Mise à jour économique – Les réactions sont nombreuses et variées

Mise à jour économique – Les réactions sont nombreuses et variées

Drummondville – Le ministre des Finances, Carlos J. Leitão, a confirmé le lundi 21 novembre que la bonne gestion des finances publiques et la solide performance de l’économie depuis le début de l’année avaient auraient de dégager un surplus budgétaire de 2,4 milliards de dollars au terme de l’exercice 2016-2017. Il a ainsi confirmé que 50 % des surplus seront utilisés pour baisser les impôts des Québécois. Nous vous présentons quelques réactions des intervenants politiques québécois concernant la Mise à jour économique du lundi 21 novembre, qui ont été compilées.

 

Députés de Johnson et de Drummond-Bois-Francs

Mise à jour économique électoraliste à 10 mois des élections

 « Après avoir refusé pendant des années d’accorder des baisses d’impôts, le gouvernement en fait soudain l’annonce à 10 mois des élections. Il faut s’attendre à ce que le Parti libéral déploie des moyens extraordinaires pour être réélu après 15 ans de pouvoir », résument les députés de Johnson et de Drummond-Bois-Francs en réaction à la mise à jour économique.

André Lamontagne et Sébastien Schneeberger expliquent que « les libéraux ne font que remettre aux familles une partie de l’argent qu’ils sont allés puiser dans les poches des contribuables depuis 2014. De plus, tout le monde sait que le premier ministre et son ministre des Finances viennent d’être motivés par les sondages qui leur sont défavorables », commentent-ils.

Les deux députés soulignent que le gouvernement libéral s’inspire des idées forces de la CAQ à ce moment-ci par opportunisme électoraliste. « Sa stratégie est évidente, disent-ils. Par exemple, l’aide de 100 $, qui sera offerte aux parents d’enfants d’âge scolaire, une idée de la Coalition, les familles en avaient besoin en septembre dernier. Or, les libéraux ont attendu l’année électorale pour leur envoyer le chèque. »

« C’est un secret de Polichinelle que ce n’est pas la position naturelle des libéraux de réduire le fardeau fiscal. Au contraire, ils ont toujours fait l’inverse : ils l’ont toujours augmenté. Heureusement, de plus en plus de gens réalisent que le Québec a besoin d’un prochain premier ministre économique, qui agira par conviction et à qui ils pourront s’identifier : François Legault », concluent MM. Lamontagne et Schneeberger.

 

Fédération des Chambres de commerce du Québec

Des sommes supplémentaires qui serviront au développement de l’économie régionale


La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) salue les mesures proposées dans la mise à jour économique présentée par le ministre des Finances du Québec, Carlos Leitão.

Les investissements supplémentaires annoncés pour les infrastructures numériques permettront aux régions québécoises d’avoir un accès accru à un réseau Internet haute vitesse efficace, et ainsi, améliorer la compétitivité des entreprises.

En marge de la mise à jour économique, la FCCQ avait recommandé d’investir massivement dans le développement des infrastructures numériques afin d’arriver à couvrir rapidement l’ensemble des régions québécoises. Dans un deuxième temps, il faudra appuyer les entreprises à bien intégrer la transformation numérique.

Allègement du fardeau fiscal

« Nous saluons le maintien de l’équilibre budgétaire ainsi que l’allègement du fardeau fiscal des contribuables, qui permettra d’augmenter le revenu disponible des ménages québécois. Même si l’économie du Québec se porte bien, il faudra demeurer vigilant, adopter une approche équilibrée et être préparé à affronter les incertitudes économiques puisque les prévisions laissent entrevoir qu’une fragilisation pourrait survenir à court terme », a mentionné Stéphane Forget.

Des mesures incitatives pour le retour au travail

Par ailleurs, la FCCQ salue l’injection de nouvelles sommes ajoutées au Plan de lutte à la pauvreté. Comme elle l’avait recommandé, le gouvernement tire un trait sur le principe du revenu minimum garanti afin de mettre l’accent sur des mesures incitatives à l’emploi, comme la prime au travail.

La FCCQ s’attend à une Stratégie nationale de la main-d’œuvre contenant des moyens requis pour répondre à l’obstacle #1 à la croissance des entreprises, la pénurie de main-d’œuvre.

Le prochain budget doit également favoriser l’investissement privé

Cette mise à jour économique a permis de déployer plusieurs mesures favorables pour les particuliers. Lors du prochain budget, la FCCQ s’attend à ce que les entreprises québécoises bénéficient à cette occasion de mesures ciblées afin de stimuler l’investissement au Québec.

 

Aile parlementaire du Parti Québécois

Philippe Couillard prend les Québécois pour des idiots

Le porte-parole de l’opposition officielle en matière de finances, Nicolas Marceau, dénonce le stratagème libéral qui a consisté à priver le Québec de services essentiels, sous prétexte que « c’était nécessaire », puis à s’applaudir parce que c’est maintenant le moment de redistribuer, sous forme de bonbons électoraux, l’argent pris aux contribuables, aux malades et aux élèves.

EN BREF

– Les bonbons électoraux du Parti libéral ont été amassés grâce aux coupes draconiennes des trois dernières années dans les services.

