Plus de 300 étudiants du Cégep à la recherche d’un stage d’été

Plus de 300 étudiants du Cégep à la recherche d’un stage d’été
Les entreprises qui accueillent des étudiants selon la formule Alternance travail-études (ATE) peuvent bénéficier du «Crédit d’impôt pour stage en milieu de travail» et d’incitatifs liés à la «Loi favorisant le développement et la reconnaissance des compétences de la main d’œuvre». (Photo : Cégep de Drummondville)

DRUMMONDVILLE

Les entreprises désireuses d’accueillir un ou des stagiaires durant la période estivale en provenance de l’un des huit programmes de formation technique offerts selon la formule Alternance travail-études (ATE) sont invitées à manifester leurs besoins dès maintenant auprès de inc. Formation conseil aux entreprises du Cégep de Drummondville.

«On reçoit beaucoup de commentaires comme quoi c’est génial de pouvoir former la relève tandis qu’elle est encore sur les bancs d’école. Les stagiaires sont tout de suite en contact avec la culture de l’entreprise, ses logiciels, ses procédés. Et au terme de l’obtention de leur diplôme d’études collégiales, les étudiants sont bien placés pour obtenir un emploi et, surtout, pleinement opérationnels», a expliqué Katia Mayrand, conseillère en formation chez inc. Formation conseil aux entreprises.

Au dire de Mme Mayrand, quelque 300 de stagiaires sont disponibles en ATE cet été, autant d’étudiants des programmes Techniques de bureautique (coordination du travail de bureau), Techniques de comptabilité et gestion, Technologie de l’estimation et de l’évaluation en bâtiment, Techniques d’éducation à l’enfance, Techniques de génie mécanique, Gestion de commerces, Techniques de l’informatique et Techniques de la logistique du transport.

L’embauche d’un stagiaire de la fin mai à la mi-août est une solution qui peut répondre à des besoins multiples. Que ce soit pour préparer la relève, pour combler des besoins de main-d’œuvre ponctuels ou pour réduire les coûts de recrutement et de formation lors de l’embauche, elle s’avère également une expérience bénéfique pour les employés. En effet, en étant au cœur d’une nouvelle dynamique d’équipe, ceux-ci prennent conscience de leurs propres compétences et de leur expertise.

«L’alternance travail-études (ATE) est un parcours de formation dans lequel l’étudiant intègre des séquences en classe et des stages rémunérés en entreprise. Intégré dans les stratégies d’attraction et de recrutement de talents des employeurs, ce parcours permet de créer un premier contact stagiaire-employeur, qui pourrait résulter en une embauche de future main-d’œuvre», a insisté la conseillère en formation chez inc. Formation conseil aux entreprises du Cégep de Drummondville.

Cibler le talent sur les bancs d’école

Avec les nombreux défis liés au recrutement, la solution de stages en Alternance travail-études (ATE) est gagnante et profitable pour tous les acteurs impliqués. Elle s’avère notamment stratégique pour l’entreprise qui veut identifier de la main-d’œuvre au potentiel prometteur et contribuer au développement de talents en vue d’une embauche future.

«Une fois le stage terminé, l’entreprise peut offrir un emploi à temps partiel à son stagiaire pendant la poursuite de ses études. C’est courant. Ça peut même se concrétiser en emploi, dans un deuxième temps», a exposé Katia Mayrand, en ajoutant qu’à chacune des étapes du projet de stage, inc. Formation conseil aux entreprises fait équipe avec l’entreprise et l’étudiant pour faire en sorte que l’expérience soit porteuse d’avenir pour tous.

En inscrivant cette action dans ses stratégies d’attraction et de recrutement de talents, les entreprises obtiennent des appuis financiers pour la rémunération de leur stagiaire grâce au «Crédit d’impôt pour stage en milieu de travail». De plus, pour l’intégration et l’encadrement du stagiaire, le salaire qui lui est versé, et même celui de son superviseur de stage, sont admissibles à la «Loi favorisant le développement et la reconnaissance des compétences de la main d’œuvre» lorsque le stage en ATE est rémunéré et d’une durée minimum de huit semaines.

Les entreprises peuvent également se prévaloir sans frais du service d’affichage de stages du Cégep de Drummondville en faisant parvenir leurs besoins par courriel, à l’adresse ate@cegepdrummond.ca, ou encore par téléphone, en composant le 819.478.4671, poste téléphonique 4612.

«Nous sommes en mesure d’aider les entreprises à cibler le profil des étudiants recherchés et de les accompagner dans la rédaction d’une offre de stage attractive», a ajouté Mme Mayrand.

À propos du Cégep de Drummondville

Le Cégep de Drummondville offre de la formation initiale à près de 2500 étudiants inscrits dans sept programmes préuniversitaires et douze programmes techniques menant à l’obtention d’un diplôme d’études collégiales (DEC). Le collège a développé trois pôles d’excellence qui le distinguent dans le réseau, soit Industrie et commerce, Santé et enjeux sociaux, ainsi qu’Arts, tout en faisant de la réussite et de l’accessibilité les deux valeurs fondamentales de sa mission éducative. Le Cégep chapeaute également le Centre collégial d’expertise en gérontologie (CCEG), un centre collégial de transfert de technologie (CCTT) en pratiques sociales novatrices (PSN), seul centre de recherche appliquée en gérontologie de niveau collégial au Canada.

 La Formation continue du Cégep de Drummondville propose, par ailleurs, une quinzaine d’attestations d’études collégiales (AEC) visant la réinsertion professionnelle et le développement de compétences à plus de 400 étudiants adultes, sans compter les quelque 1000 participants des ateliers ouverts à la population, de la Reconnaissance des acquis et des compétences (RAC) et des formations en entreprises formés annuellement. Véritable milieu de vie, le collège se veut à l’image de sa communauté : dynamique et résolument tourné vers l’avenir.

 

Eric Beaupré
Eric Beaupré
RéDACTEUR_EN_CHEF
PROFIL

Les derniers articles

Populaire en ce moment