Dossier du Domaine des Pères Montfortains – La Ville de Drummondville, le président de la SDED et de Novelis rectifient les faits

Dossier du Domaine des Pères Montfortains – La Ville de Drummondville, le président de la SDED et de Novelis rectifient les faits
Francis Adam, directeur général de la Ville de Drummondville. © Crédit photo Eric Beaupré / Vingt55. Tous droits réservés.

DRUMMONDVILLE

Devant l’intérêt soulevé par un projet de reconversion du site des Pères Montfortains situé à proximité du Campus Drummondville de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), la Ville de Drummondville a tenu à rappeler l’historique de sa volonté de requalifier le site lors d’un bref point de presse.

 

Plusieurs sujets ont été abordés lors de la rencontre de presse proposée par le directeur général de la Ville de Drummondville et du président de la SDED, Martin Dupont. Il a été question de l’histoire du projet des Pères Montfortains tout comme des allégations lancées par un journal local sur les possibles conflits d’intérêt entre Alain Carrier et le promoteur du projet Novelis.

C’est en présence du directeur général de la SDED, Martin Dupont, et en présence du conseiller municipal Yves Grondin et des médias que le directeur général de la Ville de Drummondville, Francis Adam, a rappelé que la Ville souhaite requalifier ce site d’une superficie de près de 450 000 pieds carrés depuis des années, et qu’elle évalue les options qui s’offrent à elle.

De concert avec la SDED et l’UQTR, différentes démarches ont été entreprises en ce sens depuis 2013, et ce, dans la foulée de l’implantation du Campus Drummondville par l’Université.

Au cours des derniers mois, un promoteur immobilier a présenté un projet de reconversion du site à la Ville, d’abord au comité exécutif, le 30 mars dernier, puis lors d’un atelier de travail des élus, le 12 avril. Ceux-ci ont alors été saisis d’une lettre d’intention d’acquisition de la part du promoteur datée du 6 avril 2021, a rappelé le directeur général de la Ville de Drummondville, Francis Adam.

Le directeur général de la Ville de Drummondville, a également rappelé et confirmé que c’est en toute connaissance de cause que la Ville de Drummondville a reçu cette correspondance, et ce, puisqu’un tel mandat a été dûment enregistré au Registre des lobbyistes du gouvernement du Québec, pour que toute démarche en ce sens soit effectuée en conformité avec la Loi sur la transparence et l’éthique en matière de lobbyisme.

À la suite de ces présentations, le dossier est sous analyse à la Ville de Drummondville, tout comme un autre projet de développement commercial et récréotouristique et commercial, a précisé Francis Adam. Fidèle à ses habitudes, la Ville et les élus ne formuleront pas de commentaires sur un ou des projets avant qu’ils ne soient officiellement déposés en séance publique, a ajouté M. Adam.

Bien que les projets tels que soumis ont suscité des questionnements, le directeur général a tenu à préciser qu’aucune décision n’a été prise à ce sujet jusqu’ici et que celui du domaine des Pères Montfortains, comme tout autre projet, doit passer par l’acceptation du conseil lors d’un vote et résolution.

Le projet du domaine des Pères Montfortains pourrait donc être accepté, refusé ou encore modifié, tout comme d’autres projets pourraient être éventuellement déposés et être considérés, a conclu M. Adam.

De son côté, Martin Dupont de la SDED réaffirme son intérêt pour le développement d’un projet de cette envergure.

Comme mentionné par le Vingt55 dans un premier article, Martin Dupont a réitéré l’intérêt d’un tel projet à Drummondville autant pour le développement de l’UQTR que pour les nombreux avantages du développement local en lien avec l’attraction d’étudiants et travailleurs étrangers et internationaux tout comme ceux de la province qui pourraient s’y installer dès leur arrivée afin de combler autant des postes dans des secteurs où la pénurie de main-d’œuvre est importante tout comme pour le développement du site de la région.

