Plus de 500 travailleurs de la santé manifestent à Drummondville ”Il faut reconnaître l’expérience des salariés!”

Plus de 500 travailleurs de la santé manifestent à Drummondville ”Il faut reconnaître l’expérience des salariés!”
© Photo/Vidéo Éric Beaupré. Tous droits réservés.

DRUMMONDVILLE

Pour les syndicats de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN), représentant 90 000 salarié(es) de toutes les catégories de personnel, il faut prendre très au sérieux les difficultés que connaissent les établissements à retenir les salarié(es) expérimentés et à attirer la relève.

Depuis le 2 avril 2019, une nouvelle structure salariale issue d’un exercice de relativité salariale complexifie la situation, car on n’y reconnaît plus pleinement l’expérience de plusieurs travailleuses et travailleurs. Quelques centaines de travailleuses et de travailleurs membres de la FSSS–CSN ont manifesté ce midi devant le CHSLD Frederick-George-Heriot, exigeant qu’on corrige la situation.

« Après des années d’austérité et de réforme, on se retrouve avec des travailleuses et des travailleurs à bout de souffle qui ne se sentent pas reconnus à leur juste valeur, et ce, ni par leur employeur, ni par l’État, dénonce la vice-présidente de la FSSS–CSN, Josée Marcotte. Il ne faut pas s’étonner que les établissements peinent aujourd’hui à combler les postes et qu’ils aient beaucoup de difficulté à retenir les travailleurs plus expérimentés. Un premier pas à la portée de tous les établissements serait de reconnaître la pleine expérience de tous leurs salarié(es), car l’expérience acquise dans un milieu de travail, c’est pas relatif! »

 

© Vidéo Éric Beaupré. Tous droits réservés.

Expérience non reconnue

Depuis le 2 avril dernier, tous les salarié(es) sont intégrés dans une nouvelle structure salariale. Or, plusieurs travailleuses et travailleurs se retrouvent plus bas dans leur nouvelle échelle salariale que l’échelon qu’ils occupaient au 1er avril, car toutes les années d’expérience accumulées n’ont pas été prises en compte pour l’intégration des salariés aux nouvelles échelles. Cette non-reconnaissance de la pleine expérience est d’autant plus frustrante pour les salarié(es) que l’expérience acquise à l’extérieur de l’établissement est pleinement reconnue aux travailleuses et aux travailleurs qui y obtiennent un emploi. Par conséquent, on se retrouve avec des situations incohérentes : par exemple, une préposée aux bénéficiaires qui a travaillé 20 ans dans le même établissement est intégrée au 4e échelon et reçoit 21,87 $ l’heure, alors qu’une personne embauchée depuis le 2 avril par l’établissement peut faire reconnaître son expérience acquise dans un autre établissement et intégrer son poste directement au 5e échelon, recevant 22,35 $ l’heure. S’ensuit une démotivation certaine du personnel devant la non-reconnaissance de toutes ces années d’engagement.

Dans le Centre-du-Québec, les syndicats CSN ont multiplié les interventions pour prévenir et dénoncer les surcharges et les mauvaises conditions de travail du personnel. Par exemple, le Syndicat du personnel paratechnique, des services auxiliaires et de métiers du CIUSSS Mauricie et Centre-du-Québec (SPPSAM-CSN) se bat contre le recours systématique aux heures supplémentaires obligatoires. De son côté, le Syndicat du personnel de bureau, des techniciens et professionnels de l’administration du CIUSSS de la Mauricie et du Centre-du-Québec (SPBTPA–CSN) lutte pour qu’on reconnaisse le travail du personnel administratif, bousculé par de perpétuelles réformes. Des centaines de personnes attendent d’être reclassées en fonction de leur travail véritable, certaines depuis 2016!

Services à la population

« Le statu quo est intenable, poursuit le vice-président du Conseil central du Cœur-du-Québec (CSN), Mario Pellerin. Pour assurer la pérennité de nos services publics, dans notre région comme ailleurs, un virage s’impose. Si nos réseaux tiennent encore, c’est grâce aux milliers de travailleuses et de travailleurs qui donnent tout ce qu’ils ont. On ne pourra relever les défis à venir, trouver la main-d’œuvre et améliorer les soins dans le réseau public, si on n’est même pas capable de reconnaître la pleine expérience acquise par les salarié(es)! » D’ailleurs, au même moment, une autre manifestation se tenait à Victoriaville où les employé(es) de soutien de l’éducation, membres de la FEESP–CSN, dénonçaient également la non-reconnaissance de leur pleine expérience dans la nouvelle structure salariale.

« Des épisodes durant lesquels les établissements ne peuvent trouver de remplaçants pour combler les absences et exigent aux salarié(es) de faire des heures supplémentaires, cela a toujours existé. Cependant, aujourd’hui, ce ne sont plus des situations exceptionnelles, explique le président du SPPSAM-CSN, Pascal Bastarache, c’est une pratique courante. Cela crée un cercle vicieux, car avec la dégradation des conditions de travail qu’on observe, les établissements ont encore plus de difficultés de main-d’œuvre. Quand, en plus, on vient dire à celles et ceux qui choisissent de continuer malgré tout, parce qu’ils aiment leur travail, qu’on ne reconnaît plus pleinement leur expérience, on joue avec le feu. Le roulement et le manque de personnel sur le terrain a pourtant un impact indéniable sur les services à la population ».

« Le personnel de bureau et de l’administration a toujours été dans l’angle mort du réseau, poursuit le président du (SPBTPA–CSN), Frédérick Beaulieu. Les dernières réformes, menées parallèlement à des compressions budgétaires et des coupes de postes, ont pesé lourdement sur les épaules de nos membres. Il est pour le moins paradoxal qu’on les juge parfaitement compétents et tous désignés pour accomplir des tâches autrefois dévolues à des cadres et qu’on refuse ensuite de reconnaître leur travail à sa juste valeur! ».

 

 

Éric Beaupré
Éric Beaupré
PHOTOREPORTER
PROFIL

Les derniers articles

Populaire en ce moment