Contacts sexuels sur deux bambins : John Brisson-Émond plaide coupable

Contacts sexuels sur deux bambins : John Brisson-Émond plaide coupable
John Brisson-Émond plaide coupable © Photo Facebook et montage Eric Beaupré / Vingt55. Tous droits réservés.

DRUMMONDVILLE

John Brisson-Émond a plaidé coupable, en direct du centre de détention, où il est gardé détenu depuis la mise en accusation, aux chefs d’accusation de contacts sexuels sur deux bébés. Il a, dans les faits, choisi de plaider coupable à deux des quatre chefs d’accusation devant le juge du palais de justice de Drummondville.

John Brisson-Émond plaide coupable © Photo Facebook et montage Eric Beaupré / Vingt55. Tous droits réservés.

En effet, le Vingt55 a assisté à la comparution de John Brisson-Émond qui a finalement plaidé coupable à deux chefs d’accusation, voyant du même coup le tribunal ordonner un arrêt conditionnel sur deux chefs d’agressions sexuelles sur les deux fillettes, toutes deux âgées de moins de 4 ans.

Lors de sa comparution au palais de justice Drummondville, l’honorable juge Serge Champoux a enregistré les plaidoyers. C’est du centre de détention où il est gardé depuis son arrestation, survenue le 7 septembre dernier, que l’accusé a enregistré ses réponses à deux des chefs d’accusation, soit de contacts sexuels sur deux personnes âgées de moins 16 ans, évitant ainsi un procès à la famille et aux deux très jeunes victimes. Le tribunal a, dans un arrêt conditionnel, retiré les deux chefs d’agressions sexuelles sur les deux fillettes.

Preuve accablante : l’accusé plaide coupable

John Brisson-Émond 29 ans, a admis avoir touché les parties intimes des deux enfants, âgés de moins de 16 ans, soit de moins de 3 ans pour la première victime et de moins de 4 ans pour la deuxième victime au moment des faits qui ont conduit à l’arrestation de l’accusé.

Brisson-Émond a admis, en interrogatoire, avoir eu, lors des siestes des enfants, des « pulsions » lors des changements de couches envers les enfants, ce qui l’a mené à avoir des contacts sexuels avec les deux victimes.

La mère des enfants a noté des rougeurs au niveau des parties intimes et des changements de comportement notables de la part des enfants. De plus, la découverte d’objets artisanaux à caractère sexuel dans la chambre de l’accusé, qui était un invité, a éveillé les soupçons de la mère. C’est à la suite d’un examen médical que les doutes se sont confirmés auprès de la mère, qui a ensuite alerté les autorités.

Lors de l’interrogatoire, l’enquêtrice de la Sûreté du Québec a obtenu des aveux incriminants de l’accusé. Celui-ci avait admis avoir eu des pulsions sexuelles et des contacts avec les bébés à différentes occasions. L’interrogatoire mené par l’enquêtrice de la SQ a permis de faire admettre que l’accusé a, lors d’un changement de couche, entre autres, inséré un doigt au niveau de la vulve et du vagin des jeunes filles.

Des gestes intrusifs et aggravants évoqués par la procureure de la Couronne

L’abuseur sexuel évoquait des problèmes de consommation d’alcool et un contexte de confinement en raison de la COVID-19 pour expliquer ses gestes, version qui a été expliquée tout en évoquant l’impact que les gestes intrusifs survenus lors des crimes sexuels reprochés pourraient avoir sur les fillettes malgré leur très jeune âge.

Une suggestion commune étudiée par l’honorable Juge Serge Champoux

L’honorable juge Champoux n’a pas entériné la suggestion commune de deux ans d’emprisonnement proposée par les procureurs au dossier. Devant la nature des faits reprochés et des accusations, le juge a choisi de prendre en délibéré sa décision sur la sentence proposée et la sentence à imposer au pédophile.

Des rapports pré-sentenciel et sexologique pourraient être exigés à la suite de la demande de délibéré du juge afin de rendre sa décision dans ce dossier.

L’accusé fait également face à une kyrielle de conditions et de restrictions, entre autres, des interdits de contact avec les victimes, les proches et les témoins des événements. John Brisson-Émond devrait également, selon la suggestion de la procureure de la Couronne, être enregistré au registre des délinquants sexuels à perpétuité, en plus de devoir fournir son ADN aux autorités.

John Brisson-Émond reviendra devant les tribunaux le 14 décembre 2021 afin que l’honorable juge Champoux rende sa décision.

Éric Beaupré
PHOTOREPORTER
PROFIL

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

Les derniers articles

Faits divers

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

facebookyoutube-icon