Meilleur accès aux soins de première ligne : 288 709 Québécois de plus sont dorénavant inscrits à un groupe de médecins

Meilleur accès aux soins de première ligne : 288 709 Québécois de plus sont dorénavant inscrits à un groupe de médecins
© Crédit photo Eric Beaupré / Vingt55. Tous droits réservés.

DRUMMONDVILLE

Si les médecins de famille ne peuvent pas être l’unique solution aux problèmes d’accès en raison notamment d’une pénurie d’approximativement 1000 omnipraticiens au Québec, ils ont toujours vivement souhaité faire partie de la solution. Voilà pourquoi une entente a été conclue le printemps dernier entre le FMOQ et le MSSS afin que soit mise en place de nouvelles façons de faire dans l’organisation des soins de première ligne.

À la suite de l’entente conclue en mai dernier pour donner un meilleur accès à la première ligne à la population québécoise, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, est fier d’annoncer aujourd’hui l’atteinte, et même le dépassement, de la première cible de 250 000 Québécoises et Québécois inscrits à un groupe de médecins.

En date du 3 août 2022, ce sont 288 709 nouveaux Québécois, dont la grande majorité sont des patients vulnérables, qui sont désormais inscrits à un groupe de médecins et qui pourront bénéficier d’un suivi par un médecin ou un professionnel de la santé selon leur besoin, incluant les demandes en cours de traitement. Ainsi, le nombre de patients en attente au Guichet d’accès à un médecin de famille (GAMF) est de 814 830. Les démarches se poursuivent afin de permettre l’atteinte de la cible du 31 mars 2023 devant porter à 500 000 le total de patients qui auront été inscrits à un groupe de médecins de première ligne.

Par ailleurs, en cohérence avec les principes de cette entente et du Plan santé, les efforts sont en cours pour assurer le déploiement rapide du Guichet d’accès à la première ligne (GAP) dans toutes les régions du Québec. Le GAP est prévu pour être pleinement opérationnel en septembre prochain. D’ici là, il est important de noter que nous vivrons une période de transition du déploiement de ce service à travers les différentes régions du Québec. Rappelons que les patients qui sont toujours sur le GAMF peuvent eux aussi passer par le GAP pour un service, en fonction de l’urgence et du besoin, comme des plages de rendez-vous seront réservées à cet effet.

Les patients inscrits individuellement à un médecin de famille constateront également des améliorations graduelles dans leur accès lors d’un besoin urgent ou semi-urgent, avec l’introduction de cibles progressives favorisant un accès dans un délai de 36 h ou de 72 h en fonction des meilleures pratiques d’accès adapté.

Précisons également que les admissions en médecine autorisées sont passées de 830 en 2019-2020 à 1003 en 2023-2024, ce qui représente une augmentation de 20,8 %. Comme plus de la moitié des nouveaux diplômés en médecine font leur résidence en médecine de famille, cette augmentation se traduira dès 2026 par une croissance continue du nombre de nouveaux médecins de famille pour soutenir les démarches en cours afin de répondre aux besoins des populations. Une autre preuve de l’importance de la médecine familiale aux yeux du gouvernement.

« Je suis très heureux que nous ayons atteint cette première cible au titre de l’entente historique conclue avec la FMOQ. Des médecins aux directions régionales de médecine générale, en passant par les agents du GAP et plus encore : nous pouvons tous être fiers de ce résultat, qui dépasse même nos objectifs. Et les Québécois seront aussi contents de savoir que nous ne perdons pas de temps pour livrer le Plan santé ! C’est une bonne nouvelle qui concrétise l’engagement du gouvernement à fournir à chaque Québécoise et Québécois qui le souhaite un accès, en temps opportun, à un professionnel de la santé. Il nous reste beaucoup de chemin à faire et nous demeurons en période de transition, mais il est évident que nous sommes sur la bonne voie. Je salue l’engagement des membres de la FMOQ et des partenaires du réseau qui nous permet d’avancer dans la bonne direction et de rendre notre réseau plus humain et plus performant. » – Christian Dubé, ministre de la Santé et des Services sociaux

« L’engagement extraordinaire des médecins de famille, qui a permis en tout juste deux mois, d’inscrire collectivement plus de 288 000 nouveaux patients parle de lui-même et témoigne de leur volonté d’être des acteurs de changement pour qu’un maximum de Québécois puissent avoir accès aux bons soins au bon moment. Nous sommes extrêmement fiers de cet accomplissement et nous sommes convaincus que beaucoup de nos concitoyens pourront concrètement en prendre la mesure et en voir les bénéfices dans les semaines et mois à venir », a affirmé le Dr Marc-André Amyot, président de la FMOQ.

À titre de rappel, cette entente permet enfin d’aller de l’avant avec de nombreuses mesures novatrices proposées depuis longtemps par la Fédération :

Le déploiement à la grandeur du Québec de Guichets d’accès première ligne (GAP) fonctionnels. Ce déploiement du GAP devrait permettre (d’autant plus quand il sera complété) à plusieurs autres professionnels de la santé d’être la porte d’entrée du système de soins ;

Une inscription et un suivi par un groupe de médecins de famille et d’autres professionnels de la santé, plutôt qu’une inscription individuelle qui repose sur les épaules d’un seul médecin de famille. L’objectif initial était l’inscription sous cette forme de 250 000 patients dès le 31 juillet ;

Une meilleure organisation des services qui permettra aux patients orphelins, notamment via des GAP fonctionnels, d’avoir un accès amélioré à des rendez-vous, particulièrement dans les GMF- accès réseau (aussi appelées super clinique) ;

Mise en place de conditions permettant, pour la clientèle inscrite auprès d’un médecin, l’accès à davantage de rendez-vous rapides (en moins de 72 heures) ;

Un chantier de réflexion et de révision de l’organisation du travail de première ligne qui devra permettre notamment une valorisation de la pratique de la médecine familiale au Québec. Avec près de 500 postes de résidents en médecine familiale demeurés vacants au Québec depuis 2013, on parle ici d’une priorité incontournable.

Quelques mois plus tard, malgré une pénurie d’effectifs importante, une 7e vague pandémique et des tâches en milieu hospitalier toujours aussi importante, les médecins de famille ont respecté leur engagement, alors qu’en date du 3 août, 288 709 Québécois supplémentaires sont désormais inscrits auprès d’un groupe de médecins, ce qui surpasse l’objectif initial de 250 000.  Ce faisant, en dépit de nombreux écueils, les médecins de famille démontrent de manière éloquente la hauteur et le sérieux de leur engagement pour améliorer l’accès aux soins de première ligne.

Éric Beaupré
PHOTOREPORTER
PROFIL

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

Les derniers articles

Faits divers

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

facebookyoutube-icon