– Le gouvernement de Philippe Couillard prend les Québécois pour des idiots s’il croit que ceux-ci seront assez dupes pour ne pas se souvenir de l’austérité et de la négligence dont le PLQ a fait preuve pour financer les élections à venir.

– Les réinvestissements de cette année en santé et en éducation ne sont pas comparables à tout ce qui a été coupé.

« On vient d’assister au déclenchement de la campagne électorale libérale. Les baisses d’impôt qu’on annonce aujourd’hui ont été payées par les contribuables et par les coupes draconiennes des trois dernières années effectuées dans les services. Le PLQ a négligé les malades, les élèves et les aînés dans l’objectif de financer ses élections de 2018 », a déclaré Nicolas Marceau.

« Les réinvestissements annoncés dans les services publics ne sont pas comparables à ce qui a été coupé au cours des dernières années. Les enfants qui ont été privés des professionnels dont ils avaient besoin pendant tout ce temps pourront difficilement rattraper leur retard; ces élèves ont été sacrifiés. La misère dans laquelle ont été laissés nos aînés, telle que l’a dénoncée à maintes reprises la protectrice du citoyen, ne sera pas effacée par les réinvestissements nettement insuffisants. Lorsque nous avons demandé au premier ministre pourquoi il avait tant coupé, il nous a dit que “c’était nécessaire”. Nous comprenons aujourd’hui que c’était nécessaire uniquement pour son plan de réélection », a ajouté le porte-parole.

« Philippe Couillard prend les Québécois pour des idiots en s’imaginant qu’ils ont encore confiance en celui qui a laissé tomber leurs enfants et leurs parents pour un chèque électoral de 278 $.

 

Aile parlementaire de Québec solidaire

 « La gestion libérale, c’est comme le principe du yo-yo» – Gabriel Nadeau-Dubois

 La mise à jour économique présentée par le ministre des Finances est la preuve irréfutable que l’austérité libérale n’était pas nécessaire pour atteindre l’équilibre budgétaire rappelle le porte-parole solidaire et député de Gouin, Gabriel Nadeau-Dubois.

« Ce qu’on apprend, c’est que la valeur de trois ans de coupes dans les services à la population, c’est 278$ en baisses d’impôts. Ça, c’est 11$ par chèque de paye! Donc la question que les gens doivent se poser ce soir, c’est : est-ce que ça a valu la peine? Pour Québec solidaire, la réponse est non. 11 $ par chèque de paye, ça ne vaut pas des écoles en ruines, ça ne vaut pas un bain par semaine, ça ne vaut pas des listes d’attente pour voir un médecin. Le jeu n’en vaut pas la chandelle », soutient M. Nadeau-Dubois.

Québec solidaire tient à rappeler que les investissements réannoncés ne viennent que combler les coupes des dernières années.

« La gestion libérale, c’est comme le principe du yo-yo. Ils désinvestissent en début de mandat, et dans l’année électorale ils réinvestissent au même endroit pour s’acheter les élections. M. Leitão dit qu’il a mis la maison en ordre. Ce qu’il ne dit pas par contre, c’est que c’est lui qui a saccagé la maison au cours des trois dernières années. Pour moi, c’est de l’incompétence pure et simple. La situation fiscale n’a jamais été aussi dramatique que M. Leitão et Couillard le laissaient entendre. Ils ont fait peur au monde inutilement », rappelle le député de Gouin.

 

Coalition La culture, le coeur du Québec

Redistribution des surplus budgétaires de plus de 2 G$, et combien pour les arts et la culture ?

La Coalition La culture, le cœur du Québec constate avec déception et amertume l’absence d’investissement dans les arts et la culture, à l’occasion de la mise à jour économique effectuée par le ministre des Finances, Carlos Leitão.

Malgré d’éloquentes démonstrations faites par le secteur des arts et de la culture aux représentants gouvernementaux lors des consultations sur la politique culturelle, le gouvernement de monsieur Couillard ignore une fois de plus la précarité économique dans laquelle sont plongés des dizaines de milliers d’artistes et de travailleurs culturels du Québec.

Arts de la scène, arts visuels, métiers d’art, littérature, cinéma, télévision, musées, salles d’exposition, salles de spectacle, nouveaux médias et patrimoine sont tous constitutifs d’un héritage culturel menacé par l’inaction gouvernementale. Omniprésente dans la vie de tous les Québécois, la culture et ceux qui l’incarnent forment une richesse nationale en droit de bénéficier d’un soutien suffisant de l’État.

Lors de la rencontre prévue en décembre avec la ministre de la Culture et des Communications, madame Marie Montpetit, les membres du comité directeur de la Coalition espèrent recevoir un message clair et rassurant quant à l’engagement significatif et durable du gouvernement.

Les questions liées aux arts et à la culture doivent transcender la politique partisane et les réinvestissements ne doivent pas attendre les calendriers électoraux pour être annoncés.

Le gouvernement doit sentir l’urgence de la situation et prendre la mesure de notre détermination à remettre la culture au centre des priorités gouvernementales.

Eric Beaupré
Eric Beaupré
RéDACTEUR_EN_CHEF
PROFIL

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

Les derniers articles

Populaire en ce moment

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

facebookyoutube-icon