Privé de sens. Plaidoyer pour un meilleur accès à l’information au Québec sera disponible en librairie le 2 novembre

Privé de sens. Plaidoyer pour un meilleur accès à l’information au Québec sera disponible en librairie le 2 novembre
Le nouveau livre de Marie-Ève Martel paraîtra aux Éditions Somme et sera disponible en librairie le 2 novembre @ Crédit photo Catherine Trudeau photographe

DRUMMONDVILLE

Le système d’accès à l’information du Québec, mis en place il y a 40 ans, permet, à toute personne qui le désire, d’obtenir la plupart des documents produits par les organisations publiques. Du moins, c’est le principe qui a guidé sa création, le nouveau livre de Marie-Ève Martel paraîtra aux Éditions Somme et sera disponible en librairie le 2 novembre.

Le système d’accès à l’information du Québec, mis en place il y a 40 ans, permet, à toute personne qui le désire, d’obtenir la plupart des documents produits par les organisations publiques. Du moins, c’est le principe qui a guidé sa création.

Aujourd’hui, les mécanismes qui sous-tendent ce système s’avèrent bien souvent désuets. Délais interminables, factures salées, conflits d’intérêts, méconnaissance flagrante, manque de ressources, documents caviardés… les raisons pouvant mener à refuser ou retarder la transmission d’informations se multiplient et se superposent.

Dans une analyse limpide et éclairante, Marie-Ève Martel détaille l’importance de ce système au sein de nos communautés et décortique les obstacles et embûches qui nuisent à son efficacité. À l’aide d’exemples aussi spectaculaires que décourageants, Privé de sens révèle le parcours souvent chaotique que doivent traverser les citoyens et citoyennes et journalistes qui souhaitent recevoir des documents publics.

L’autrice propose finalement maintes mesures pouvant reconsolider les principes et mécanismes de ce système et, du même coup, protéger les fondements démocratiques de nos sociétés. Après Extinction de voix. Plaidoyer pour la sauvegarde de l’information régionale (Somme toute, 2018), la vice-présidente de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec parvient à braquer les projecteurs sur une seconde crise trop souvent ignorée.

Marie-Ève Martel a débuté sa carrière dans trois hebdomadaires de la Montérégie avant de devenir journaliste au quotidien La Voix de l’Est. En plus d’être conférencière, elle est l’auteure de l’essai Extinction de voix. Plaidoyer pour la sauvegarde de l’information (Somme toute, 2018) et co-directrice du collectif Prendre parole. Lettres de la (plus si jeune) relève journalistique (Somme toute, 2021). Depuis 2012, elle tient un blogue à son nom (marie-evemartel.net) où elle traite de diverses questions en lien avec le journalisme et les médias. Administratrice de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ) depuis novembre 2015, elle en est la vice-présidente depuis novembre 2020.

Éric Beaupré
PHOTOREPORTER
PROFIL

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

Les derniers articles

Faits divers

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

facebookyoutube-icon