(VIDÉO) BILAN – Un père de famille et son fils de 6 ans périssent dans l’incendie de la résidence familiale

(VIDÉO) BILAN  – Un père de famille et son fils de 6 ans périssent dans l’incendie de la résidence familiale
© Photo Éric Beaupré.
Vidéo : Éric Beaupré

Le petit a crié « Mon frère, mon père je veux pas qu’ils meurent! » – Dave Thériault.


Saint-Théodore-D’acton, 1er décembre 2017. –  Triste sort pour une famille de Saint-Théodore-d’Acton, à quelques jours de Noël, alors qu’un incendie brise une famille dans l’incendie de leur résidence familiale.

 

Photos : Éric Beaupré


« Vers 9 h 55, l’incendie s’est déclaré, explique le directeur du Service d’incendie d’Acon Vale, Joël Perron, rencontré sur place. Nous étions sur le retour d’un autre appel et cette première intervention nous a permis d’arriver ici très rapidement. Malheureusement le destin avait déjà frappé. » explique-t-il.

M. Perron explique : « Mes hommes ont procédé à une attaque rapide, sans confirmer le décès du jeune homme à ce moment. Ils savaient que sa condition était critique malgré des manœuvres de réanimations tentées sur le petit corps inerte. Il a vite été transporté à l’hôpital car il avait probablement inhalé passablement de fumée. » s’est-il contenté de préciser visiblement conscient de ce qui venait de se jouer.

Le corps du père était pris en charge au même moment par les ambulanciers après avoir été sortie des décombres.

Le père sort de la maison une première fois, malheureusement sans ces deux fils

Selon des témoins de la scène, le père est sorti une première fois de la résidence. Mais constatant que les enfants n’étaient pas à l’extérieur, il  est retourné dans la maison, même si une épaisse fumée sortait par les fenêtres, après quelques minutes déjà.

« Rien ne l’aurait convaincu de ne pas y retourner ! » explique une voisine, Mme Meunier, qui était sans mots.  « C’est une famille unie. Les enfants étaient à la maison en congé scolaire. Mes pensées sont pour la mère, il lui reste un fils. » a-t-elle mentionné à quelques mètres de la maison toujours en flammes, alors que les pompiers tentaient toujours de maîtriser l’incendie.

« Sans l’intervention des deux voisins, elles les auraient tous perdu. » a-t-elle conclu émue et impuissante parlant de la mère qui était au travail chez Airboss.

La mère a vite été conduite de son lieu de travail vers les lieux du drame mais elle a rapidement été conduite au centre hospitalier suite à un violent choc nerveux

Sauvetage in-extremis

Le héros de cette journée est Dave Thériault, rédant dans la maison face à celle qui était la proie des flammes. Il explique : «J’ai vu l’enfant en détresse à la fenêtre. Je voyais sa tête par la fenêtre du 2e étage alors que la fumée envahissait la demeure. Alors, je me suis précipité vers la maison l’échelle sous le bras pour secourir l’enfant. Le petit bonhomme a agrippé l’échelle tendu à la fenêtre et il est descendu et il a alors crié “Mon frère, mon père je veux pas qu’ils meurent” », a expliqué Dave Thériault.

« Un voisin, M. Gauthier, l’a pris charge alors que je tentais de trouver les autres membres de la famille. Je suis entré dans la maison et jai crié,  mais la fumée et la chaleur m’ont contraint à ressortir en rampant à bout de souffle. J’aurais aimé faire plus a soufflé M.  Thériault.  Ils ont perdu la vie à quelques jours de Noël. » a exprimé tristement M. Thériault avant de quitter le périmètre d’incendie.

Travail acharné des pompiers

« Les pompiers ont tout donné une fois sur place, mais tout était malheureusement déjà joué à leur arrivée. » explique l’un des intervenants médicaux rencontrés sur place.

Photo Éric Beaupré | Le directeur du Service d’incendie D’Acton Vale, Joël Perron.


Selon les premiers constats, l’incendie aurait été causé par un système de chauffage au bois. Le directeur du service incendie Joël Perron contacté par téléphone explique que cette thèse est étudiée mais que la scène a été transférée à la Sûreté du Québec et qu’il attend les conclusions des policiers et des spécialistes en scène d’incendies pour confirmer la cause.

D’ailleurs, les enquêteurs de la Sûreté du Québec  (SQ) sont sur place 24 heures après l’incendie ce samedi 2 décembre. La sergente et relationniste de la SQ, Hélène Nepton, ne nous confirme toujours pas l’identité du père et de son fils, comme les enquêteurs des crimes majeurs et scènes d’incendies sont toujours sur place et, par respect pour les familles. « Nous allons attendre la fin de l’enquête sur les causes avant de divulguer les identités. » a-t-elle précisé.

Éric Beaupré
Éric Beaupré
PHOTOREPORTER
PROFIL

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

Les derniers articles

Populaire en ce moment

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

facebookyoutube-icon