Quadriporteurs en ville: Circuler requiert un code de conduite par leurs utilisateurs

Quadriporteurs en ville: Circuler requiert un code de conduite par leurs utilisateurs
« J’ai perdu mon privilège de conduire une voiture [...] J’ai dû faire une croix sur mon permis de conduire. » ||| © Photo : Éric Beaupré

Drummondville – Témoin d’une scène pour le moins surprenante, mais encore trop souvent fréquente à Drummondville, un usager de quadriporteur circulait au beau milieu des voies routières. Pourtant une piste cyclable se trouvait à moins de quelques mètres et cela aurait été un choix visiblement plus judicieux et sécuritaire. Qu’en est-il de la réglementation à Drummondville?

 

Il tardait à l’auteur de ses lignes de connaître les motivations et les explications de l’utilisateur.

Le premier réflexe de quelques automobilistes a été d’invectiver le promeneur urbain. Klaxons et quelques commentaires désobligeants n’ont pas semblé distraire ni préoccuper Mario, le brave homme rencontré par le Vingt55, pour obtenir sa version.

Après avoir réussi à effectuer une manœuvre de dépassement et ranger ma voiture plus loin, je n’ai eu qu’à attendre l’homme pour obtenir sa version pour le moins surprenante.

Très gentil et collaborateur, l’homme se présente comme étant Mario, « un fier résident du secteur », a-t-il ajouté tout sourire. Mario est un septuagénaire connu dans son quartier comme étant un homme automne et gentil, comme le précisait une passante d’ailleurs.

Mario s’exprime : « J’ai perdu mon privilège de conduire une voiture. C’est l’âge explique-t-il. Un rendez-vous médical et j’ai dû faire une croix sur mon permis de conduire. »

Interrogé pour quelles raisons il circulait au beau milieu de la rue ainsi le septuagénaire répond : « Bien c’est comme ma voiture, mais en plus petit. Le vendeur m’a dit qu’avec le modèle plus petit, je n’avais pas le droit. Mais celui-ci plus dispendieux, à près de 4 000 $, c’était permis. »

Selon ce même représentant qui lui a vendu le véhicule, ce quadriporteur avait non seulement les clignotants et les phares nécessaires, mais un klaxon, que Mario s’est empressé de me faire entendre. Selon lui, ce véhicule a les mêmes privilèges qu’une voiture.

Informations incomprises? Vendeur ou client mal informé?

Compréhension erronée de part et d’autre, visiblement la situation est peu claire, à tout le moins pour bon nombre d’usagers ou voir même les représentants et vendeurs de ce genre de véhicule. Alors qu’en est-il vraiment?

La Ville de Drummondville s’est dotée d’une réglementation pour favoriser une cohabitation sécuritaire entre les utilisateurs de ces voiturettes électriques et quadriporteurs sur son territoire.

Quand la circulation des AMM est-elle interdite, selon le code de la sécurité routière?

– Sur les routes à accès limités, entre autres sur les autoroutes et les voies d’accès. 

– Sur la chaussée des routes où la limite de vitesse est supérieure à 50 km/h.

– Sur la chaussée des routes où il y a plus d’une voie de circulation par direction.

Où est-elle permise selon le code de la sécurité routière?

– Sur les trottoirs et les voies cyclables. À l’extrême droite de la chaussée ou sur l’accotement des routes où il y a une seule voie de circulation par direction, la limite de vitesse est de 50 km/h ou moins.

– Sur l’accotement d’une rue où la limite de vitesse est supérieure à 50 km/h : l’accotement doit être sécuritaire et avoir une largeur d’au moins un mètre.

Bien sûr, une série d’équipements obligatoires doit être présente sur ces véhicules.

– Réflecteurs sur les 4 côtés de l’appareil (blancs en avant, rouges en arrière). Fanion orange triangulaire lorsqu’ils circulent sur un chemin où la vitesse permise est de 70 km/h ou plus.

– Phares blancs à l’avant et feu rouge à l’arrière visibles à une distance d’au moins 150 m, pour les triporteurs et les quadriporteurs, lorsqu’ils circulent la nuit.

Voici la référence trouvée sur le sujet par le Vingt55 et qui offre le fin mot sur le sujet :

https://saaq.gouv.qc.ca/securite-routiere/moyens-deplacement/fauteuil-roulant-motorise/ce-que-dit-la-loi/

 

Pour bien reconnaître les types de véhicules soumis à cette réglementation, il faut connaitre le type de véhicules.

Qu’est-ce qu’une aide à la mobilité motorisée (AMM)?

– S’il s’agit d’un fauteuil roulant motorisé, d’un triporteur ou d’un quadriporteur conçu pour transporter une personne.

– Si le fauteuil roulant motorisé est un fauteuil roulant muni d’un moteur électrique. Les déplacements sont commandés à l’aide d’une manette de contrôle disposée sur un des bras de l’appareil. Il est utilisé par les personnes qui n’ont plus l’usage de leurs jambes.

– Si le triporteur est propulsé par un moteur électrique et muni de 3 roues de petit diamètre (au moins 20 cm), d’un plancher plat, d’un fauteuil et d’un guidon pour diriger l’appareil.

– Si le quadriporteur est propulsé par un moteur électrique et muni de 4 roues de petit diamètre (au moins 20 cm), d’un plancher plat, d’un fauteuil et d’un guidon pour diriger l’appareil.

Le Vingt55 invite donc les gens à partager ces informations et discuter du sujet avec leurs proches, parents ou connaissances qui feraient l’usage de ce type de véhicules, afin de les sensibiliser et de prévenir tout accident et risque de contraventions!

Éric Beaupré
Éric Beaupré
PHOTOREPORTER
PROFIL

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

Les derniers articles

Populaire en ce moment

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

facebookyoutube-icon