Chats et chiens à donner, des milliers de dollars arnaqués à Drummondville par un réseau de fraudeurs

Chats et chiens à donner, des milliers de dollars arnaqués à Drummondville par un réseau de fraudeurs
Enquête fraude Vingt55 © Crédit photo Eric Beaupré. Tous droits réservés.

DRUMMONDVILLE

Une photo d’un chat ou d’une nouvelle portée de chats ou de chiens de race, le plus souvent des chats de Bengal, prêts à être livrés à qui en fait la demande. Ils sont à donner; voilà un argument qui est “vendeur”, qui laisse présager une transaction sans risque et pourtant, des gens sans scrupules ont réussi à arnaquer plusieurs Drummondvillois pour des sommes allant jusqu’à 1800$ au cours des derniers jours dans la MRC de Drummond.

Le Vingt55 a, par enquête, réussi à comprendre et mettre à jour le stratagème efficace d’un réseau d’arnaqueurs qui prolifièrent sur les réseaux sociaux et sites de vente en ligne autant à Drummondville que dans la province, selon ce que confirme la Sûreté du Québec.

Une arnaque aussi simple que bien structurée, des arnaqueurs crédibles dans une transaction de fraude loin d’être improvisée.

Un compte Facebook actif, une transaction au Québec, une compagnie de transport et une arnaque bien montée.

L’offre est aussi simple que l’arnaque, à partir d’une annonce en ligne un « propriétaire » de chat de Bengal affiche une photo de l’animal offert, et voilà, il ne reste plus pour les arnaqueurs qu’à attendre des clients potentiels qui embarqueront dans le scénario et stratagème qui leur en coûtera entre 100$, 500$ et quelques milliers de dollars pour ceux qui seront escroqués de belle façon avant de se rendre compte qu’ils ont été tout simplement arnaqués et dépouillés de leur argent et qu’il n’y a aucun animal en bout ligne.

Le Vingt55, témoin de la fraude, vous explique l’un des scénarios mis en œuvre par les fraudeurs, dans un scénario crédible où les arnaqueurs mettent l’acheteur en confiance.

‘’J’aime mes petits chats, mes BB, mais je dois m’en défaire, finira par expliquer Sophie, qui a pris contact avec nous via son compte Messenger. Cette dernière a un compte Facebook actif et se présente après avoir établi le lien et convenu de votre intérêt pour l’achat via Marketplace. Il s’agit d’un petit chat de Bengal d’une nouvelle portée inattendue pour elle.

Sophie allègue demeurer à Drummondville et être prête à donner ses ‘’BB’’ chats, mais explique être en convalescence en Abitibi chez sa mère en raison d’une accident de la route. Sophie n’exigera finalement que les frais de transport de 300$. Ne voulant pas transiger sur votre carte de crédit par mesure de sécurité, la vôtre, ironiquement, elle offre de payer les frais de transport par carte prépayée, trouvant même l’endroit à proximité de votre secteur pour vous faciliter la tâche, elle connaît même le nom d’un des caissiers du commerce qu’elle aura préalablement obtenu, ce qui ajoute à la confiance et crédibilité de l’interlocuteur.

La confiance s’installe et le piège est bien tendu avec l’aide d’une compagnie de transport présumée du Québec

Une fois la confiance établie, la supposée vendeuse va même jusqu’à vous fournir une pièce d’identité qui semble valide en tous points, un permis de conduire pris alors qu’elle conduit sa voiture en direction du centre de transport animalier qui prendra possession des chatons qui vous seront livrés à domicile en toute sécurité, assure-t-elle, voulant le bien-être des chats et votre entière satisfaction, jouant sur l’importance de leur bien-être.

Des échanges avec la compagnie de transport animalier, le piège s’étend  

Une fois le prix des chats payé, 300$ chacun, le piège s’étend. Une compagnie de transport ‘’valide’’ votre achat par courriel et vous donne une confirmation de réception des chats par courriel et communique aussi avec vous par téléphone pour valider l’adresse de livraison et vos disponibilités, de vive voix, ce qui ajoute de la vraisemblance à la transaction.

La victime reçoit en effet, un recu et une preuve de paiement, un courriel de confirmation de réception des animaux par la compagnie de transport qui vous contacte par mesure préventive (!!), rien de moins.  ‘’Oui oui, nous avons bien mis les chats dans un caisson de transport adapté et la dame ici semble honnête et a dû s’identifier’’, assure le présumé transporteur qui nous a contacté par téléphone dans le cadre de l’enquête menée par le Vingt55, expliquant qu’ils font cette vérification afin de sécuriser votre propre transaction alléguant qu’ils auraient même été victimes ou informés d’un stratagème de fraude et que les policiers leur demandent de valider la transaction et l’achat avec l’acheteur.

L’arnaque se poursuit pour vous soutirer le maximum de frais présumés insidieusement.

Alors que vous avez payé les frais de livraison et que les chatons sont supposés être en direction de votre domicile, les frais de vaccination sont ajoutés; ’Nous devons garantir qu’ils sont en santé et vous devrez de toute façon les faire vacciner’’, précise un faux représentant d’une compagnie fictive de transport animalier qui dispose, selon leurs dires, d’un vétérinaire sur place qui garantira le travail et exigera entre 150$ et 250$ par animal selon son poids, pouvant aller même jusqu’à 500$, selon l’enquête menée par le Vingt55.

Dans certains cas rapportés aux autorités, quand les chats ou animaux, car parfois il s’agit aussi de chiens, précisent et confirment les autorités, des frais de douanes peuvent en effet s’ajouter à la transaction frauduleuse, confirme Aurélie Guindon de la Sûreté du Québec en entrevue au Vingt55. La Sergente Aurélie Guindon confirme également que plusieurs transactions et arnaques ont eu lieu à Drummondville au cours des derniers jours sur le territoire de la MRC de Drummond en lien avec pareil stratagème.

