Rareté de la main-d’œuvre et autonomie alimentaire – Le ministre Lamontagne reconduit et bonifie le programme de Transformation alimentaire

Rareté de la main-d’œuvre et autonomie alimentaire – Le ministre Lamontagne reconduit et bonifie le programme de Transformation alimentaire
© Crédit photo Eric Beaupré / Vingt55. Tous droits réservés.

DRUMMONDVILLE

Fort du succès de sa première version, le programme Transformation alimentaire a été bonifié et reconduit. Le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, M. André Lamontagne, en a fait l’annonce en se réjouissant de l’aide qu’apportera le programme Transformation alimentaire 2021-2023 aux entreprises bioalimentaires québécoises.

Le PTA vise à accroître les investissements en transformation alimentaire pour développer l’autonomie alimentaire du Québec et pallier la rareté de la main-d’œuvre. Par le soutien aux projets d’automatisation et de robotisation, le PTA appuie les entreprises afin qu’elles augmentent leur productivité. Par ailleurs, l’accès aux grandes chaînes et aux distributeurs nécessite le plus haut respect des standards de qualité et de salubrité des aliments. L’établissement de ces standards requiert une expertise spécialisée et d’importants investissements. Le PTA vise également à soutenir les entreprises qui souhaitent implanter un système de gestion de la qualité et de la salubrité des aliments afin d’accroître leur compétitivité.

« La première version du programme Transformation alimentaire a connu un réel succès et a généré des investissements de plus de 850 millions de dollars, soit neuf fois plus que l’aide accordée depuis le lancement du programme. La pandémie a fortement touché les entreprises, qui peinent à recruter des travailleurs. Il allait de soi pour le gouvernement du Québec de reconduire le programme et de le bonifier pour soutenir nos entreprises dans leur croissance, leur compétitivité et face à leurs enjeux de main-d’œuvre. J’encourage les entreprises à soumettre leurs demandes d’aide financière dans le cadre du premier appel de projets, qui est en cours. Elles ont jusqu’au 19 novembre pour le faire. » – M. André Lamontagne, ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, ministre responsable de la région de la Chaudière-Appalaches et ministre responsable de la région du Centre-du-Québec

L’espace vidéo partenaire Vingt55

Fouilles archéologiques au centre-ville de Drummondville Un passé oublié, une histoire à redécouvrir, ici

Enfin, le PTA encourage les entreprises qui ont des projets qui répondent à certaines attentes des consommateurs, telles que la transformation de produits biologiques ou le développement durable, en offrant une bonification de l’aide financière.

L’aide financière maximale est de 750 000 $ par entreprise pour la durée du programme. Les entreprises ayant déjà reçu une aide financière dans le cadre de la première version du PTA peuvent déposer une nouvelle demande pour le PTA 2021-2023.

Le PTA se décline en deux volets :

Volet 1 – Planification d’un projet

Objectif : réaliser la planification d’un projet visant à améliorer la productivité de la main-d’œuvre et la compétitivité des entreprises.

Aide financière : 75 000 $ par établissement pour la durée du programme.

Volet 2 – Réalisation de projets

Sous-volet 2.1 – Automatisation et robotisation des procédés

Objectif : accroître la productivité de la main-d’œuvre des entreprises par l’automatisation et la robotisation de procédés.

Aide financière : 150 000 $ par établissement pour la durée du programme.

Sous-volet 2.2 – Systèmes de gestion de la qualité et de la salubrité des aliments

Objectif : favoriser l’implantation et l’adaptation de systèmes de gestion de la qualité et de la salubrité des aliments ainsi que de certifications biologiques.

Aide financière : 150 000 $ par établissement pour la durée du programme.

Éric Beaupré
PHOTOREPORTER
PROFIL

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

Les derniers articles

Faits divers

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

facebookyoutube-icon