Quand et comment et signaler les incidents suspects aux services de police

Quand et comment et signaler les incidents suspects aux services de police
© Crédit photo Eric Beaupré / Vingt55. Tous droits réservés.

DRUMMONDVILLE

La GRC, en collaboration avec divers partenaires policiers, a produit un guide visant à expliquer aux Canadiens comment et quand signaler des incidents suspects à la police afin d’assurer la sécurité des citoyens.

Le public est un allié important dans la lutte contre les activités criminelles. Quiconque est préoccupé par l’idée que quelqu’un envisage, planifie ou prépare un acte de violence, ou qu’il soutient autrui, l’incite à commettre des actes de violence ou lui conseille de le faire, devrait communiquer immédiatement avec le service de police local ou la GRC.

Le guide renferme de l’information sur la manière de reconnaître et de signaler des comportements pouvant être liés à des crimes haineux, à la radicalisation menant à la violence, à la propagande extrémiste ou à la mobilisation au terrorisme. Il fournit des détails sur les étapes que les gens peuvent et devraient suivre lorsqu’ils signalent des incidents suspects à la police.

Élaboré par le Programme de sensibilisation au terrorisme pour premiers intervenants (PSTPI) de la Police fédérale, le guide a pour but d’améliorer la qualité de l’information communiquée à la police et d’encourager le signalement d’activités et d’incidents suspects.

Il est possible de joindre le Réseau info-sécurité nationale de la GRC au numéro 1-800-420-5805 ou à l’adresse RCMP.NSIN-RISN.GRC@rcmp‐grc.gc.ca.

Les urgences doivent toujours être signalées au service 911.

« Aux quatre coins du pays, les Canadiens et Canadiennes vaquent à leurs occupations quotidiennes. Il est facile d’oublier les moments d’apparence ordinaires qui composent nos journées. En ce temps des Fêtes, où on est davantage occupé, j’invite les gens à demeurer attentifs et vigilants. En signalant les activités suspectes à la police, on peut éviter des tragédies. Dans le doute, signalez‑les! », déclare la commissaire Brenda Lucki.

Votre section vidéo d’information locale – Vingt55

Espace vidéo partenaire vingt55 

Les signalements d’activités suspectes proviennent souvent de personnes dont les observations donnent lieu à des enquêtes criminelles réussies, même si elles les trouvaient sans importance.

Selon Statistique Canada, le taux de crimes déclarés par la police – et exprimé par l’indice de gravité de la criminalité – est passé de 79,8 % en 2019 à 73,4 % en 2020, soit une baisse de 8 %.

La diminution de l’IGC global au cours de la première année de la pandémie était en majorité attribuable à la baisse des taux de nombreuses infractions déclarées par la police.

Les initiatives de prévention du crime, telles que le Guide du signalement d’incidents suspects à la police, sont des outils efficaces et essentiels pour réduire le taux de criminalité.

Signalement

Au moment de communiquer des renseignements aux services de police

Lorsque vous faites un signalement aux services de police, fournissez autant de détails que possible. Afin de mieux comprendre la situation, il est possible que les policiers vous posent des questions supplémentaires. N’oubliez pas que l’agent(e) de police entend votre histoire pour la première fois et qu’il/elle veut vous aider du mieux qu’il/elle peut. Si ce que vous signalez ne semble pas être une affaire criminelle, mais soulève d’autres préoccupations, il ou elle pourra peut‐être vous orienter vers des ressources communautaires ou sanitaires appropriées dans votre région ou vous mettre en relation avec celles‐ci.

Le plus important est de se poser les questions suivantes :

Si vous ne faites rien, que se passera‐t‐il si les projets de la personne concernée se concrétisent?

Pourrait‐elle finir en prison ou blesser d’autres personnes?

Et si vous étiez la seule personne à posséder l’information qui pourrait empêcher une tragédie?

Signaler une situation non urgente

Lorsque vous signalez un comportement ou un incident suspect aux services de police, faites‐le en expliquant ce que vous avez vu. Décrivez ce qui est habituel pour vous, puis expliquez chaque observation inhabituelle – et pourquoi elle est préoccupante (quels risques l’activité pourrait‐elle poser).

Vos explications concernant chaque comportement inhabituel (et les risques ou préoccupations que vous percevez) aideront l’agent(e) de police mieux comprendre votre point de vue et vos préoccupations.

Conseils

Voici quelques conseils pour vous aider à vous préparer à communiquer avec les services de police. Il est bon de prendre des notes sur les événements qui vous préoccupent afin de ne pas oublier des détails importants.

Par exemple :

Il peut vous être demandé de fournir des renseignements personnels tels que votre nom, adresse et numéro de téléphone.

Les dates et heures des événements ou des comportements.

Où cela s’est‐il produit?

Y avait‐il quelqu’un d’autre aux alentours?

Était‐ce la première fois?

En avez‐vous parlé à quelqu’un?

Une fois le processus terminé, si vous n’avez pas déjà posé ces questions, celles‐ci peuvent vous aider mieux comprendre le processus.

Y a‐t‐il un numéro de dossier que je devrais avoir?

Quelles sont les coordonnées de l’agent(e)?

Quelles seront les prochaines étapes?

Quel serait le délai raisonnable pour faire un suivi avec l’agent(e)?

Si quelque chose d’autre se produit, que dois‐je faire?

Quels sont les services de soutien offerts?

Éric Beaupré
PHOTOREPORTER
PROFIL

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

Les derniers articles

Faits divers

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

facebookyoutube-icon