Cauchemar pour une ambulancière blessée dans son véhicule volé

Cauchemar pour une ambulancière blessée dans son véhicule volé
Cauchemar pour une ambulancière blessée dans son véhicule volé© Crédit photo Eric Beaupré / Vingt55. Tous droits réservés.

Nouvelle régionale

Une ambulancière a passé de longues minutes angoissantes dans l’ambulance où elle travaille après avoir été agressée physiquement par un homme qui s’est emparé du véhicule d’urgence et a pris la fuite avec l’ambulancière toujours à son bord.

L’incident s’est déroulé vers 20 h 30 à une vingtaine de kilomètres de Drummondville, aux limites de Yamaska et de St-François-Du-Lac.

Deux ambulancières ont assurément vécu de longues minutes terrifiantes quand, pour une raison qui doit encore être validée par les enquêteurs de la Sûreté du Québec, un individu de 28ans a eu un comportement agressif envers les deux ambulancières, avant de s’en prendre physiquement à l’une d’elles pour ensuite s’emparer du véhicule et prendre la fuite avec l’ambulancière toujours à son bord.

Selon les informations obtenues sur place par le Vingt55 et qui reste à être confirmé par les autorités, c’est après s’en être pris physiquement de façon très agressive et violente envers l’ambulancière que le suspect a volé le véhicule ambulancier.

« L’individu a quitté les lieux avec l’ambulance et l’ambulancière toujours à bord », a confirmé la sergente Béatrice Dorsainville, porte-parole de la Sûreté du Québec contactée par le Vingt55. « Les policiers de la Sûreté du Québec ont rapidement tenté d’intercepter le véhicule et l’individu qui prenait la fuite », explique la porte-parole de la Sûreté du Québec.

Le suspect, détenant l’ambulancière dans le véhicule en marche, a entraîné les policiers dans une poursuite policière qui les a conduits sur le rang du Grand-Chenal. La poursuite a pris fin après que le suspect eût effectué une violente sortie de route sur le rang du Bois-de-Maska, à Yamaska.

Selon un témoin rencontré sur place par le Vingt55, le véhicule a circulé à grande vitesse sur le rang du Grand-Chenal avant de bifurquer sur le rang du Bois-de-Maska, les policiers à ses trousses. Ce n’était « clairement pas un appel ou une situation normale », relate l’un des témoins.

Une ambulancière blessée, le suspect maîtrisé et arrêté

Après l’embardée, l’individu a rapidement été maîtrisé et arrêté par les policiers. L’ambulancière, demeurée dans la section arrière du véhicule tout au long de la poursuite, a été blessée et prise en charge rapidement par les paramédicaux.

Selon les informations obtenues par le Vingt55 l’ambulancière aurait subi des blessures traumatiques importante à la suite de l’agression et embardée.

« L’ambulancière s’en tire avec des blessures qui ne mettent pas sa vie en danger », a précisé la porte-parole de la Sûreté du Québec. « Le suspect a également été pris en charge par les paramédicaux pour des blessures sans gravité. »

Lourdement endommagé par la violente sortie de route, le véhicule ambulancier est une perte totale. Les traces de l’impact étaient visibles au sol sur plusieurs mètres.

Un paramédics appelé à commenter les événements a confié au Vingt55 que ce genre de situation est vraiment exceptionnelle. « Nous faisons face à plusieurs situations différentes chaque jour lors de nos interventions », a-t-il expliqué sans commenter directement les événements faisant toujours l’objet d’une enquête. « C’est un risque à chaque appel, une personne en crise ou une situation qui dégénère font partie des probabilités de voir une simple intervention dégénère. Il n’est pas rare que nous devions faire appel aux policiers pour escorter un patient en crise. Nous devons également composer avec des situations qui peuvent rapidement dégénérer », explique le paramédics. « Parfois l’intervention dégénère en quelques secondes, un patient a priori calme peut devenir impatient, voire agressif sans avertissement, une réalité à laquelle nos services et collègues sont souvent confrontés », conclut le paramédics d’expérience.

De son côté les dirigeants du service ambulancier voulaient s’assurer de l’état de santé des deux ambulancières et obtenir leurs versions des faits avant de commenter les événements.

Une enquête a été ouverte par les enquêteurs de la Sûreté du Québec.

Ce matin le suspect se trouvait encore au centre hospitalier précise Valérie Beauchamps porte-parole de la Sûreté du Québec (SQ) contacté par le Vingt55.  L’individu de 28ans pourrait faire face à des accusations de voies de fait, de vol de véhicule, fuite, séquestration, voies de fait sur un agent et de conduite dangereuse causant des lésions précise la porte-parole. ’Il devrait comparaitre ultérieurement par visioconférence au palais de justice de Sorel-Tracy’ selon l’agente Beauchamp.

Le syndicat rappelle que la sécurité des paramédics est fondamentale    

Contacté par le Vingt55 Benoit Cowell, président de la Fraternité des travailleurs et travailleuses du préhospitalier du Québec confirme et précise ‘’ Hier soir, deux paramédics intervenaient sur une scène à Sorel-Tracy lorsqu’un suspect agressif a pris la fuite avec leur ambulance tandis qu’une paramédic se trouvait encore dans le module de soins à l’arrière. Après une poursuite policière à haute vitesse, le véhicule a fait une sortie de route et s’est retrouvé dans un fossé à Yamaska.’’

« Le suspect et la paramédic ont subi des blessures et ont été transportés vers un hôpital. Cet incident nous rappelle que nos membres sont souvent placés dans des situations périlleuses et que les normes de sécurité au travail doivent toujours être optimales. Nous avons d’ailleurs demandé l’intervention de la CNESST ce matin », de déclarer Benoit Cowell, président de la Fraternité des travailleurs et travailleuses du préhospitalier du Québec (FTPQ).

La Sureté du Québec a arrêté le suspect et celui-ci risque de faire face à de nombreuses accusations. Une enquête est en cours pour déterminer les causes et les circonstances exactes de l’événement.

« Nos pensées sont avec nos consœurs et confrères, leur famille et leurs proches. Nous allons offrir notre collaboration et suivre cette enquête de près. Si nous pouvons améliorer les mesures de sécurité, nous nous devons de le faire », de conclure le président. 

L’important ce n’est pas de donner beaucoup de temps et d’argent, l’important c’est de donner, tout simplement.

Éric Beaupré
PHOTOREPORTER
PROFIL

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

Les derniers articles

Faits divers

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

facebookyoutube-icon