L’opposition officielle demande à la Vérificatrice générale d’enquêter sur les contrats de gré-à-gré du gouvernement

L’opposition officielle demande à la Vérificatrice générale d’enquêter sur les contrats de gré-à-gré du gouvernement
Contrat © Crédit photo Eric Beaupré. Tous droits réservés.

DRUMMONDVILLE

Il est clair, selon Gaétan Barrette, député de La Pinière et porte-parole de l’opposition officielle en matière d’Éthique, que le gouvernement du Québec aurait dû être mieux préparé pour la gestion de la pandémie de la Covid-19. Le retard dans l’achat des équipements de protection en est un bon exemple. Dans ces circonstances, le gouvernement a eu besoin de plusieurs contrats de gré à gré, notamment pour le manque d’équipement.

L’opposition officielle comprend que le gouvernement ait eu besoin d’agilité dans l’octroi de certains contrats compte tenu de l’urgence d’agir. Toutefois, cela fait près de 11 mois que le gouvernement a déclaré pour la première fois l’état d’urgence sanitaire. Plus de 669 ententes ont été conclues de gré à gré, avec 142 entreprises, pour un montant qui dépasse les 3 milliards de dollars, dans une multitude de domaines, notamment pour les appareils médicaux, les technologies d’informations, les services professionnels et la publicité.

Selon le porte-parole de l’opposition officielle en matière d’éthique, M. Gaétan Barrette, la pandémie n’enlève pas au gouvernement caquiste son obligation de rendre des comptes quant à sa gestion des fonds publics et d’être transparent concernant ses dépenses et ses choix. Or, la CAQ refuse de rendre publiques et de transmettre les informations nécessaires. D’ailleurs, il est important de rappeler que depuis le début de cette gestion de crise, l’application de la Loi d’accès à l’information est très souvent ignorée et de multiples demandes sont refusées, dans certains secteurs, quasi systématiquement. Notre démocratie nécessite une saine transparence, surtout en temps de pandémie.

C’est pourquoi le Parti libéral du Québec demande que la Vérificatrice générale déclenche une enquête, et ce, afin de faire la lumière sur la situation.

« Le gouvernement refuse de transmettre les informations nécessaires, que ce soit sur les coûts, la qualité exigée, les raisons justifiant la procédure ou le choix des fournisseurs. Plusieurs articles de presse nous ont démontré, au cours des derniers mois, qu’une reddition de compte de la part du gouvernement est nécessaire. Considérant qu’il refuse nos demandes, nous croyons qu’il est temps pour la Vérificatrice générale de déclencher une enquête et d’aller vérifier l’ensemble des informations que la CAQ semble vouloir cacher aux Québécois et aux Québécoises. » – Gaétan Barrette, député de La Pinière et porte-parole de l’opposition officielle en matière d’Éthique

« La protection de nos professionnels en soins en temps de pandémie est une priorité. Le nombre suffisant d’appareils médicaux et le développement des technologies d’informations pour les patients le sont également. La reddition de comptes et l’accès à l’information doivent toutefois demeurer au cœur des actions prises par le gouvernement pour endiguer cette pandémie. Nous demandons à la CAQ de respecter son engagement et de faire preuve de transparence. » – Marie Montpetit, députée de Maurice-Richard et porte-parole de l’opposition officielle en matière de Santé.

Éric Beaupré
Éric Beaupré
PHOTOREPORTER
PROFIL

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

Les derniers articles

Populaire en ce moment

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

facebookyoutube-icon