Le gouvernement de la CAQ remet 1,7 milliard$ dans le portefeuille des familles et des aînés

 Le gouvernement de la CAQ remet 1,7 milliard$ dans le portefeuille des familles et des aînés

Détails de la présentation et réactions

QUÉBEC / CNW Telbec

Le premier ministre du Québec, François Legault, et le ministre des Finances, Eric Girard, ont profité de la mise à jour économique automnale pour annoncer des actions concrètes visant à remettre de l’argent dans le portefeuille des familles et des aînés du Québec. Le gouvernement pose également des gestes pour favoriser l’accélération de l’investissement des entreprises et pour poursuivre les efforts de lutte contre les changements climatiques.

De plus, le contexte économique fait en sorte que le Québec a connu une augmentation plus importante que prévu de ses revenus fiscaux.

Ainsi, les plus récentes prévisions laissent entrevoir un surplus de 1,7 milliard de dollars pour 2018-2019.

Cette marge de manœuvre permet au gouvernement de remettre immédiatement de l’argent dans le portefeuille des Québécois et Québécoises et de favoriser l’investissement des entreprises, et ce, tout en préservant l’équilibre budgétaire pour les prochaines années.

Soutenir davantage les familles et les aînés

Répondant à son engagement d’améliorer le soutien financier apporté aux familles et aux aînés, le nouveau gouvernement met en place des mesures qui permettront de leur redonner 1,7 milliard de dollars au cours des cinq prochaines années, soit :

la mise en place de l’Allocation famille, une mesure plus généreuse que l’ancien soutien aux enfants pour les familles ayant plus d’un enfant;

Il s’agit d’une augmentation du montant maximal par année de 500 $ pour les deuxième et troisième enfants dès janvier 2019.

le gel de la contribution additionnelle pour la garde d’enfants en services subventionnés à compter de 2019, afin de donner encore plus d’oxygène aux familles en attendant que l’abolition complète de cette contribution additionnelle soit mise en place lors du prochain budget;

l’instauration, dès 2018, d’un montant pour le soutien des aînés à faible revenu âgés de 70 ans ou plus.

Accélérer l’investissement des entreprises

Des actions totalisant 1,6 milliard de dollars sur cinq ans sont aussi annoncées pour favoriser l’accélération de l’investissement des entreprises afin de les aider à accroître leur productivité, en cohérence avec les actions du gouvernement fédéral, soit:

l’augmentation à 100 %, dès la première année, du taux d’amortissement à l’égard du matériel informatique, du matériel de fabrication et de transformation, de l’équipement de production d’énergie propre ainsi que d’une propriété intellectuelle;

l’instauration de l’amortissement bonifié relativement à tous les autres types d’investissements.

Afin de faire du Québec «La» place où investir au pays, le gouvernement a également posé les gestes suivants :

la mise en place d’une déduction additionnelle pour amortissement permanente de 30 % pour certains types d’investissements;

la prolongation des programmes de rabais d’électricité pour les grands consommateurs industriels et pour les serres, ainsi que leur extension aux grandes entreprises desservies par les réseaux autonomes.

Poursuivre les efforts pour lutter contre les changements climatiques

De plus, le gouvernement réitère sa volonté de poursuivre la lutte contre les changements climatiques en favorisant l’acquisition de véhicules verts et en assurant un financement des programmes de rabais à l’achat et à la location de véhicules électriques neufs ou d’occasion jusqu’au 31 mars 2019. Le gouvernement annonce du même coup qu’il se penchera sur les moyens à prendre pour optimiser cette mesure.

Une accélération du remboursement de la dette

Le gouvernement, par l’entremise du Point sur la situation économique et financière du Québec, prévoit l’utilisation, d’ici le printemps 2019, d’un montant sans précédent de 8 milliards de dollars provenant du Fonds des générations pour rembourser des emprunts sur les marchés financiers.

Cette somme s’ajoute aux 2 milliards de dollars déjà versés au début de l’exercice 2018-2019. Il s’agit d’un geste très fort en faveur de l’équité entre les générations, un enjeu qui est cher au nouveau gouvernement.

Cette accélération permettra d’économiser 332 millions de dollars de plus en intérêts sur cinq ans. Au total, sur cette même période, les remboursements de la dette permettront de dégager une somme de 1,4 milliard de dollars, qui pourra être consacrée au financement des services publics.

Le gouvernement confirme également le respect de l’objectif de réduction de la dette inscrit dans la Loi sur la réduction de la dette et instituant le Fonds des générations, qui est de ramener le poids de la dette brute à 45 % du PIB d’ici 2025-2026.

Cet objectif sera atteint dès 2020-2021, soit cinq ans plus tôt que prévu.


