Faible variation de l’emploi et baisse du taux de chômage en décembre 2020

Faible variation de l’emploi et baisse du taux de chômage en décembre 2020
©Crédit photo Eric Beaupré. Tous droits réservés.

DRUMMONDVILLE

L’emploi varie peu (- 16 800; – 0,4 %) au Québec en décembre par rapport à novembre 2020. Le taux de chômage diminue de 0,5 point de pourcentage en décembre pour s’établir à 6,7 %. C’est ce qui ressort des résultats de l’Enquête sur la population active de Statistique Canada.

L’emploi a progressé de 692 900 depuis mai, ce qui équivaut à plus de 84 % des 820 500 emplois perdus entre février et avril 2020.

En décembre, l’emploi à temps plein (- 7 900) et celui à temps partiel (- 9 000) baissent. L’emploi se replie dans le secteur public (- 27 400), alors qu’il est en hausse dans le secteur privé (+ 6 100) et chez les travailleurs indépendants (+ 4 400). Le taux d’activité diminue de 0,6 point et se fixe à 63,8 %. Le taux d’emploi diminue de 0,2 point pour s’établir à 59,6 %.

Au Canada, en décembre, l’emploi diminue de 62 600 (- 0,3 %). Le taux de chômage monte de 0,1 point et se fixe à 8,6 %. Les plus fortes baisses de l’emploi s’observent au Québec (- 16 800), en Ontario (- 11 900) et en Alberta (- 11 900).

Bilan de l’emploi au Québec en 2020

Au cours de l’année 2020, comparativement à l’année 2019, l’emploi au Québec a baissé de 200 700 (- 4,6 %). Au cours de cette période, l’emploi à temps partiel et celui à temps plein ont diminué respectivement de 106 500 et de 94 200. Une baisse de 177 100 emplois est observée dans le secteur privé et de 26 700 chez les travailleurs indépendants, alors que l’emploi a peu varié dans le secteur public (+ 3 100).

Pour l’ensemble de l’année 2020, le taux de chômage au Québec s’établit en moyenne à 8,8 % (9,5 % au Canada), soit une hausse de 3,7 points par rapport au taux de 2019.

Note : Statistique Canada publiera à la fin janvier les données révisées sur l’emploi en 2020. Conséquemment, l’Institut de la statistique du Québec publiera en février un portrait complet de l’évolution du marché du travail au Québec pour l’année 2020.

 

Mise en garde au sujet des effets de la pandémie de COVID-19 sur les données de l’EPA

Les effets de la crise de la COVID-19 sur le marché du travail en décembre doivent être interprétés avec prudence dans l’analyse des résultats de l’Enquête sur la population active (EPA).

 La période de référence de l’enquête pour le mois de décembre s’étend du 6 au 12 décembre. La juste catégorisation du statut d’activité d’une personne selon les définitions usuelles d’emploi, de chômageet d’inactivité peut avoir été plus ardue lors de cette édition de l’enquête, comme c’est le cas depuis le début de la crise de la COVID-19. La section COVID-19 du site Web de l’Institut de la statistique du Québec présente des analyses portant sur les répercussions de la pandémie au Québec. Rappelons par ailleurs que les données mensuelles sont fondées sur un échantillon et ainsi sujettes à une certaine variabilité.

_________
1 Dans l’Enquête sur la population active, un chômeur est défini comme une personne qui, au cours de la période de référence : 1) avait été mise à pied temporairement, mais s’attendait à être rappelée au travail et était disponible pour travailler; 2) était sans emploi, avait activement cherché un emploi au cours des quatre dernières semaines et était disponible pour travailler; ou 3) devait commencer un nouvel emploi dans les quatre semaines suivant la semaine de référence et était disponible pour travailler.

Éric Beaupré
Éric Beaupré
PHOTOREPORTER
PROFIL

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

Les derniers articles

Populaire en ce moment

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

facebookyoutube-icon