L’éducation et l’économie comme moteurs de développement, constatent la FCCQ et la CCID

L’éducation et l’économie comme moteurs de développement, constatent la FCCQ et la CCID
Linda Desrochers, présidente de la CCID. | © Photo offerte CCID

Discours inaugural de la 42e législature québécoise 

DRUMMONDVILLE

Les priorités identifiées par le nouveau gouvernement, soit l’économie et, surtout, l’éducation, contribueront à la croissance économique de notre région, comme de l’ensemble du Québec, croient la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) et la Chambre de commerce et d’industrie de Drummond (CCID).

«Le premier ministre François Legault avait fait campagne en promettant de former un gouvernement économique et les priorités énoncées dans le discours inaugural viennent confirmer cet engagement », soulignent Stéphane Forget, président-directeur général de la FCCQ et Linda Desrochers, présidente de la CCID.

« À l’instar du premier ministre qui a rappelé que les progrès économiques du Québec ont souvent été liés à des mesures en éducation, nous croyons qu’il faut prioriser la formation, à tous les âges, pour préparer les travailleurs d’aujourd’hui et de demain aux défis du marché du travail. Les enfants doivent notamment maîtriser la littératie, la numératie et la littératie numérique, afin de répondre aux exigences futures. »

Une main-d’œuvre formée et disponible au cœur du développement économique

La FCCQ soulignait en début de semaine qu’il faut développer des compétences nouvelles pour des professions et métiers qui n’existaient pas, il y a dix ans, et d’autres qu’on ne peut pas imaginer aujourd’hui. Elle invite donc le nouveau Conseil des ministres à se pencher sur sa proposition d’un Régime volontaire d’épargne pour la formation continue, dans lequel un employeur et un employé contribueraient pour investir dans une formation ou un perfectionnement.

CITATION

Linda Desrochers, présidente de la CCID

«

Les entreprises doivent pouvoir compter sur une main-d’œuvre compétente, particulièrement dans une période où trouver des travailleurs est un défi. Les changements à venir d’un point de vue technologique vont continuer d’amener des bouleversements dans les façons de faire les choses et les employés devront savoir apprendre pour suivre le rythme. 

»

 

La FCCQ publiait la semaine dernière une étude, commandée à la firme EY, brossant le portrait des bonnes pratiques à mettre en place pour attirer et retenir les travailleurs expérimentés au sein des entreprises.

La Fédération et la Chambre invitent les ministres concernés à la consulter afin de s’en inspirer pour la prochaine législature et la mise à jour économique de lundi prochain, alors que le premier ministre s’est engagé, dans son discours, à poser des gestes en ce sens.

Enfin, la FCCQ et la CCID partagent la volonté du gouvernement de favoriser une meilleure intégration des personnes immigrantes au Québec, mais rappellent que les travailleurs issus de l’immigration peuvent répondre, dès maintenant, à la pénurie de main-d’œuvre.

«N’oublions pas que l’emploi est un des meilleurs moyens de favoriser l’intégration d’une personne au sein d’une équipe, d’une région», rappelle Stéphane Forget.

«Nos entreprises ont beaucoup de postes à combler; embaucher des travailleurs déjà au pays est de loin plus simple et moins coûteux pour elles».

– Linda Desrochers

La FCCQ et la CCID applaudissent l’engagement du nouveau gouvernement de favoriser les candidats à l’immigration qui ont déjà un lien d’emploi avec une entreprise québécoise, plus particulièrement si cet emploi à combler est en région, ce pourquoi elle met son vaste réseau de chambres de commerce à contribution.

«Il importe de réviser les critères de sélection des immigrants pour accélérer l’arrivée des candidats dont le domaine de compétences répond aux besoins de main-d’œuvre», mentionnent Stéphane Forget et Linda Desrochers.

Se tourner vers l’avenir en favorisant la croissance des entreprises

«Le signal lancé par le discours inaugural est que le Québec est prêt à faire des affaires avec les autres provinces et économies étrangères, il faut passer de la parole aux actes», affirme le PDG de la FCCQ.