Citations

«Aujourd’hui, nous commençons à livrer la marchandise pour les familles et pour les aînés. Mon gouvernement ne va pas regarder de haut le portefeuille des Québécois. Le nouveau gouvernement va garder un équilibre entre les services et le portefeuille des Québécois, en particulier celui des familles et des aînés. Dans cette mise à jour économique, il y a des mesures pour stimuler les investissements des entreprises, pour créer des emplois bien payés, mais nos premiers gestes, nos premières décisions financières, c’est pour aider financièrement nos familles et nos aînés

François Legault, premier ministre du Québec

«Cette mise à jour automnale permet au gouvernement de poser ses premiers gestes. Nous avions promis d’agir rapidement pour remettre de l’argent dans le portefeuille des familles et des aînés du Québec, et c’est ce que nous faisons aujourd’hui avec des actions concrètes. Au cours des prochains mois et des prochaines années, nous continuerons d’agir pour positionner l’économie du Québec parmi les plus performantes au Canada et en Amérique du Nord et d’offrir aux citoyennes et aux citoyens des services publics de la plus grande qualité. Les mesures annoncées aujourd’hui à l’égard des entreprises leur permettront d’accroître leurs investissements et d’améliorer leur productivité afin de faire face au défi constant de la concurrence. »

Eric Girard, ministre des Finances du Québec


Faits saillants :

Près de 3,3 milliards de dollars sur cinq ans seront consacrés à l’amélioration du niveau de vie des Québécois et au soutien de l’économie.

L’Allocation famille permettra à plus de 423 000 familles québécoises de profiter, dès janvier 2019, d’une aide fiscale additionnelle pouvant atteindre 500 $ par année pour les familles ayant deux enfants, et 1 000 $ par année pour celles ayant trois enfants.

Le gel de la contribution additionnelle pour la garde d’enfants en 2019, dont profiteront 140 000 familles, constitue un premier pas vers son abolition, qui doit se faire progressivement à partir du prochain budget, comme promis par le premier ministre en campagne électorale.

L’instauration du nouveau crédit d’impôt pour le soutien des aînés permettra à plus de 570 000 aînés de 70 ans ou plus de bénéficier, dès 2018, d’une aide annuelle pouvant atteindre 200 $ pour les personnes seules et 400 $ pour les couples.


Lien connexe :

Le point sur la situation économique et financière du Québec : http://www.finances.gouv.qc.ca/lepoint


Réactions


«Beaucoup d’attentes, mais bien peu de mesures concrètes» dit l’opposition officielle

Le porte-parole de l’opposition officielle en matière de finances, Carlos J. Leitão, et le porte-parole pour le Conseil du trésor et porte-parole en matière de transports, Gaétan Barrette, ont réagi à cette première mise à jour économique du gouvernement.

Compte tenu de la situation économique et financière, les Québécoises et Québécois étaient en droit de s’attendre à ce que le gouvernement respecte ses engagements en matière de diminution du fardeau fiscal et de réinvestissement dans les services.

Ce que l’on retrouve aujourd’hui, c’est beaucoup pour les entreprises, mais rien pour améliorer les services, notamment en éducation, qui devait être leur grande priorité.

Tout comme dans le discours inaugural, de nombreux autres secteurs sont aussi oubliés dans l’énoncé économique :

Aucune mention des enjeux sociaux;

Rien pour nos agriculteurs;

Rien pour le personnel du réseau de la santé et services sociaux;

Rien pour l’industrie de la Forêt;

Rien pour les municipalités pour lesquelles tous les partis se sont engagés à verser un point de TVQ.

Familles

Pour les familles du Québec, c’est une autre déception :

Allocations familiales bonifiées de 500 $ à partir du 2e enfant, alors qu’ils avaient promis 1 200 $;

Gel des tarifs actuels de garderie, alors qu’ils s’étaient engagés à un tarif unique à 8,05 $ par jour;

Rien sur l’arrimage des taxes scolaires promis.

Environnement

La Coalition avenir Québec a démontré peu de sensibilité pour l’environnement. On en a la preuve une fois de plus aujourd’hui.

Alors que s’ouvre aujourd’hui la COP24, nous attendions que cette mise à jour envoie un signal fort sur l’importance de lutter contre les changements climatiques.

L’enjeu est urgent, mais la mise à jour contenait seulement une mesure pour le prolongement d’une aide pour l’achat de véhicules électriques. Nous avions fait des suggestions de mesures concrètes avec des impacts rapides, soit la bonification du programme RénoVert et des investissements dans les usines de recyclage et biométhanisation.

Le gouvernement les a rejetées du revers de la main. Par ailleurs, le ministre des Finances reconnaît que nous avions pris les moyens nécessaires pour réduire les émissions de GES, contrairement au premier ministre et à sa collègue de l’environnement.

Infrastructures

Une multitude de projets d’infrastructures, des classes de maternelles aux nouveaux hôpitaux, en passant par le prolongement d’autoroutes, ont été annoncés lors de la dernière campagne électorale.

