Journée mondiale de la liberté de presse : le Vingt55 rappelle l’importance du travail des journalistes et des médias

Journée mondiale de la liberté de presse : le Vingt55 rappelle l’importance du travail des journalistes et des médias
Journée mondiale de la liberté de presse © Crédit photo Eric Beaupré / Vingt55. Tous droits réservés.

DRUMMONDVILLE

Le 3 mai est une journée capitale et importante pour tous les médias du monde, en Ukraine, Montréal ou à Drummondville, la liberté de presse, c’est important. 

C’est aussi une journée de commémoration pour les journalistes qui ont perdu la vie dans la poursuite d’une histoire ou encore en ce temps de guerre en Ukraine » souligne également le député du Bloc Québécois dans Drummond.

Le travail des journalistes par le monde est essentiel, à mes yeux, le travail d’un journaliste local ou d’un hebdo ou quotidien revêt une importance capitale en temps de crise sanitaire mondiale tout comme dans nos vies quotidiennement, soit celui d’informer des enjeux et réalités tant au niveau local que provincial, national ou planétaire, cette information se doit de demeurer intègre, complète et indépendante, tout comme celui ou celle qui vous la transmet.

C’est à titre de reporter local pour le Vingt55, que je salue le travail de tous les journalistes et médias qui ont dû, entre autres, s’ajuster au cours des derniers mois encore une fois cette année à faire leur travail, suivre la nouvelle et vous informer en temps réel avec la plus grande rigueur, autant sur les enjeux de la Covid-19 que l’actualité et les enjeux politiques ou municipaux qui animent nos vies et votre réalité, quotidiennement, ici à Drummondville comme partout sur la planète.

Sébastien Schneeberger, député de Drummond-Bois-Francs et leader parlementaire adjoint du gouvernement et  Martin Champoux député du Bloc Québécois dans Drummond @ Crédit photo Eric Beaupré Vingt55

Toute aussi importante, la Journée mondiale de la liberté de la presse est une journée de soutien aux médias qui sont des cibles pour la restriction ou l’abolition de la liberté de la presse. « C’est aussi une journée de commémoration pour les journalistes qui ont perdu la vie dans la poursuite d’une histoire ou encore en ce temps de guerre en Ukraine souligne le député du Bloc Québécois dans Drummond Martin Champoux qui rappelais aussi l’importante crise des médias. « Ottawa doit agir pour que le travail de nos médias profite à nos médias. Ottawa doit enfin faire payer aux géants du Web des impôts pour les profits qu’ils font chez nous et remettre cet argent dans un fonds destiné à nos médias et à notre culture, avait également souligné le député du Bloc Québécois lors du dépôt d’une motion déposée à la Chambre des Communes, reconnaissant le travail des journalistes

« Le travail de la presse et des journalistes est fondamental pour le bon fonctionnement de notre démocratie. Nous avons la chance, au Québec, d’avoir des médias de qualité, qui font leur travail librement pour informer la population, aussi bien sur le plan national, que local. Toutefois, à l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, j’ai une pensée pour tous ceux et toutes celles qui œuvrent dans la poursuite d’une histoire parfois au péril de leur vie », a déclaré Sébastien Schneeberger, député de Drummond-Bois-Francs et leader parlementaire adjoint du gouvernement.

Tous les ans, la Journée mondiale de la liberté de la presse permet de célébrer les principes fondamentaux de la liberté de la presse, d’évaluer la liberté de la presse à travers le monde, de défendre l’indépendance des médias et de rendre hommage aux journalistes qui ont perdu la vie dans l’exercice de leur profession.

Le 3 mai sert à rappeler aux gouvernements la nécessité de respecter leur engagement en faveur de la liberté de la presse et constitue également une journée de réflexion pour les professionnels des médias sur les questions relatives à la liberté de la presse et à l’éthique professionnelle.

Le 3 mai a été proclamé Journée mondiale de la liberté de la presse par l’Assemblée générale des Nations Unies en 1993, suivant la recommandation adoptée lors de la vingt-sixième session de la Conférence générale de l’UNESCO en 1991. Ce fut également une réponse à l’appel de journalistes africains qui, en 1991, ont proclamé la Déclaration de Windhoek sur le pluralisme et l’indépendance des médias.

L’UNESCO a au cœur de son mandat la liberté de la presse ainsi que la liberté d’expression. L’UNESCO pense que ces libertés permettent une compréhension mutuelle pour construire une paix durable.

La Journée permet d’informer les citoyens sur les atteintes portées à la liberté de la presse. Dans des dizaines de pays à travers le monde, des publications sont censurées, condamnées, suspendues ou tout simplement n’ont plus le droit de paraître, alors que des journalistes, des rédacteurs en chef et des éditeurs sont harcelés, attaqués, détenus ou même tués.

A la faveur de cette date, nous pouvons encourager et développer des initiatives en faveur de la liberté de la presse mais également évaluer l’état de la liberté de la presse à travers le monde.

Éric Beaupré
PHOTOREPORTER
PROFIL

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

Les derniers articles

Faits divers

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

facebookyoutube-icon