Real Viens plaide coupable à des accusations de contacts sexuels sur deux victimes d’âge mineur

Real Viens plaide coupable à des accusations de contacts sexuels sur deux victimes d’âge mineur
© Photo Éric Beaupré.

Drummondville – Le Drummondvillois Réal Viens, qui a reconnu sa culpabilité, a reçu sa sentence. Il faisait face à quatre chefs d’accusations sur deux victimes pour des gestes à caractères sexuels commis entre les mois de juin et décembre 1996, sur deux jeunes victimes âgées de moins de 10 ans, au moment des faits.

 

Dans le premier dossier, deux événements à caractères sexuels ont permis de porter des accusations contre Réal Viens. Dans un second dossier qui touche une deuxième victime, les faits reprochés se sont déroulés au cours de la même période et dans les mêmes circonstances, mais à plus de deux reprises.

Réal Viens a reconnu les gestes et a plaidé coupable sur le premier chef d’accusations, soit de contacts sexuels envers des mineurs de moins de 14 ans dans les deux dossiers, voyant les seconds chefs retirés sur retrait conditionnel.

Réal Viens a commis les gestes à connotations sexuelles alors qu’il était en situation d’autorité et de confiance au moment de commettre ces gestes envers les deux jeunes victimes.

Sentence dans la collectivité

La juge Marie-José Ménard a imposé une sentence de neuf mois à purger dans la collectivité en plus de soumettre Viens au registre des délinquants sexuels et d’une série d’interdictions assorties d’une probation et de conditions sévères à la fin de sa sentence.

Comme les événements se sont passés dans les années 90 et compte tenu des conditions particulières de l’accusé, il purgera sa peine dans la collectivité sous de très sévères restrictions.

La juge a sévèrement rappelé à l’accusé Real Viens qu’elle se rangeait à la suggestion commune du procureur, Me Magalie Bernier, et de son avocat, Me Lagacé, dans ce dossier.

C’est en tenant en compte l’ensemble du dossier et des facteurs très particuliers qu’elle lui permettait de purger sa sentence dans la collectivité. Viens aura un couvre-feu pour la durée de sa sentence.  Les  quatre premiers mois, il devra être à son domicile 24h /24h, en plus d’avoir d’importantes conditions restrictives pour le reste de sa sentence.

Les deux victimes de Viens étaient présentes.

Une interdiction de divulgation a été ordonnée dans le dossier afin de préserver l’identité des victimes. Celles-ci ont toutefois tenues à offrir au Vingt55 quelques commentaires après le prononcé de la sentence.

« Nous sommes soulagés qu’il reconnaisse les gestes. Notre premier objectif était bien sûr qu’il soit reconnu coupable des gestes posés à notre endroit, mais aussi de nous assurer qu’il ne récidivera plus et qu’il soit identifié comme délinquant sexuel .

« Un objectif et un désir tout aussi important que la sentence, nous sommes tous deux satisfaits de la décision et de la sentence imposée » ont-ils fait savoir. Nous tournons la page et fermons le livre sur cette partie du passé et regardons maintenant positivement vers l’avenir. » ont-ils conclu, mais fiers d’arriver à la fin de ce processus judiciaire

guirlandesnoel-500X189
Éric Beaupré
Éric Beaupré
PHOTOREPORTER
PROFIL

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

Les derniers articles

Populaire en ce moment

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

facebookyoutube-icon