Reconnaissance des compétences acquises à l’étranger – Le ministre Jean Boulet annonce un investissement de 4 millions de dollars

Reconnaissance des compétences acquises à l’étranger – Le ministre Jean Boulet annonce un investissement de 4 millions de dollars
© Crédit photo Eric Beaupré. Tous droits réservés.

DRUMMONDVILLE

Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la région de la Mauricie, M. Jean Boulet annonce un investissement de 4 millions de dollars sur quatre ans pour la mise en œuvre de la mesure Prêts pour la reconnaissance des titres de compétences étrangers

Cette mesure, accessible à compter du 1er avril 2021, permettra de soutenir les personnes formées à l’étranger dans leurs démarches de reconnaissance de leurs qualifications au Québec. Il sera possible, par exemple, de financer les frais d’examens conditionnels à une accréditation; la formation d’appoint prescrite par un organisme de réglementation professionnelle; la cotisation professionnelle pour la première année ou encore des livres et du matériel de cours.

Pour mettre en œuvre la mesure PRTCE, le ministère du Travail, de l’Emploi et de Solidarité sociale a mandaté Le Moulin Microcrédits et Microcrédit Montréal. Ces organismes, retenus à la suite d’un appel de projets, auront comme rôle de recevoir et d’analyser les demandes de prêts de la clientèle et de mettre en relation les participants acceptés avec une institution financière partenaire afin d’obtenir leur soutien financier.

Espace vidéo partenaire Vingt55 / Formation continue du Cégep de Drummondville

« Cette mesure est importante pour les travailleurs étrangers qualifiés qui ont le désir de contribuer à la vitalité et au dynamisme du Québec. La mesure va permettre aux personnes immigrantes de recevoir un bon coup de pouce pendant leur parcours de reconnaissance. Par ailleurs, nous avons assurément besoin de tous nos talents pour faire face aux défis actuels du marché du travail, dont la rareté de main-d’œuvre, qui a un impact direct sur la productivité des entreprises. C’est particulièrement vrai dans le contexte de la pandémie qui a contribué à accentuer ce phénomène. Je le répète, le Québec doit miser sur l’intégration de tous ses travailleurs et de leurs expertises pour assurer une relance économique durable et inclusive. »  Jean Boulet, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la région de la Mauricie

« L’investissement de notre gouvernement dans le Programme de reconnaissance des titres de compétences étrangers aidera les nouveaux arrivants du Québec qui ont été formés à l’étranger à trouver et à conserver des emplois bien rémunérés. Ce programme leur permet d’obtenir de l’aide pour la reconnaissance de leurs titres de compétences acquis à l’étranger; ils pourront ainsi se joindre plus rapidement à la population active du Canada. Cet investissement est essentiel pour assurer une reprise économique vigoureuse. » – Carla Qualtrough, ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et de l’Inclusion des personnes handicapées 

« Notre société gagne à intégrer davantage de travailleuses et de travailleurs issus de l’immigration. Les compétences et les expériences acquises ailleurs représentent une richesse pour nous tous et je suis fière que notre gouvernement contribue à la reconnaissance de celles-ci. J’encourage les personnes intéressées à se prévaloir de cette mesure afin de faire reconnaître leurs acquis et leurs compétences. » – Nadine Girault, ministre des Relations internationales et de la Francophonie, ministre de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration et ministre responsable de la région des Laurentides

« La lutte contre le racisme implique de poser des gestes concrets pour combattre la discrimination. La couleur de la peau ou les origines d’une personne ne doivent pas être un argument pour disqualifier quelqu’un. L’annonce d’aujourd’hui est un pas dans la bonne direction pour aider les personnes immigrantes à s’intégrer dans la société québécoise. En leur permettant de faire valoir leurs talents et de mettre leur éducation à profit, nous y gagnons tous. » – Benoit Charette, ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, ministre responsable de la Lutte contre le racisme et ministre responsable de la région de Laval

Les participants admissibles à la mesure PRTCE sont tous les résidents permanents, les citoyens canadiens ou les travailleurs étrangers temporaires admissibles aux mesures actives d’emploi, ou toute personne qui s’est vue accorder le statut de réfugié au Canada et qui est légalement autorisée à travailler au Canada, et qui :

Sont détenteurs de titres de compétences émis dans un pays étranger, ou qui ont acquis une formation et une expérience de travail dans un pays étranger dans un métier ou une profession réglementée au Québec, et cherchent à les faire reconnaître;

Se sont vus prescrire, par exemple, des exigences d’accréditation par un organisme de réglementation professionnelle;

Ont démontré un besoin financier et un manque d’accès à des ressources financières.

Cette mesure s’ajoute aux mesures et aux services existants en matière d’aide à l’intégration en emploi des personnes immigrantes, dont le Programme d’aide à l’intégration des immigrants et des minorités visibles en emploi (PRIIME) et le projet Intégration en emploi de personnes formées à l’étranger référées par un ordre professionnel (IPOP).

La signature de l’Entente Canada-Québec sur la mise en œuvre de la mesure PRTCE démontre, par ailleurs, que le gouvernement du Canada reconnaît la compétence exclusive du Québec en matière de reconnaissance des qualifications professionnelles acquises à l’étranger.

Éric Beaupré
Éric Beaupré
PHOTOREPORTER
PROFIL

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

Les derniers articles

Populaire en ce moment

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

facebookyoutube-icon