Santé mentale, pauvreté et criminalité : les besoins et les appels se multiplient pour les policiers à Drummondville

Santé mentale, pauvreté et criminalité : les besoins et les appels se multiplient pour les policiers à Drummondville
Vol qualifié et arrestation d'une femme en crise, arrêtée et conduite à l’hôpital à la suite de son arrestation @ Crédit photo Eric Beaupré / Vingt55 Tous droits réservés.

DRUMMONDVILLE

Les patrouilleurs et les agents de la Sûreté du Québec (SQ) doivent faire face quotidiennement à des appels et dossiers liés à des problèmes de santé mentale et de criminalité. Ces problématiques, de plus en plus complexes et nombreuses, occupent considérablement les intervenantes et policiers à Drummondville. Aujourd’hui seulement, les policiers ont eu une journée fort occupée alors que le premier quart de travail venait à peine de se terminer.

Vol qualifié et arrestation d’une femme en crise, arrêtée et conduite à l’hôpital à la suite de son arrestation @ Crédit photo Eric Beaupré / Vingt55 Tous droits réservés.

En effet, les problèmes de pauvreté, de criminalité, d’itinérance et de santé mentale sont le lot quotidien et de plus en plus répandu dans la MRC de Drummond. Les appels concernant des personnes en crise, des personnes intoxiquées en possession d’armes ou de drogues sont devenus de plus en plus fréquents, comme le constate Vingt55 sur le terrain lors des différentes interventions policières.

Agression armée, possession de stupéfiants et bris de condition au Centre-ville de Drummondville.

Ce matin, un individu a forcé une courte poursuite à pied avec les policiers de la Sûreté du Québec (SQ) après avoir menacé une personne et exhibé une arme avant de prendre la fuite.

L’individu, âgé dans la vingtaine, a été arrêté au centre-ville de Drummond à la suite de l’agression armée, conduit au poste. L’individu a été libéré sous promesse de comparaître, tandis qu’une arme à air comprimé et des stupéfiants ont été saisis par les policiers. De plus, le suspect était en bris de condition pour d’autres dossiers, confirme la sergente Valérie Beauchamp, porte-parole de la Sûreté du Québec en entrevue avec Vingt55.

Un nombre élevé d’appels et d’interventions des policiers de la SQ sont liés à des personnes en crise, à des problèmes d’intoxication, à des vols à l’étalage et à des problèmes de santé mentale.

Un autre individu a également monopolisé l’attention des policiers après avoir exprimé son mécontentement devant le tribunal municipal et s’en être pris au mobilier. Les policiers sont intervenus et ont procédé à l’arrestation de l’individu en crise.

Vol qualifié et arrestation d’une femme en crise, arrêtée et conduite à l’hôpital à la suite de son arrestation.

En fin de journée, une femme d’environ 40 ans a dû être interpellée et arrêtée après avoir commis un vol à l’étalage au Costco situé sur la rue Robert Bernard. Lors de son interpellation, la suspecte s’en est prise à l’employé qui tentait d’intervenir à la suite d’un vol à l’étalage.

Comme en a été témoin Vingt55 vers 14h, les policiers ont dû procéder à l’arrestation d’une femme visiblement en crise et désorganisée. La dame a été conduite au poste de la MRC de Drummond, confirme la sergente Valérie Beauchamp. La dame âgée dans la quarantaine a été arrêtée pour un vol de moins de 500 $ et voies de fait sans plainte. Une fois au poste, la dame en crise a dû être emmenée au centre hospitalier pour y recevoir les soins appropriés, confirme la porte-parole de la Sûreté du Québec.

Une policière intervient à temps afin de retenir une femme d’une chute d’un pont à Drummondville.

Le Vingt55 a été témoin d’un événement survenu ces dernières semaines où une jeune femme a dû compter sur l’intervention d’une policière qui a fait preuve de sang-froid et a dû intervenir à temps pour l’empêcher de sauter d’un pont à Drummondville.

