Semaine pour un Québec sans tabac 2019

Semaine pour un Québec sans tabac 2019
| © Image «Semaine pour un Québec sans tabac 2019» - Groupe CNW/Conseil québécois sur le tabac et la santé

Près de 470 000 personnes souffrent d’une maladie respiratoire grave au Québec


DRUMMONDVILLE

Au Québec, près de 100 fumeurs par jour sont frappés par une maladie respiratoire irréversible. De ce nombre, un sur deux en mourra d’ici dix ans, a révélé ce matin le Conseil québécois sur le tabac et la santé (CQTS), lors du dévoilement de la 42e édition de la Semaine pour un Québec sans tabac, qui aura lieu du 20 au 26 janvier.

Avec son slogan choc, Arrêtez avant d’étouffer, cette campagne illustrera, à l’aide d’une publicité oppressante, les terribles angoisses des personnes qui voient leurs capacités respiratoires diminuer inexorablement. Problème majeur de santé publique, le tabagisme est responsable de 85 % des cas de maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC), c’est-à-dire d’emphysème ou de bronchite chronique.

Une qualité de vie anéantie

En 2015-2016, près de 470 000 personnes souffraient d’une MPOC au Québec, selon une récente étude de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ).

Cette maladie respiratoire dégénérative se manifeste en général autour de 40 ou 50 ans.

Les symptômes les plus courants sont un essoufflement, une toux chronique avec expectorations et des bronchites à répétition, accompagnées de difficultés respiratoires persistantes et grandissantes.

Marcher, faire l’épicerie et monter les escaliers devient de plus en plus pénible, jusqu’au jour où il est impossible de sortir de la maison.

«Un fumeur sur cinq contractera une maladie respiratoire grave. Si vous fumez, vous vous exposez donc à un risque très élevé. Parce que la qualité de vie des fumeurs qui en sont atteints est grandement affectée, voire réduite à néant, il est urgent d’agir pour réduire la présence du tabagisme dans notre société», signale Marc Drolet, directeur général du CQTS.

Cette année, le comédien Pierre Gendron s’est joint à la campagne à titre de porte-parole.

Pierre Gendron, comédien. | Photo UDA

CITATION

Pierre Gendron, porte-parole 2019

«

C’est avec un grand plaisir que j’ai accepté de m’engager dans cette cause», indique-t-il.  «J’ai été durement touché par le tabagisme. Mon père, un grand fumeur, a passé les deux dernières années de sa vie branché à un appareil respiratoire. J’ai assisté à sa lente descente aux enfers. À la fin, il avait toujours la sensation de manquer d’air. Le moindre geste était un effort. Il n’était plus capable de se lever, ni même de s’abrier la nuit. Une fin de vie atroce! Moi-même, j’ai fumé pendant 33 ans. Il y a dix ans, une personne de mon entourage a été foudroyée par un infarctus causé probablement par le tabac en présence de ses trois jeunes enfants. Je me suis dit que je ne voulais surtout pas faire cela aux miens et j’ai arrêté de fumer du jour au lendemain. C’est le plus beau cadeau que je me suis fait de toute ma vie. Aujourd’hui, je veux dire aux gens de cesser de fumer avant qu’il ne soit trop tard.

»

 

Cessez avec J’ARRÊTE

Aucun traitement ne guérit la bronchite chronique et l’emphysème. Seul l’arrêt tabagique peut en ralentir la progression.

La Semaine pour un Québec sans tabac 2019 vise donc à rappeler aux fumeurs les terribles maladies auxquelles ils s’exposent et à les encourager à cesser de fumer.

Afin d’obtenir gratuitement du soutien dans leur démarche personnalisée, ces derniers peuvent recourir aux services J’ARRÊTE. Leurs spécialistes sont disponibles par téléphone (1 866 JARRETE (1 866 527-7383)), par texto (smat.ca), en personne dans les centres d’abandon du tabagisme du Québec et, en tout temps, sur le site jarrete.qc.ca (iquitnow.qc.ca).

Facile à utiliser sur tous les appareils numériques, le site offre des vidéos et des outils efficaces exclusifs basés sur la thérapie d’acceptation et d’engagement (Acceptance and Commitment Therapy – ACT). Une approche novatrice qui a fait ses preuves aux États-Unis.

Ensemble, vers un Québec sans tabac!

La Semaine souhaite également mobiliser la population autour de la première cause de mortalité évitable du Québec : le tabagisme.

La situation est d’ailleurs urgente puisqu’encore aujourd’hui, 18,3 % des Québécois de 12 ans et plus fument, soit plus de 1,3 million de personnes.

Dès le début janvier, la population pourra donc participer à l’effort collectif en interagissant sur la page Facebook Québec sans tabac et en se renseignant sur le portail quebecsanstabac.ca, la référence en matière d’information fiable sur cette problématique.

 

Guy Levasseur
Guy Levasseur
RéDACTEUR_EN_CHEF
PROFIL

Les derniers articles

Populaire en ce moment