Conflit d’intérêt allégué dans le journal L’Express – Le maire, la Ville et le directeur général de Novelis ont réagi à cette affirmation

Questionné à savoir si le maire Carrier se trouvait en situation de conflit d’intérêt, le directeur général de la Ville a expliqué ne pas avoir à répondre à la question, tout en rappelant que le maire Carrier avait répondu à la question. En effet, le maire Alain Carrier avait clairement exprimé n’avoir aucun intérêt financier ni de lien d’affaires dans cette annonce ou projet.

De son côté, le président de Novelis, M. Alain Scalzo, a répondu dans une lettre adressée au directeur général de la Ville et président de la SDED, documents auxquels le Vingt55 a obtenu copie.

À la suite d’un article publié sur le site Internet de l’Express le 11 mai 2021 intitulé « Alain Carrier pris en plein conflits d’intérêts? », M. Scalzo a tenu à préciser et rectifier les perceptions erronées qui semblent être véhiculées par l’article.

‘’ Depuis 2002, je retiens les services professionnels de Me André Komlosy à titre de consultant pour des conseils stratégiques et représentations auprès des différentes instances gouvernementales. Parfois, ces représentations nécessitent qu’il enregistre un mandat au Registre des lobbyistes du Québec, tel que la loi le requiert, a expliqué M. Scalzo.

‘’ L’article de l’Express semble sous-entendre que l’embauche de Me Komlosy dans le dossier du développement du site des Pères Montfortains serait directement relié à sa proximité avec le maire de Drummondville, Monsieur Alain Carrier, pour lequel il a été impliqué bénévolement lors de l’élection partielle à la mairie de 2020.  L’article semble également laisser sous-entendre qu’il pourrait y avoir une sorte de retour d’ascenseur du maire à Me Komlosy pour faciliter la réalisation du projet à la suite de son implication à l’élection partielle de 2020.

Cela est sans équivoque faux, précise M. Scalzo. ‘’ Son embauche à titre de consultant pour le dossier de développement du site des Pères Montfortains, qui remonte à juin 2020, n’est qu’une suite logique de cette relation professionnelle que j’entretiens avec lui depuis maintenant 19 ans, a rappelé également M. Scalzo. et ce, au travers un nombre important de projets. D’ailleurs, Me Komlosy a toujours été notre seul conseiller stratégique et représentant auprès des instances gouvernementales, et ce, depuis presque 20 ans.

‘’ Je trouve déplorable qu’un média puisse faire de telles insinuations d’autant plus que je me suis toujours fait un devoir de respecter la loi dans toutes les démarches d’affaires que j’ai entreprises depuis des décennies à Drummondville et ailleurs au Québec.’’ évoque également M. Alain Scalzo.

L’enregistrement du mandat de Me Komlosy au Registre des lobbyistes du Québec pour le dossier du développement du site des Pères Montfortains constitue une démonstration de ce respect des lois en vigueur, a rappelé le Président de Novelis dans ce document. D’ailleurs, le 7 avril dernier, il a avisé par courriel les autorités municipales de l’inscription du mandat, à savoir la greffière Me Mélanie Ouellet et le directeur général, Monsieur Francis Adam.

En terminant, M. Alain Scalzo a précisé être l’unique actionnaire de Novelis, et que Me Komlosy n’y détient aucun intérêt de quelque nature.

Aucun autre commentaire ou réaction n’a été fait par les élus(e)s contactés par le Vingt55 dans ce dossier.

Le Vingt55 a tenté d’obtenir les explications et versions du conseiller municipal Yves Grondin et de quelques élus dans ce dossier, aucune des demandes ou invitations n’ont obtenue de réponse de la part des conseillers(ères) sollicités.

Domaine des Pères Montfortains © Crédit photo Eric Beaupré / Vingt55. Tous droits réservés.

Le Centre d’écoute et de prévention suicide Drummond partenaire Vingt55

Éric Beaupré
PHOTOREPORTER
PROFIL

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

Les derniers articles

Populaire en ce moment

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

facebookyoutube-icon