Cette femme a reconnu sa détresse à la suite de cette intervention, a demandé de l’aide et a tenu à remercier la policière, dont l’intervention in extremis a fait une différence importante pour elle.

Des situations et personnes suicidaires, des besoins criants et importants à Drummondville.

Une policière rapporte que parfois, faute de temps, il n’est pas possible d’offrir immédiatement les ressources et l’aide appropriées. Dans des cas comme celui-ci, l’intervention peut prendre une tournure inattendue. Les policiers rappellent également qu’à Drummondville, le CEPS (Centre d’Entraide et de Prévention du Suicide) est présent pour toutes les personnes dans le besoin, en crise ou cherchant de l’aide.

Le type d’intervention a évolué, les policiers sont devenus pratiquement des travailleurs sociaux.

Bien souvent, les interventions des policiers pour les personnes en crise doivent être complétées par des intervenants psychosociaux affectés au poste de la MRC de Drummond. Dans des situations complexes, ces interventions se terminent souvent par un transport vers le centre hospitalier. Dans de nombreux cas, les individus sont renvoyés dans la rue sans services appropriés, comme le constatent et le confirment des intervenants rencontrés par Vingt55.

Ces interventions mobilisent et « immobilisent » les policiers pendant une moyenne de deux à trois heures par appel, car ils doivent assurer un suivi en attendant la prise en charge téléphonique d’une intervenante du 811 et du suivi psychosocial. Dans de nombreux cas, les policiers doivent assurer le transport et attendre le triage au centre hospitalier de Drummond auprès du patient, en plus de remplir les formulaires et documents liés à leur intervention.

Les appels liés aux problèmes de consommation ont également augmenté de manière significative et importante dans la MRC de Drummond, confirment les agents sur le terrain.

«La consommation et les stupéfiants ne sont plus ce qu’ils étaient autrefois», confirment les policiers sur le terrain rencontrés par Vingt55. Sans être des spécialistes en la matière, il est évident que les produits et stupéfiants saisis lors des interventions sont de moins bonne qualité, constatent les policiers de la MRC de Drummond rencontrés par Vingt55. Ils doivent venir en aide aux consommateurs bien souvent dépourvus de ressources.

Les paramédics sont également grandement sollicités pour des appels concernant des personnes en crise suicidaire ou des problèmes d’intoxication, comme le confirme un paramédics rencontré par le Vingt55.  Le contraire est aussi vrai, ‘’ il n’est pas rare qu’un appel de routine pour les policiers se transforme en appel pour nos services, un patient en crise ou nécessitant des soins particuliers ou urgents à la suite d’intoxications de stupéfiants ou des problèmes de santé mentale doit être pris en charge ou immobilisé, explique un paramédics.

Des mesures pour lutter contre la pauvreté et les problèmes de santé mentale sont de plus en plus attendues et souhaitées dans la MRC de Drummond.

Récemment, lors d’une entrevue avec Vingt55, la directrice du comptoir alimentaire Véronique Sawyer a confirmé que la précarité alimentaire des familles et enfants gagne du terrain de façon alarmante à Drummondville. »L‘été avait été particulièrement difficile et que l’organisme avait été sollicité de manière plus intense et sans relâche par rapport aux années précédentes. Les besoins sont de plus en plus criants, et les ressources ainsi que les paniers alimentaires sont de moins en moins garnis en raison de la forte demande à laquelle fait face le comptoir alimentaire» a rappelé la dirextrice de l’organisme  Véronique Sawyer.

Vol qualifié et arrestation d’une femme en crise, arrêtée et conduite à l’hôpital à la suite de son arrestation @ Crédit photo Eric Beaupré / Vingt55 Tous droits réservés.

Éric Beaupré
PHOTOREPORTER
PROFILE

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

Les derniers articles

Faits divers

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

facebookyoutube-icon

Installez l'appli Vingt55

Installer l'appli Vingt 55
×