Éric Beaupré
Éric Beaupré
PHOTOREPORTER
PROFIL

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

Les derniers articles

Populaire en ce moment

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

facebookyoutube-icon