Il livre un vibrant témoignage sur le suicide de son fils

Il livre un vibrant témoignage sur le suicide de son fils
Les toiles de Carl Laplante ont contribué à amasser une somme record pour contre le suicideCrédit photo : Éric Beaupré

DRUMMONDVILLE – Depuis que son fils a commis l’irréparable, le peintre Carl Laplante accepte de briser le silence. Il estime que de parler ouvertement du suicide, c’est donner une chance à la vie.

Devant 300 personnes réunies à la Cour du Baron, mercredi, Carl Laplante a témoigné du suicide de son fils, qu’il n’avait jamais vu venir.

Jacoby avait à peine 12 ans lorsqu’il s’est enlevé la vie, il y a quatre ans. L’adolescent fréquentait le Collège St-Bernard. Il jouait au football. Il semblait aimé de ses pairs. Il était même le clown de la famille…

«Mon fils était vraiment sur la coche», a assuré le papa.

Rien ne lui laissait croire qu’il allait poser un tel geste.

«Je n’ai jamais rien vu de mon fils qui n’allait pas bien», a-t-il partagé.

Ce père de quatre enfants avait même délaissé par choix son entreprise, en 2003, pour peindre à temps complet afin d’avoir davantage de temps pour s’occuper de ses jeunes.

Il l’a trouvé sans vie

Un jour, M. Laplante est allé chercher son fils au collège parce qu’il avait commis un délit.

Jacoby avait mis le feu à une toilette de l’école et il s’est fait suspendre par le directeur de l’époque, Alexandre Cusson, aujourd’hui maire de Drummondville.

«À cet âge-là, on en fait tous des niaiseries», commente M. Laplante.

Le père a chicané son jeune et l’a envoyé dans sa chambre.

Ensuite, il a quitté la maison une trentaine de minutes pour visiter des appartements pour sa fille. Quand il est revenu, il a trouvé Jacoby sans vie.

Carl Laplante a eu besoin des services du Centre de prévention suicide (CEPS) Drummond pour se remettre de ce drame.

«C’est l’enfer! Tout bascule», a-t-il exprimé, avec émotion.

Il est reconnaissant d’avoir bénéficié gratuitement d’une thérapie de groupe pour les proches endeuillés.

«Ça prend ça pour s’en sortir», dit-il.

L’homme courageux a finalement invité les gens à vaincre les tabous.

«Parlez du suicide. Parlez-en», a-t-il insisté pour conclure son témoignage.

Un record de dons

Lors de ce 5 à 7, ce peintre a mis à l’encan ses toiles qui ont permis d’amasser 30 000 $ au profit du CEPS. Au total, l’événement a recueilli une somme record de 75 000 $.

Alexandre Cusson, qui depuis les tragiques événements est maire de Drummondville, agissait comme président d’honneur.

Celui qui a été engagé pendant 25 ans auprès des jeunes croit en chacun d’eux.

«Il importe que toutes et tous puissent développer son plein potentiel, en suivant et en écoutant qui il est. Chaque personne a un talent. Chaque personne est unique. Sachez qu’il y a toujours un proche qui peut vous le rappeler», a communiqué M. Cusson.

Caroline Lepage
Caroline Lepage
JOURNALISTE
PROFIL

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

Les derniers articles

Populaire en ce moment

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

facebookyoutube-icon