Accusé d’agressions sexuelles sur une mineure, le procès de Martin Bélair s’est terminé aujourd’hui à Drummondville

Accusé d’agressions sexuelles sur une mineure, le procès de Martin Bélair s’est terminé aujourd’hui à Drummondville
Accusé d’Agression sexuelle sur une mineure, le procès de Martin Bélair a pris fin aujourd’hui à Drummondville © Crédit photo : Eric Beaupré / Vingt55. Tous droits réservés

DRUMMONDVILLE

Accusé d’infractions à caractère sexuel sur une jeune mineure, Martin Bélair a comparu aujourd’hui après trois jours de procès pour les plaidoiries, confronté à trois chefs d’accusation en matière d’agression sexuelle sur une mineure.
https://calacs-lapasserelle.org/

Accusé d’Agression sexuelle sur une mineure, le procès de Martin Bélair a pris fin aujourd’hui à Drummondville © Crédit photo : Eric Beaupré / Vingt55. Tous droits réservés

Martin Bélair, accusé d’avoir commis des gestes d’exhibitionnisme, de contacts sexuels et d’agressions sexuelles envers une adolescente entre octobre 2021 et janvier 2022.

Accusé d’infractions à caractère sexuel sur une mineure, Martin Bélair a comparu pour la troisième journée de son procès au palais de justice de Drummondville, journée de procès essentiellement dédié aux plaidoiries. Bélair fait face à des accusations d’exhibitionnisme, de contacts sexuels et d’agressions sexuelles sur une adolescente entre octobre 2021 et janvier 2022.

Le Vingt55 a assisté aux trois jours de procès ou l’accusé a répondu aux interrogatoires et contre-interrogatoires concernant les accusations d’agression sexuelle, de contact sexuel et d’exhibitionnisme qui lui sont reprochées. Aujourd’hui, la procureure de la Couronne Vicky Smith a conclu son contre-interrogatoire, mettant en lumière des incohérences significatives a son avis et selon la preuve déposée dans la défense de l’accusé.

L’accusé a rappelé à la juge qu’il soutenait que l’accusation avait été formulée par vengeance. « Rien de tout cela n’est arrivé. Je n’ai jamais agressé la plaignante. Mes explications sont crédibles. J’ai fourni des explications constantes pour chaque affirmation. » L’accusé a également souligné que la plaignante présentait de nombreuses incohérences. Selon lui, les souvenirs de la jeune femme semblent peu crédibles et inexacts, malgré les événements qui se sont déroulés il y a plus de trois ans. Il a affirmé que ces omissions ou incohérences devraient suffire à son acquittement.

Martin Bélair a présenté sa propre défense devant l’honorable juge Claire Desgens, réfutant, les accusations et suggérant que la plaignante aurait inventé les agressions.

L’adolescente a témoigné avec aplomb des agressions sexuelles présumé qui serait survenues sur plusieurs mois, accusations que l’’accusé nient en bloc.

Cependant, des preuves matérielles et d’ADN ont été présentées, notamment des traces de sperme appartenant à l’accusé trouvées sur les effets personnels et les vêtements de la jeune adolescente, incriminant l’accusé.

Celui-ci a toutefois fourni une version et une explication liées à cette découverte, qui ont été fournis par l’analyse médico-légale et l’enquête de la Sûreté du Québec.

Martin Bélair a continué de nier les accusations portées contre lui, affirmant que les traces de sperme trouvées sur ses vêtements étaient dues à un incident isolé où il aurait tenté de soulager une douleur dentaire.

C’est en me masturbant à proximité des effets personnes et vêtements de la jeune adolescente que c’est arrivé et que c’était le fruit d’un événement isolé » C’est arrivé juste une fois et ce n’était pas en présence de l’adolescente, a tenté de fait valoir Martin Bélair devant le tribunal.

La procureure de la Couronne a démontré dans ses plaidoiries les failles dans la version de l’accusé et la crédibilité réduite des arguments avancés pour sa défense.

Le procès a pris fin avec les plaidoiries, et l’honorable juge Desgens a réservé son jugement au 5 septembre prochain. En attendant, Martin Bélair reste libre sous certaines conditions, incluant l’interdiction de se trouver en présence de la plaignante.

Accusé d’Agression sexuelle sur une mineure, le procès de Martin Bélair a pris fin aujourd’hui à Drummondville © Crédit photo : Eric Beaupré / Vingt55. Tous droits réservés

https://calacs-lapasserelle.org/

Infos juridiques

Présomption d’innocence

Le Vingt55 rappelle que toute personne accusée au criminel a droit et bénéficie de la présomption d’innocence jusqu’à la décision d’un juge au terme d’un processus judiciaire complet.

Le système pénal canadien repose sur un principe fondamental: toute personne accusée d’avoir commis une infraction est présumée innocente jusqu’à ce que la preuve de sa culpabilité soit établie hors de tout doute raisonnable devant un tribunal.

Comme une personne accusée d’un crime s’expose à de lourdes conséquences, la présomption d’innocence revêt une importance capitale. Ce droit est reconnu à l’article 11d) de la Charte canadienne des droits et libertés. La présomption d’innocence est un droit individuel qui exige que:

L’accusé n’a pas à prouver qu’il est innocent, sa culpabilité doit être établie par le poursuivant, par une preuve hors de tout doute raisonnable.

La charge de le prouver incombe à l’État, au Québec, il s’agit du Directeur des poursuites criminelles et pénales qui agit par l’entremise de ses procureurs aux poursuites criminelles et pénales.

Les poursuites criminelles doivent se dérouler conformément aux procédures légales et à l’équité.

Éric Beaupré
PHOTOREPORTER
PROFILE

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

Les derniers articles

Faits divers

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

facebookyoutube-icon