«Le développement de nouveaux marchés est garant d’une croissance pour nos entreprises, surtout alors que la compétition internationale prend rapidement des forces», renchérit la présidente de la CCID.

Soutenir les entreprises dans la mise en place de stratégies d’innovation ou pour l’implantation de technologies qui améliorent la productivité sera une priorité gouvernementale sur laquelle la FCCQ et la CCID porteront aussi beaucoup d’attention .

«Le Québec bénéficie d’une expertise notable en matière de numérisation et d’intelligence artificielle, il n’en tient qu’à nous d’en profiter. En posant dès maintenant les bons gestes pour nos entreprises, c’est l’ensemble de l’économie québécoise qui en tirera profit», ajoutent Stéphane Forget et Linda Desrochers, satisfaits d’entendre le premier ministre promettre de mieux arrimer la recherche, l’innovation et l’entrepreneuriat.

Partageant la vision du gouvernement d’accroître les possibilités d’exportation et de diversifier les marchés internationaux, la FCCQ et la CCID saluent par ailleurs la volonté exprimée clairement dans le discours du premier ministre de doter le Québec d’une fiscalité qui encourage les investissements par les entreprises.

La FCCQ et la CCID souhaitent que les engagements du nouveau gouvernement à soutenir les entreprises se traduiront par un fardeau réglementaire réellement allégé et une fiscalité équitable, dans un environnement d’affaires propice à la compétitivité.

«Monsieur Legault a invité clairement les entrepreneurs à sortir leurs projets des tiroirs, et semble bien comprendre que le gouvernement pourra contribuer au développement de ceux-ci en allégeant également le fardeau administratif des entreprises, actuellement beaucoup trop élevé», a poursuivi Stéphane Forget.

«Soutenir nos entreprises et faciliter le développement de leurs projets de croissance ou de diversification est assurément une bonne nouvelle. Leur permettre de souffler au niveau administratif est essentiel», renchérit Mme Desrochers.

Les entreprises privées peuvent contribuer à l’atteinte des objectifs en santé

Parce que des travailleurs en santé contribuent à la croissance économique, la FCCQ et la CCID rappellent le rôle que peuvent jouer les entreprises privées prestataires de soins et services de santé au Québec, qui sont déjà bien implantées et qui peuvent jouer un rôle complémentaire au secteur public.

«Ces entreprises peuvent contribuer à atteindre l’objectif du premier ministre, qui vise à ce que tous les Québécois puissent voir rapidement le professionnel de la santé le plus apte à répondre à leurs besoins, particulièrement en première ligne et en soins à domicile», soutient le PDG de la FCCQ.

«Avec une population vieillissante, les besoins en santé iront en croissance dans la région. L’apport soutenu de services privés complémentaires est une avenue à prioriser», précise de son côté la présidente de la CCID.

Des engagements pour les régions et la transition énergétique

Le premier ministre s’est engagé à poursuivre et accélérer le branchement d’Internet haute vitesse partout au Québec. La FCCQ et la CCID rappellent que cette connexion est la planche de salut pour plusieurs régions, souhaitant que ce déploiement se fasse rapidement, afin que les technologies puissent contribuer, partout, à la vitalité économique.

«L’Internet haute vitesse est une composante essentielle du fonctionnement des entreprises. En 2018, on ne devrait même plus être en train d’en parler!», s’exclame Linda Desrochers.

«Nous apprécions la volonté exprimée par le premier ministre de privilégier les mesures du Fonds vert permettant d’améliorer concrètement la réduction des émissions de gaz à effets de serre (GES), notamment au bénéfice des entreprises. Celui-ci devrait aussi servir à soutenir l’émergence d’une industrie québécoise des technologies vertes et des technologies d’efficience énergétique

 

Eric Beaupré
Eric Beaupré
RéDACTEUR_EN_CHEF
PROFIL

Les derniers articles

Populaire en ce moment