Le logbook électronique obligatoire à compter du 30 avril 2023 pour les conducteurs de véhicules lourds

Le logbook électronique obligatoire à compter du 30 avril 2023 pour les conducteurs de véhicules lourds
Le logbook électronique obligatoire pour les conducteurs de véhicules lourds © Crédit photo Eric Beaupré / Vingt55. Tous droits réservés.

DRUMMONDVILLE

La vice-première ministre et ministre des Transports et de la Mobilité durable, Mme Geneviève Guilbault, en collaboration avec la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ), annonce qu’à compter du 30 avril, le dispositif de consignation électronique (DCE) sera obligatoire. Les exploitants de véhicules lourds devront donc munir leurs véhicules d’un DCE permettant de consigner leurs heures de travail et de repos.

Le logbook électronique obligatoire pour les conducteurs de véhicules lourds © Crédit photo Eric Beaupré / Vingt55. Tous droits réservés.

Cette obligation fait suite à des modifications apportées au Règlement sur les heures de conduite et de repos des conducteurs de véhicules lourds et vise, entre autres, à assurer une meilleure conformité à la réglementation afin de prévenir la fatigue au volant. Selon les élus et les responsables de cette décision, ce dispositif a aussi l’avantage de faire gagner du temps au conducteur puisqu’il n’a pas à saisir manuellement ses heures de conduite.

« L’utilisation de ce dispositif favorisera un meilleur respect des heures de conduite et de repos des conducteurs et, par le fait même, aidera à réduire les risques de fatigue au volant. C’est un outil nécessaire qui contribuera à une meilleure sécurité sur les routes du Québec! » Geneviève Guilbault, ministre des Transports et de la Mobilité durable

« En plus d’être une avancée technologique attendue par l’industrie du camionnage québécoise, l’utilisation du DCE favorisera davantage la sécurité routière. Le dispositif facilitera également le travail des conducteurs de véhicules lourds au quotidien. » Denis Marsolais, président-directeur général de la SAAQ

Du côté des camionneurs quelques conducteurs interrogés par le Vingt55 sur cette annonce voient d’un bon œil cette mesure,

« Les abus étaient fréquents de la part de certains employeurs et transporteurs. Les périodes de travail sont importantes. Une mesure qui atteint des objectifs louables selon ces mêmes camionneurs. Des contraintes de plus en plus fréquentes, en plus du logbook électronique, la loi oblige les limitateurs de vitesse. Certaines compagnies limitent la vitesse maximum entre 95 km/h et 105 km/h ce qui rallonge de beaucoup le temps de travail et le temps passé sur la route, mesures restreignantes pour les conducteurs.

Des salaires à revoir, selon eux les heures devraient être mieux rémunérées dans l’industrie du transport.

« L’indexation du coût de la vie, des frais de repas sont à nos frais » font remarquer les conducteurs interrogés, « le prix de l’essence les repas etc. sont des frais supplémentaires et les salaires ne suivent pas les augmentations des derniers mois. »

Les montants accordés dans l’industrie devraient aussi être revus selon plusieurs camionneurs.

« Les lay-overs, (journée d’attente à destination), les tarifs à l’heure et les forfaits au  kilomètre ainsi que l’over time pour l’ensemble des travailleurs débutent à 40h alors que dans l’industrie cette mesure ne s’applique pas pour la majorité des conducteurs » une iniquité que doit corriger l’industrie proposent l’ensemble des conducteurs qui passent plus de 70h au volant de leur camion, bien souvent loin de leur famille.

Le logbook électronique obligatoire pour les conducteurs de véhicules lourds © Crédit photo Eric Beaupré / Vingt55. Tous droits réservés.

Éric Beaupré
PHOTOREPORTER
PROFILE

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

Les derniers articles

Faits divers

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

facebookyoutube-icon

Installez l'appli Vingt55

Installer l'appli Vingt 55
×