Pour les respecter, le gouvernement devait bonifier l’enveloppe octroyée au Plan québécois des infrastructures (PQI). Aujourd’hui, nous avons la confirmation que le PQI ne sera pas augmenté. Ainsi, le gouvernement doit être transparent et identifier quels projets déjà annoncés seront annulés ou suspendus.

«Nous avons laissé une situation économique enviable au gouvernement et aujourd’hui, François Legault ne parvient pas à utiliser les surplus budgétaires que nous avons laissés à bon escient. C’est une mise à jour aux priorités déséquilibrées. C’est une mise à jour qui favorise les entreprises, mais pas les services. Il est d’autant plus inquiétant de voir la CAQ liquider le Fonds des générations aussi rapidement.» a mentionné Carlos J. Leitão, porte-parole de l’opposition officielle en matière de finances.

Pour Gaétan Barretteporte-parole pour le Conseil du trésor et porte-parole en matière de transports: «Avec des promesses non chiffrées aux Québécoises et Québécois en campagne électorale, c’est aux commandes que l’on constate que l’équipe de François Legault a gonflé les attentes et devra reculer sur ses engagements. Ils ont promis plus, ils ont promis mieux, nous n’avons ni un ni l’autre aujourd’hui.»

 «L’amélioration des services, la grande absente du plan de la CAQ» stipule la deuxième opposition

De son côté, le porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière de finances et pour le Conseil du trésor, Martin Ouellet, ne peut que constater d’importantes lacunes.

«Le gouvernement de la CAQ ne considère pas urgent d’investir dans les services aux élèves, dans les soins de santé ou encore dans le soutien aux aînés vivant en CHSLD», a-t-il illustré d’entrée de jeu.


En bref

La CAQ ne consacre pas une seule page de son énoncé à l’amélioration des services en éducation, en santé ou pour les aînés.

Pour le Parti Québécois, l’urgence, c’est d’embaucher des professionnels pour les élèves et des infirmières pour désengorger les hôpitaux, et d’assurer deux bains par semaine en CHSLD.

La « taxe famille » est maintenue à 100 %.

Les tarifs en garderie augmenteront pour tous les parents dès janvier.

La CAQ a fait son choix : réparer les dommages qu’a causés l’austérité libérale attendra à plus tard.


L’énoncé économique déposé par le gouvernement de la CAQ ne contient en effet aucune mesure visant l’amélioration des services offerts aux Québécois. « Aujourd’hui, François Legault confirme que pour lui, investir dans les services en santé, en éducation et pour les aînés, ce n’est pas une priorité. En campagne électorale, il affirmait pourtant qu’il était possible de financer ses promesses tout en réinvestissant dans les services. Il s’est rapidement rendu compte qu’il devait faire un choix et, désormais, nous le connaissons : la réparation des dégâts causés par l’austérité libérale devra attendre », a poursuivi Martin Ouellet.

Aux yeux du Parti Québécois, l’urgence est plutôt à investir des sommes pour assurer aux élèves en difficulté l’accès à des professionnels – orthopédagogues, psychoéducateurs, travailleurs sociaux, etc. -, à embaucher des infirmières pour désengorger les hôpitaux, et à offrir deux bains par semaine aux aînés en CHSLD, par exemple.

Le porte-parole souligne par ailleurs que ce que la CAQ a annoncé s’avère bien moins généreux que ce qui avait été promis en campagne électorale.

«La CAQ s’était engagée, notamment, à annuler la contribution additionnelle pour garde d’enfants. Aujourd’hui, le gouvernement caquiste recule. La “taxe famille” continuera de s’appliquer à 100 %. De plus, en campagne électorale, la CAQ promettait une allocation annuelle de 2472 $ pour les deuxième et troisième enfants. Par rapport à cet engagement, l’annonce d’aujourd’hui représente un manque à gagner de 737 $ pour une famille de deux enfants, et de 1474 $ pour une famille de trois enfants», a‑t‑il poursuivi.

Rappelons également qu’en campagne électorale, la CAQ avait oublié – de l’aveu même du premier ministre – de s’engager à remettre de l’argent dans le portefeuille des aînés.

«Le Parti Québécois, lui, avait promis de mettre en place un crédit d’impôt remboursable pour les aînés de 70 ans et plus. Même si la mesure que vient d’annoncer la CAQ est moins généreuse que celle que nous avions prévue, je salue le geste du gouvernement, qui s’en est inspiré et qui met en place un tel crédit d’impôt. Le ministre des Finances peut être assuré de mon entière collaboration s’il souhaite appliquer d’autres propositions du Parti Québécois!», a conclu Martin Ouellet.

La Rédaction
La Rédaction
CONTRIBUTOR
PROFIL

Les derniers articles

Populaire en ce moment