Frappe policière en matière de prostitution juvénile – Un autre accusé reçoit sa sentence à Drummondville

Frappe policière en matière de prostitution juvénile – Un autre accusé reçoit sa sentence à Drummondville
© Crédit photo Eric Beaupré / Vingt55. Tous droits réservés.

DRUMMONDVILLE

C’était le retour en cours de l’accusé Sébastien Blais, l’un des accusés arrêtés le 3 octobre 2019 dans un hôtel de Drummondville après avoir été pris dans les filets des enquêteurs de la Sûreté du Québec lors d’une opération menée en lien avec le leurre informatique et d’obtention de services sexuels moyennant rétribution d’une personne de moins de 18 ans.

Sébastien Blais, s’est présenté au palais de justice Blais vendredi devant l’honorable juge Marie Josée Ménard et le procureur de la couronne, Kevin Mailloté afin de connaitre sa sentence après avoir enregistré en mai dernier un plaidoyer de culpabilité.

Face à une preuve incriminante et après avoir été arrêtés le 3 octobre 2019 dans un hôtel de Drummondville dans les filets des enquêteurs de la SQ lors d’une opération menée en lien avec le leurre informatique et d’obtention de services sexuels moyennant rétribution d’une personne de moins de 18 ans, l’accusé avait enregistré un plaidoyer de culpabilité en mai dernier à l’un des chefs d’Accusation amandés soit, au chef d’accusation lié leurre informatique alors qu’il faisait également face à un chef d’accusation d’’obtention de services sexuels d’une personne de moins de 18 ans

Sébastien Blais était en effet accusé d’avoir communiqué par moyen de télécommunication avec une personne âgée de moins de 18 ans ou qu’il croyait tel, dans le but de faciliter la perpétration à son égard d’une infraction en matière crime sexuelle commettant ainsi l’infraction par voie sommaire à l’article 172, 1 1a 2b du Code criminel.

Le Vingt55 a assisté à la comparution de l’accisé, dès son entrée dans le tribunal, Sébastien Blais a été dirigé par l’honorable juge Marie Josée Ménard vers le banc des accusés. Celui-ci a été escorté de deux constables spéciaux du palais de justice de Drummondville..

En enregistrant un plaidoyer de culpabilité au chef de leurre informatique, la Couronne n’a pas déposé les accusations au deuxième chef d’accusation soit, d’obtention de services sexuels d’une mineure moyennant rétribution, tel que porté lors de la commission des infractions reprochées

Un message clair de l’honorable juge Marie-Josée Ménard

« Les policiers font ce genre d’opération-là pour quand il y a une problématique, en l’occurrence la prostitution avec des mineures dans une région ou secteur, avait mentionné l’honorable juge lors de l’enregistrement du plaidoyer de culpabilité.  Le but de ce genre d’opération est de mettre fin aux agressions et abus sexuels envers des enfants et des mineurs. » avait également déclaré l’honorable juge Marie-Josée Ménard s’adressant à l’accusé.

La société et les policiers souhaitent protéger les jeunes filles mineures vulnérables et sans protection qui se font embarquer dans des réseaux de proxénètes, a fait valoir la juge sur un ton ferme à tous les accusés dans cette frappe policières.’’ Ça prend des clients qui encouragent ce genre de services, l’offre est là car la demande est là. Il faut dénonce ce genre de comportement, la Cours d’appel rappelle par ailleurs depuis peu que même s’il n’y pas de mineurs, à titre d’exemple, lors d’opération comme celle-ci, l’objectif visé demeure le même: mettre un frein aux différents réseaux de proxénètes et faire réfléchir les gens comme vous ou toute personne qui seraient tentées d’avoir recours à des mineures par le biais des services de prostitution, avait également rappelé l’honorable juge Marie-José Menand.

En plus des 6 mois de prison Blais et d’une inscription au registre des délinquants sexuels pour une période de 10 ans, Blais a vu le tribunal saisir et confisquer le montant de 100$ qui avait servi lors de la transaction avec l’agente d’infiltration et du cellulaire qui avait servi lors des échanges lors de l’opération policière qui avait conduit à son arrestation. Sébastien Blais a ensuite quitté le palais de justice vers le centre de détention.

Éric Beaupré
PHOTOREPORTER
PROFILE

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

Les derniers articles

Faits divers

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

facebookyoutube-icon

Installez l'appli Vingt55

Installer l'appli Vingt 55
×