HUIT TENDANCES ALIMENTAIRES POUR 2018

HUIT TENDANCES ALIMENTAIRES POUR 2018
BDV© Photo

(EN) 2017 a été une année chargée pour la scène alimentaire canadienne, et nous avons vu des tendances se manifester, notamment la popularité des protéines non animales, l’accessibilité au végétalisme, les régimes sains, les ingrédients simples et la fusion des cuisines canadienne et mondiale. Oh, et beaucoup de charbon de bois.

 

Après avoir rencontré un conseil composé de grands chefs, d’universitaires et d’auteurs gastronomiques du Canada, Martin Patenaude, Chef exécutif des Écoles culinaires le Choix du Président, nous donne un aperçu de quelques tendances qui, selon le plus grand détaillant du Canada, seront les plus populaires en 2018.

Adoption généralisée de zéro gaspillage alimentaire : « La tendance de zéro gaspillage alimentaire a commencé en 2017 dans les restaurants, déclare le Chef Patenaude. Attendez-vous à une adoption généralisée en 2018, alors que celle-ci fait son entrée dans les foyers. »

Faire renaître ses restes d’aliments : Qui a le temps de cuisiner tous les soirs? Les Québécois peuvent rechercher des façons nouvelles et intéressantes de combiner les restes pour créer des repas nouveaux et savoureux, ainsi que pour gagner du temps en ce qui a trait à la préparation des aliments. De nouveaux outils et de nouvelles règles pour comprendre la taille des portions permettront aux chefs à la maison de préparer la quantité parfaite pour le dîner, ou un peu plus pour deux repas.

Cultivez-les vous-même : Au-delà des potagers traditionnels, les Québécois chercheront à cultiver leurs propres aliments. « Nous constatons déjà une prolifération d’apiculture de jardin et de modifications apportées aux règlements municipaux à l’égard des poulaillers, affirme le Chef Patenaude. Nous pensons même que les occupants de copropriétés passeront à l’action avec des jardins intérieurs de fines herbes et de pousses, ainsi que des avocats et des agrumes en pot. »

Nouvelle orientation de la nutrition : Avec le lancement prochain du nouveau Guide alimentaire canadien, les Québécois seront intéressés d’apprendre et de comprendre les modifications apportées, ainsi que les moyens d’intégrer les conseils de nutrition révisés à leur alimentation. En conséquence, nos assiettes peuvent faire l’objet de changements importants.

Riche en matières grasses : « Avec la demande des consommateurs pour obtenir des options plus riches en matières grasses déjà à la hausse, je m’attends à voir cette tendance s’amplifier en 2018, en particulier chez les produits laitiers », indique le Chef Patenaude.

Anti-sucre : Alors que certaines matières grasses deviendront plus conviviales, la consommation excessive de sucre est déjà sur la sellette. « Un certain nombre des grands producteurs alimentaires prévoient le lancement d’options plus faibles en sucre, surtout du côté des bonbons », affirme le Chef Patenaude.

Éducation nutritionnelle : Informez-vous auprès d’une diététiste professionnelle à propos de celle-ci, et elle vous dira probablement que l’éducation nutritionnelle pour les jeunes est absente au Canada. Avec le lancement d’un guide alimentaire mis à jour et les efforts déployés sur un plan national d’alimentation, ce sujet sera peut-être d’actualité en 2018.

Substituts de produits laitiers : Un des principaux facteurs de cette tendance est une augmentation de Québécois avouant être intolérants au lactose ou allergiques au lait, combinée à une plus grande sensibilité aux maladies gastro-intestinales au sein de la population. « Alors que beaucoup de gens découvrent encore que les options comme les boissons d’amande et de soya sont d’excellents ajouts aux smoothies du matin, nous constatons la présence de plus d’options, dont notamment des produits laitiers à base de petits pois et de lait de coco », indique le Chef Patenaude.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

Les derniers articles

Populaire en ce moment

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

facebookyoutube-icon