Pénurie de logements la caravane du FRAPRU s’arrête à Drummondville

Pénurie de logements la caravane du FRAPRU s’arrête à Drummondville
caravane du FRAPRU © Photo Éric Beaupré Vingt55. Tous droits réservés.

DRUMMONDVILLE

Alors que sévit la plus sévère pénurie de logements locatifs en 15 ans au Québec, le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) a entrepris des caravanes qui traversent différentes régions du Québec, depuis mercredi. Lors de la troisième et dernière journée de ses caravanes, le FRAPRU s’est arrêté à Drummondville, où deux convois rassemblant plus de 80 personnes en provenance de l’Estrie et de la Montérégie se sont rejointes, au bureau du ministre André Lamontagne.

 

La caravane du FRAPRU s’arrête à Drummondville @ Crédit vidéo Eric Beaupré Vingt55 

En trois jours, les membres du FRAPRU auront au final visité une vingtaine de bureaux de circonscription de ministres du gouvernement Legault, afin d’attirer leur attention sur la crise du logement. Le FRAPRU espère ainsi les convaincre d’augmenter le financement dédié au logement social et communautaire dans le prochain budget, attendu dans quelques semaines.

Espace fier partenaire Vingt55 : Mikes Drummondville, commander en ligne ici

L’événement ‘Créez votre Duetto’ est de retour chez Mikes à Drummondville !

Aider les municipalités à en faire plus

Avec ses caravanes, le FRAPRU souhaite aussi mettre en lumière les problèmes de logements qui affectent les plus petites villes. Plusieurs de celles traversées aujourd’hui, dont Drummondville, sont durement affectées par la rareté de logements locatifs et ses conséquences. À Drummondville, le taux d’inoccupation, actuellement de 0,9%, baisse dangereusement depuis deux ans. Cette rareté a comme conséquence immédiate une hausse drastique des loyers, dont le coût moyen a augmenté de 7% en seulement un an dans la municipalité, rappelle le regroupement. Situation qui va s’avérer de plus en plus intenable, puisque déjà en 2016, 10% des locataires Drummondvillois consacraient plus de la moitié de leur revenu pour le logement, nuisant ainsi à la réponse à leurs autres besoins essentiels.

Bien que les besoins soient grands, très peu de logements sociaux et communautaires ont vu le jour dans les dernières années rappelle le FRAPRU. À Drummondville, aucun projet n’a été réalisé dans les trois dernières années. L’an dernier, seulement 835 nouveaux logements sociaux et communautaire ont vu le jour au Québec, et aucun dans le Centre-­‐du-­‐Québec. Pourtant, selon les données commandées à Statistiques Canada par le FRAPRU, on compte dans la région pas moins de 4515 ménages locataires ayant des besoins impérieux de logement parce qu’ils vivent dans un logement trop cher, trop petit ou en mauvais état. Parmi eux, 2325 vivent à Drummondville.

« Plusieurs municipalités, comme Drummondville, ont une réelle volonté de voir des projets de logements publics, coopératifs ou sans but lucratif se réaliser dans leur milieu, mais le programme québécois AccèsLogis a été sous-­‐financé durant 10 ans, et un important retard a été accumulé » explique Céline Magontier, organisatrice communautaire au FRAPRU.

En campagne électorale la Coalition Avenir Québec s’est engagée à livrer ces 15 000 logements déjà prévus dans les budgets antérieurs, mais toujours pas réalisés. Or, « les sommes prévues sont insuffisantes pour livrer ces unités au coût actuel du marché, en ne demandant pas un effort démesuré aux municipalités » explique Pascale Courchesne, chargée de projet au GRT des 2 Rives. « Pour pouvoir réaliser d’autres projets que ceux en cours et répondre à une diversité de besoins, il faut aussi une

nouvelle programmation dès le prochain budget. Pour accélérer le développement et faciliter le travail des organismes comme le nôtre, on demande un plan sur 5 ans, plutôt que des engagements qu’on doit attendre d’un budget à l’autre » poursuit-­‐elle.

À quelques semaines du deuxième budget du gouvernement Legault, le FRAPRU espère convaincre les membres du gouvernement Legault d’en faire plus pour améliorer les conditions de logement, d’autant plus qu’il en a les moyens. « Comme ministre responsable de la région, nous invitons monsieur Lamontagne à intervenir en faveur de nos demandes auprès du Ministre des Finances qui finalise actuellement son budget », explique Céline Magontier. « La croissance économique étant en partie responsable de la rareté de logements et de la hausse des coûts, le Québec doit notamment utiliser ses importants surplus budgétaires pour contrer ses effets négatifs sur les locataires à faible et modeste revenus et augmenter ses investissements dans le logement social et communautaire, un patrimoine collectif et durable pour les personnes qui y vivent et leurs communautés » conclue  Céline Magontier, organisatrice communautaire au FRAPRU.

Dix caravanes rassemblant près de 500 personnes parcourront les routes du Bas-­‐Saint-­‐Laurent, du Saguenay, de la Mauricie, de la Montérégie, de Lanaudière et du Centre-­‐du-­‐Québec aujourd’hui et se rendent manifester devant l’Assemblée nationale, à Québec.

La caravane du FRAPRU s’arrête à Drummondville @ Crédit photo Eric Beaupré Vingt55 

Grâce à votre-emploi.ca, trouvez des opportunités d’emplois et de carrières !
Éric Beaupré
Éric Beaupré
PHOTOREPORTER
PROFIL

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

Les derniers articles

Populaire en ce moment

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

facebookyoutube-icon