L’ « Enfant terrible » de l’Avenir – Raconte-moi l’histoire… par André Pelchat

L’ « Enfant terrible » de l’Avenir – Raconte-moi l’histoire… par André Pelchat
 Jean-Baptiste-Éric Dorion, vers 1860. / Photo Société d’histoire de Drummond, Collection régionale @ Droit d'utilisation acquitté Vingt55 / Tous droits réservés.

L'Avenir

Le 1er juillet dernier, marqué par l’annulation de la fête du Canada dans de nombreuses villes canadiennes, a suscité chez certains des regrets de voir « politiser » la Fête nationale. Voilà qui aurait sans doute fait rire Jean-Baptiste-Éric Dorion (1826-1866), député de Drummond-Arthabaska au parlement du Canada-Uni de 1854 à 1858, puis de 1861 à 1866. Surnommé l’ « Enfant-terrible » à cause de son radicalisme et de sa petite taille, ce bouillant personnage fut un adversaire acharné du projet de Confédération. Il aurait pu nous dire, lui, que, la Confédération étant un projet politique, sa fête est nécessairement une fête politique.

Le « Pont de l’Enfant-Terrible » commémore Jean-Baptiste-Éric Dorion à L’Avenir, le village qu’il a fondé @ Crédit photo André Pelchat  Vingt55 / Tous droits réservés.

Jean-Baptiste-Éric Dorion, surnommé « l’Enfant terrible », né à Sainte-Anne-de-La-Pérade en 1826, ne fut pas seulement le fondateur de l’Avenir où il décéda en 1866. Autodidacte, il fut commis-marchand, journaliste, colon-défricheur et homme politique. Beaucoup plus radical que son frère Antoine-Aimé, il faisait partie des « Rouges », c’est-à-dire l’aile radicale du mouvement libéral, se voulant les continuateurs des Patriotes de 1837-38. Il fut l’un des fondateurs de l’Institut canadien de Montréal, véritable conservatoire des idées libérales, en 1847, et fonda plusieurs journaux dont Gros-Jean L’Escogriffe en 1842, L’Avenir en 1847 et Le Défricheur en 1862. Fondateur de l’Association pour le peuplement des Cantons de l’Est pour favoriser l’installation de Canadiens français dans cette région alors majoritairement anglophone et, en 1852, déménagea dans le canton de Durham où il fonda le village de L’Avenirville nommé d’après son défunt journal, L’Avenir. Tout cela en poursuivant son activité politique. Il eut aussi un ministère dans le gouvernement du Canada-Uni avec John Sanfield MacDonald (à ne pas confondre avec John A. MacDonald, père de la Confédération) en 1863 et 1864.

Lorsque le projet de fédérer les colonies britanniques d’Amérique du Nord commença à se discuter publiquement, vers 1864, après la conférence de Charlottetown, la Grande-Bretagne y fut aussitôt favorable. C’était un projet conservateur soutenu par les compagnies de chemin de fer qui y voyaient une façon de faciliter la construction d’un réseau de voies ferrées. Le clergé, favorable aux Conservateurs, leur donna son appui sur ce sujet également. Une partie des libéraux, rassurés par la promesse d’un gouvernement provincial pour le Québec, se rallièrent au projet.  Dorion et les Rouges étaient favorables à une plus grande indépendance du Canada-Ouest (Québec) face à la Grande-Bretagne, allant jusqu’à proposer l’annexion aux États-Unis. Ils s’opposèrent donc immédiatement à la Confédération. Dorion écrivit dans son journal L’Avenir :

« Je m’oppose à la Confédération parce que j’entrevois des difficultés sans nombre au sujet des pouvoirs conjoints accordés aux gouvernements locaux et général sur plusieurs questions. Ces conflits tourneront toujours au profit du gouvernement général et au détriment des prétentions parfois bien légitimes des Provinces. »

Jusqu’à maintenant, il est difficile de lui donner tort sur ce sujet !

De façon plus colorée, il émit aussi, dans un discours électoral en 1866, peu de temps avant sa mort, son analyse du projet de Confédération :

« Avant l’Union, nous avions un Anglais devant nous ; avec l’Union, nous en avons un en avant et un en arrière ; avec la Confédération, nous en aurons un en avant, un en arrière, un de chaque côté et peut-être sur la tête. »

Quelques semaines plus tard, le 1er novembre, cet hyperactif décéda d’une crise cardiaque.  Les Rouges eurent beau s’opposer à la Confédération, leur militantisme fut insuffisant pour combattre l’alliance des Conservateurs, des libéraux modérés, des compagnies de chemin de fer et du clergé. La Confédération vit finalement le jour en 1867. Ce qui acheva le libéralisme radical au pays. Condamné par Rome en 1869, l’Institut canadien de Montréal, ses membres menacés d’excommunication, ferma définitivement ses portes en 1880.

 

Photos :

1 : Jean-Baptiste-Éric Dorion, vers 1860. @Photo Société d’histoire de Drummond, Collection régionale ; C1

2 : Le « Pont de l’Enfant-Terrible » commémore Jean-Baptiste-Éric Dorion à L’Avenir, le village qu’il a fondé

André Pelchat
CHRONIQUEUR
PROFIL

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

Les derniers articles

Populaire en ce moment

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

facebookyoutube-icon