Accident de motoneiges: Le coroner Yvon Garneau dépose son rapport dans le dossier d’Oliver Leclerc

Accident de motoneiges: Le coroner Yvon Garneau dépose son rapport dans le dossier d’Oliver Leclerc
| © Photo Éric Beaupré. Tous les droits réservés.

Le coroner Yvon Garneau | Photo Éric Beaupré (Archives Vingt55)

DRUMMONDVILLE

Le coroner Yvon Garneau a rendu public le lundi 17 décembre son rapport et ses conclusions d’enquête dans le dossier d’Olivier Leclerc 24 ans, décédé d’un accident de motoneige sur un sentier balisé le 10 février 2018 à l’Avenir.

Le rapport du coroner révèle qu’Oliver Leclerc est décédé d’un traumatisme crânien qui a causé un œdème cérébral fatal.

Circonstances de l’accident

L’homme circulait sur une motoneige sur la piste 521 entre la route 143 et le 4e rang à L’Avenir le 20 février 2018 à 00 h 10 en direction d’Acton Vale au moment de l’accident.

C’est en petits groupes que les sept motoneigistes circulaient au moment de l’accident. C’est au début d’un léger virage vers la droite que le motoneigiste a plongé vers le fond d’un fossé tout juste à côté du ponceau qui enjambait ce léger fossé de près de 10 pieds et que les trois autres ont suivi la manœuvre.

Vitesses et pratiques peu recommandées de suivi de groupe

Au terme de l’enquête policière mais également des informations obtenues le soir même de l’accident par le Vingt55, la neige soulevée par le passage des motoneigistes (poudrerie) qui le précédaient aurait réduit la visibilité du motoneigiste de tête de l’un des petits groupes.

L’enquête de la Sûreté du Québec confirme en effet cette explication et scénario comme vraisemblable soulevant également la pratique d’usage non recommandée de suivre les feux de position de la motoneige qui devance en pareille circonstance, ce qui pourrait également avoir contribué à l’accident.

Lors de la sortie de piste, trois autres motoneigistes ont ainsi suivi la motoneige et se sont mutuellement percutés et empilés au fond du fossé à 6 pieds de profondeur de leurs points de sortie.

Le groupe de motoneigistes porte secours mais en vain

Le groupe de motoneigistes impliqué dans l’accident a rapidement dégagé la victime inanimée partiellement immergée sous l’eau et coincée sous la motoneige. Ceux-ci ont rapidement débuté les manoeuvres de réanimation  soutenues jusqu’à l’arrivée des paramédics, des pompiers et des policiers.

Analyse toxicologique

L’autopsie et examen externe ont été effectués sur le corps de la victime, confirmant le décès de la M. Leclerc par traumatisme crânien révélant également la présence d’un taux d’alcoolémie supérieur au taux permis par la loi mais aucune autre substance ou drogue n’ont été révélées par l’autopsie.

Vitesse en cause

Le rapport d’enquête révèle également que les motoneiges étaient en bonne condition mécanique, que la sortie de sentier et les collisions entre les motoneigistes sont survenues dans une zone ou de 70km/h dans une ligne droite du sentier balisé ou une courbe extérieure droite est signalée par des panneaux de signal avancés.

Le rapport et les analyses du Coroner Yvon Garneau soutiennent l’hypothèse que les motoneigistes devaient circuler à près de 120/km et se suivaient possiblement de trop près avant l’accident.

Le coroner Garneau confirme donc qu’Olivier Leclerc 24 ans est décédé d’un traumatisme crânien et conclut également à un décès accidentel.

Éric Beaupré
Éric Beaupré
PHOTOREPORTER
PROFIL

Les derniers articles

Populaire en ce moment