Éducation : des centaines de syndiqués du Front commun en éducation manifestent devant le CSSDC à Drummondville

Éducation : des centaines de syndiqués du Front commun en éducation manifestent devant le CSSDC à  Drummondville
@ Crédit photo Eric Beaupré / Vingt55 Tous droits réservés.

DRUMMONDVILLE

Quelques centaines de membres du front commun syndical du milieu de l’éducation ont manifesté aujourd’hui devant le Centre de services scolaire des Chênes de Drummondville

Quelques centaines de membres du front commun syndical du milieu de l’éducation ont manifesté aujourd’hui devant le Centre de services scolaire des Chênes de Drummondville @ Crédit photo Eric Beaupré / Vingt55. Tous droits réservés.

Le personnel enseignant et de soutien affilié à la CSN a dénoncé les dernières offres du gouvernement, qui propose une augmentation salariale de 9 % sur une période de 5 ans. Une proposition jugée indécente et insuffisante, explique Guy Veillette, président du Syndicat de l’enseignement de la région de Drummondville, en entrevue avec le Vingt55.

Le Syndicat de l’enseignement de la région de Drummondville a par ailleurs obtenu 99 % d’appui à un mandat de grève, qui pourra être appliqué au moment jugé opportun.

« On est très heureux de la participation à une manifestation syndicale avec les professionnels non enseignants, les employés de soutien CSN et les professeurs du Syndicat de l’enseignement de Drummondville », exprime Guy Veillette.

« La dernière fois que nous avions organisé quelque chose dans ce sens, il y avait environ une centaine de personnes. Cette fois-ci, nous avons enregistré 765 inscriptions », précise Guy Veillette. « C’est un succès qui démontre l’engagement et la colère des gens face aux offres qui sont sur la table. Ces offres sont jugées indécentes par l’ensemble des membres », ajoute le président du Syndicat de l’enseignement de la région de Drummondville.

La mobilisation s’accélère considérablement en ce moment, « les membres sont à bout nous avons besoin de ressources, on a besoin de meilleures conditions de travail et salariales. On ne lâchera pas le morceau », assure Guy Veillette. « Nous avons un mandat de grève qui pourrait aller jusqu’à la grève illimitée. Les moyens de pression commenceront cette semaine pour faire avancer les négociations. Il est essentiel que les négociations progressent et que l’on règle la situation, notamment en ce qui concerne nos conditions salariales et nos conditions de travail. C’est le moment de régler cette grève, c’est un moyen de pression, un outil, et si nous n’avons pas le choix, nous l’utiliserons. Cependant, nous préférerions que nos conditions de travail et salariales soient résolues, c’est important», conclut Guy Veillette.

Les enseignantes et enseignants ne baisseront pas les bras. Ils ont des besoins en matière d’amélioration des conditions de travail, notamment en ce qui concerne la composition des classes, la réduction de leur charge de travail et leur rémunération, explique Mme Lessard, en entrevue avec le Vingt55. « Ces améliorations sont nécessaires pour maintenir nos professionnels dans le secteur de l’enseignement, et pour valoriser la profession enseignante. Nous souhaitons que les jeunes aient envie de se lancer dans l’enseignement », ajoute-t-elle.

« C’est le plus beau métier du monde, mais il faut être en mesure de fournir des conditions qui permettent de l’exercer correctement et de garantir de bons services aux élèves, tout en offrant de bonnes conditions de travail », ajoute Mme Lessard. « La charge de travail est devenue si lourde que de moins en moins de personnes sont intéressées à s’y lancer. Elles voient ce qui se passe et se disent : ‘Je ne peux pas faire toute une carrière dans l’enseignement avec de telles conditions’. Il est essentiel d’agir à ce niveau, pour attirer davantage de personnes et offrir de meilleurs services aux élèves. L’éducation est cruciale socialement, et le gouvernement doit investir en conséquence pour répondre à nos besoins », conclut Mme Lessard.

Karine Boudreau, psychologue au Centre de services scolaire des Chênes et déléguée adjointe du syndicat des professionnels, explique en entrevue au Vingt55 que la situation de pénurie de personnel est problématique tant au niveau national que localement. « Nous sommes actuellement confrontés à une véritable pénurie de professionnels. Nous avons une douzaine de postes vacants qui ne parviennent pas à être pourvus, et certains de nos membres quittent même la profession, optant pour le secteur privé; ça crée des lacunes importantes dans nos services et pour les élèves », confie Mme Boudreau.

« En réalité, nous sommes confrontés à des problèmes de rétention, en plus des difficultés à recruter. Les conditions


de travail, au-delà de la rémunération, l’autonomie professionnelle sont également des éléments que les professionnels recherchent dans leur travail, et qu’ils trouvent ailleurs, notamment dans le secteur privé », affirme Mme Boudreau. « Finalement, nous ne sommes plus en mesure de fournir un service de qualité aux élèves », ajoute-t-elle.

 

Quelques centaines de membres du front commun syndical du milieu de l’éducation ont manifesté aujourd’hui devant le Centre de services scolaire des Chênes de Drummondville @ Crédit photo Eric Beaupré / Vingt55. Tous droits réservés.

Éric Beaupré
PHOTOREPORTER
PROFILE

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

Les derniers articles

Faits divers

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

facebookyoutube-icon