Selon l’enquête menée par le Vingt55, si vous n’avez pas flairé l’arnaque, vos arnaqueurs continuent de vous soutirer de l’argent; cette fois pour vous soutirer des frais de douanes. En effet, des supposés frais de douanes sont souvent ajoutés quand les animaux sont achetés à l’international. Les frais de douanes deviennent facilement justifiables pour les fraudeurs. Mêmes frais, lors d’achat au Québec, quand il s’agit d’un animal exotique, comme le chat de Bengal, des frais surprise s’ajoutent alors que vous recevez un appel affichant Service de Douanes qui confirme être au courant de votre transaction et que vous devez payer des frais variant entre 50 et 150$ par chat, même s’il a été acheté au Québec selon un faux agent douanier qui vous contacte ‘’puisqu’il fait partie d’une lignée de chats exotiques, tentent de faire valoir les arnaqueurs qui mettent tout en œuvre pour vous soutirer le maximum d’argent, ce qui pour certains acheteurs ou personnes vulnérables, renforcit le lien de confiance dans la transaction. Ce qui au final peut faire monter la transaction à quelques centaines de dollars voire, dans certains cas, à plus de 1500$ par animal, par acheteur ainsi arnaqué dans une transaction.

Des indices qui doivent vous mettre la puce à l’oreille

Pourquoi des cartes de crédit prépayées ?

Le vendeur a une histoire cousue de fil blanc, souvent en voyage de façon précipitée ou agissant pour un ami qui a dû quitter la ville de façon inattendue. Le stratagème des cartes de crédit prépayées évite de voir les transactions être annulées par une carte de crédit traditionnelle. En effet, il devient difficile, voire impossible, de retracer la transaction et où l’argent a été encaissé par le biais de cartes de crédit prépayées, puisqu’au final, ce mode de paiement est l’équivalent d’un achat en argent. La carte de crédit prépayée n’est reliée à aucun compte bancaire donc ni à un acheteur ni à un vendeur qui l’utilisera comme du comptant, sans pouvoir être retracé dans n’importe quel coin du monde.

L’enquête du Vingt55 démontre que les fraudeurs préfèrent ce mode de paiment pour des raisons simples. Les montants semblent raisonnables, ce qui donne à croire que la transaction semble honnête, qui va frauder pour 100$ ou 250$ ? semblent se dire les personnes contactées par le Vingt55 dans le cadre de cette enquête. Il va sans dire que les cartes de crédit prépayées ont une valeur maximale qui varie entre 100$ et 250$, ce qui explique la stratégie des arnaqueurs qui vous vendent des biens, des animaux et même des services avec des sommes et cartes de cette valeur pour transiger et leur permettre ensuite de disparaître, ni vus ni connus.

La Sûreté du Québec a enregistré, au cours des dernières semaines, près d’une dizaine de fraudes de ce genre à Drummondville. Des sommes variant entre 250$ et quelques milliers de dollars sont disparues des comptes de Drummondvillois en quête d’un petit animal de compagnie.

L’enquête du Vingt55 permet de démontrer que les arnaqueurs sont de plus en plus audacieux et organisés

En effet, les fraudeurs utilisent des cellulaires à la carte pour changer de numéro; le simple ajout d’une carte SIM sur un nouveau réseau de téléphone et ils obtiennent un nouveau numéro à mettre en ligne et poursuivent leurs opérations sur le Web avec des numéros de téléphone et profils différents presque impossibles à retracer.

Des sites Web et adresses courriel de transactions afin de rendre en apparence la transaction crédible et sécuritaire

En effet, dans l’enquête du Vingt55, la supposée vendeuse a fourni un permis de conduire québécois avec photo, une adresse courriel d’échange crédible, tout comme une page Facebook active. Un site au nom d’une compagnie de transport animalier a même été utilisé avec la réception par courriel d’un numéro de transaction, d’un bon de livraison et d’un échange avec le représentant de cette présumée compagnie de transport qui vous contacte pour vous confirmer votre transaction avec une présumée cliente.

La Sûreté du Québec recommande, bien sûr, de faire les transactions et de payer sur obtention des biens ou animaux achetés afin d’éviter les fraudes, rappelle Aurélie Guindon, porte-parole de la Sûreté du Québec. « Les fraudeurs sont de plus en plus aguerris et structurés, et profitent des failles du Web, et peuvent opérer de partout et demeurent difficiles à retracer. Nous invitons les personnes victimes des fraudeurs à communiquer avec les autorités et dénoncer les transactions frauduleuses, précise la Sgte Guindon; ils peuvent également contacter le Service de Fraude Canada qui colligera les informations obtenues.

La Sûreté du Québec recommande de faire les transactions en personne, de demeurer vigilants lors de scénarios qui semblent trop beaux pour être vrais. Les arnaqueurs et fraudeurs sont de plus en plus audacieux et organisés, comme a permis de démontrer le travail de recherche et d‘enquête du Vingt55.

Renseignez-vous sur le vendeur avant de procéder à une transaction, privilégiez de rencontrer en personne le vendeur afin de l’identifier et de constater la disponibilité de l’achat et surtout si de soudains frais apparaissent à la transaction, soyez vigilants, dans le doute, mettez fin à la transaction et renseignez-vous sur le vendeur.

Enquête fraude Vingt55 © Crédit photo Eric Beaupré. Tous droits réservés.

Éric Beaupré
PHOTOREPORTER
PROFIL

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

Les derniers articles

Faits divers

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

facebookyoutube-icon