Pour en finir avec ces vers indésirables qui rongent les pelouses

Pour en finir avec ces vers indésirables qui rongent les pelouses
Nathaniel Leavey reçoit cinq fois plus de demandes que l'an passé venant de clients qui veulent se débarrasser des vers blancs. Crédit photo : Caroline Lepage

DRUMMONDVILLE – Le nombre de propriétaires qui doivent combattre les vers blancs qui dévorent leur pelouse explose depuis le mois de mai.

«C’est année, c’est vraiment particulier», confirme Nathaniel Leavey, directeur de la succursale drummondvilloise des Entreprises Maheu.

Il reçoit facilement cinq fois plus de demandes cette saison pour résoudre les problèmes de vers blancs. Ces insectes indésirables, qui sont des larves de hannetons et de scarabées, causent des ravages. Ils endommagent le gazon par la racine et dégarnissent de grands espaces, sinon la totalité, des pelouses.

«On peut enlever un brin d’herbe sans même tirer dessus», illustre l’exterminateur.

Selon lui, cette période d’éclosion coïncide avec la fin du cycle de vie du vers blanc adulte, qui dure trois ans.

«On a eu une vague semblable, il y a trois ou quatre ans», fait remarquer M. Leavey.

D’ailleurs, les Drummondvillois ne sont pas les seuls à subir cette invasion. «C’est partout au Québec», informe-t-il.

Autres ennemis

La pluie record au début du printemps a également contribué à la prolifération des vers blancs. «L’humidité égale insectes», résume le spécialiste en gestion parasitaire.

Selon lui, les insecticides actuellement autorisés sur le marché seraient moins toxiques, donc moins puissants dans la lutte aux vers blancs.

Il donne en exemple le diazinon 5, qui s’avérait particulièrement efficace, mais qui est désormais interdit.

Comme alternative, M. Leavey propose d’appliquer du Mérite sur le gazon infesté. Ce produit chimique granulé fait mourir les larves lorsqu’elles se nourrissent des racines.

Les particuliers peuvent l’appliquer à partir de mai jusqu’à la fin août. Il faut répéter les traitements pour nuire aux divers stades de développement des larves. «Ça nous tient occupés tout l’été», assure l’exterminateur.

L’année suivante, le traitement est à refaire. «Ce n’est pas toujours drôle pour le client», admet-il.

Gagner la guerre

Côté prévention, il existe peu de précautions valables pour faire fuir ces vers indésirables, sinon de s’assurer que les hannetons n’ont pas élu domicile sur le terrain du voisin.

Pour avoir de nouveau une pelouse en santé, il est possible de semer des graines de gazon en même temps que l’application de l’insecticide homologué.

Dans le cas d’infestations sévères, il est préférable d’espacer l’ensemencement d’une semaine ou deux.

Cette lutte aux vers blancs demande de la patience et de la rigueur. Toutefois, elle donnerait de bons résultats.

«Personne ne nous rappelle pour nous dire que ça ne fonctionne pas. Il y a vraiment de l’amélioration», fait-il valoir.

Caroline Lepage
Caroline Lepage
JOURNALISTE
PROFIL

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

Les derniers articles

Populaire en ce moment

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

facebookyoutube-icon