Couvre-feu : aucun effet sur le nombre de cas selon les chercheurs de l’Institut économique de Montréal

Couvre-feu : aucun effet sur le nombre de cas selon les chercheurs de l’Institut économique de Montréal
Couvre-feu Drummondville © Crédit photo Eric Beaupré / Vingt55. Tous droits réservés.

DRUMMONDVILLE

Les chercheurs de l’Institut économique de Montréal ont cru bon de tenter de justifier statistiquement et scientifiquement la mesure du couvre-feu. Après analyses, leurs modèles économétriques ne démontrent aucun effet du couvre-feu sur le nombre de cas.

Ils ont analysé les données journalières depuis le début de la pandémie en comparant le Québec aux autres provinces, en utilisant un modèle d’effets fixes afin de simuler une expérience en laboratoire en incluant de nombreuses variables pertinentes. Après avoir isolé l’effet du couvre-feu sur le nombre de cas, aucun effet statistiquement significatif n’a été trouvé.

« Notre équipe de chercheurs a fait un travail acharné en considérant différentes hypothèses et en utilisant plusieurs modèles économétriques communs en sciences sociales, et dans aucun scénario avons-nous trouvé un effet du couvre-feu sur le nombre de cas. Nous abondons donc dans le même sens que plusieurs experts de la santé qui ont exprimé leur réticence quant à cette mesure draconienne », souligne Olivier Rancourt, économiste à l’IEDM.

Votre section vidéo d’information locale – Vingt55

Espace vidéo partenaire vingt55 

L’IEDM remet en question les études du ministère et le couvre-feu

Les chercheurs émettent d’importantes réserves quant aux quatre études fournies par le ministère de la Santé visant à justifier le couvre-feu. Ils ont été surpris de constater qu’il s’agissait d’études basées sur des corrélations, et non pas sur des causalités.

« C’est comme affirmer que plus il y a de noyades, moins le Canadiens de Montréal joue de parties – cela serait donc une corrélation négative. Toutefois, cela est entièrement dû au fait qu’il y a plus de noyades l’été, et le Canadiens ne joue pas l’été. Affirmer qu’il y a une corrélation ne nous donne donc aucune information sur l’effet réel des noyades sur les Canadiens, qui serait nul », a expliqué Miguel Ouellette, directeur des opérations et économiste à l’IEDM.

C’est pourquoi que les chercheurs remettent en question la conclusion comme quoi le couvre-feu aurait un effet sur les cas, et expriment que les études utilisées par le gouvernement sont difficilement défendables scientifiquement.

« Deux alternatives s’imposent. Le gouvernement du Québec doit soit retirer le couvre-feu immédiatement, soit soumettre des études bétons prouvant l’utilité et la légitimité de cette mesure qui ébranle notre quotidien. », ajoute M. Ouellette. 

L’Institut économique de Montréal est un think tank indépendant sur les politiques publiques. Par ses publications, ses apparitions dans les médias et ses services consultatifs aux décideurs politiques, l’IEDM stimule les débats et les réformes des politiques publiques en se basant sur les principes établis de l’économie de marché et sur l’entrepreneuriat.

La Rédaction
CONTRIBUTOR
PROFIL

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

Les derniers articles

Faits divers

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

facebookyoutube-icon