La Coalition Avenir Québec remporte son pari en élisant un gouvernement majoritaire-Les réactions

La Coalition Avenir Québec remporte son pari en élisant un gouvernement majoritaire-Les réactions
© Photo Éric Beaupré | Les deux députés élus de la CAQ, André Lamontagne et Sébastien Schneeberger avec leur équipe de campagne.

DRUMMONDVILLE

Le parti de François Legault, la Coalition Avenir Québec, vient de remporter son pari de former un gouvernement majoritaire pour les prochaines années à l’Assemblée nationale du Québec. Les députés André Lamontagne et Sébastien Schneeberger permettent enfin aux circonscriptions de Drummond-Bois-Francs et Johnson de s’installer du côté du «pouvoir»

Ainsi, tout le Centre-du-Québec et la Mauricie se retrouvent avec des députés caquistes. Ce qui surprend le plus, ce sont les candidats et candidates de Québec Solidaire qui sont deuxièmes.

Au moment d’écrire ces lignes, près de 55 % des électeurs et électrices ont votés pour les deux candidats.

La CAQ a élu 74 députés.

RÉACTIONS

Besoins en infrastructures de la Commission scolaire des Chênes: Jean-François Houle est inquiet

Au lendemain de l’élection provinciale qui a porté la Coalition Avenir Québec au pouvoir, le président de la Commission scolaire des Chênes, Jean-François Houle, tient à féliciter les députés de Drummond – Bois-Francs et Johnson, messieurs Sébastien Schneeberger et André Lamontagne, pour leur réélection sans équivoque.

Il salue, par ailleurs, toutes celles et tous ceux qui ont brigué les suffrages, toutes formations politiques confondues.

«Je serai toujours le premier à reconnaître la volonté et le courage des hommes et des femmes qui osent mettre de côté le cynisme ambiant et qui soumettent leurs idées à la population, dans le seul but de servir leurs concitoyens,» a déclaré M. Houle d’entrée de jeu.

Des projets d’infrastructures en péril ? Comme première réaction à l’élection d’un gouvernement caquiste majoritaire, M. Houle dit redouter certains engagements du parti de François Legault.

Il souligne que récemment, dans le cadre du Plan québécois des infrastructures, la Commission scolaire des Chênes a soumis au ministère de l’Éducation des demandes à hauteur de 80 millions de dollars pour l’ajout d’écoles et d’espace-élève au cours des prochaines années. En se basant sur les idées exprimées par la CAQ au cours de la campagne électorale, il doute fort que les projets déposés par les commissions scolaires pourront voir le jour dans des délais respectables.

«Si le gouvernement caquiste veut effectivement se priver de l’équivalent de 700 millions $ en taxes scolaires et implanter la maternelle 4 ans mur à mur, je crains que cela aura, inévitablement, des effets négatifs sur les projets d’infrastructures dont nous avons cruellement besoin,» d’arguer M. Houle.

Une instabilité à éviter

Un éventuel ébranlement des structures du système d’éducation préoccupe également le président au plus haut point. “Si les promesses caquistes se concrétisent, elles créeront une instabilité certaine dont le milieu de l’éducation n’a pas besoin,” affirme le président.

Celui-ci entend donc faire valoir, une fois de plus, ses arguments à l’égard de la gouvernance scolaire, laquelle est notamment dans la mire de la CAQ.

«Je le ferai auprès de nos deux députés, messieurs Schneeberger et Lamontagne, avec lesquels la Commission scolaire des Chênes a, par ailleurs, toujours entretenu d’excellentes relations. Je verrai à les convaincre du bien-fondé de notre position sur le sujet,” indique M. Houle. Le président rappelle qu’il y a quelques années, le Projet de loi 86, alors piloté par le gouvernement libéral, ressemblait, à plusieurs égards, à ce que propose la CAQ au sujet des commissions scolaires et de leur gouvernance. »

«On se souviendra qu’après avoir entendu les parties concernées en commission parlementaire, le gouvernement avait bien vu que ce n’était pas la voie à suivre et avait relégué le projet de loi 86 aux oubliettes. Je ne vois pas ce qui a tant changé deux ou trois années plus tard,» de dire Jean-François Houle.

Espoir

Cela dit, l’espoir réside, selon le président, dans la présence des deux députés de la région au sein du parti porté au pouvoir. «Messieurs Schneeberger et Lamontagne l’ont emporté avec des majorités très impressionnantes. Est-ce que la présence de ces deux députés au sein du gouvernement pourrait être un vecteur d’accélération de nos projets ? C’est possible. De plus, certains commentateurs de la scène politique sont d’avis que M. Lamontagne jouit d’un profil “ministrable”, ce qui serait sans doute un atout pour notre région,» conclut Jean-François Houle.

La CCID confiante de la concrétisation de ses projets

C’est avec grand intérêt que les administrateurs et l’équipe de la Chambre de commerce et d’industrie de Drummond (CCID) ont suivi les résultats de la campagne électorale hier soir en vue de planifier l’avancement et la concrétisation de ses projets dans les quatre années à venir.

La CCID félicite  André Lamontagne et  Sébastien Schneeberger pour leur réélection et souhaite souligner le travail exceptionnel de tous les candidats où les échanges d’idées ont été nombreux et constructifs.

«Nous allons laisser le temps à nos députés de débuter leur nouveau mandat, mais nous avons l’intention de les rencontrer sous peu pour développer un plan de travail concret à la réalisation de nos projets», a déclaré Linda Desrochers, présidente de la CCID. La création d’un Centre intégré en santé et services sociaux (CISSS), le financement du Centre national intégré du manufacturier intelligent (CNIMI), le déploiement d’une stratégie nationale de recrutement de mains-d’œuvre qualifiées et le développement du secteur tertiaire sont quelques dossiers que la CCID prévoit réaliser avec les deux députés.

«En ayant deux députés membres du parti au pouvoir, nous sommes confiants que Drummondville en bénéficiera», a souligné Mme Desrochers en rappelant que MM. Lamontagne et Schneeberger sont aux faits des dossiers qui préoccupent la Chambre et qu’ils se sont toujours montrés collaboratifs.

Le premier ministre Justin Trudeau commente l’élection de la CAQ

Par la voie d’un communiqué, le premier ministre du Canada Justin Trudeau a commenté l’élections de la Coalition Avenir Québec: «Les Québécois ont choisi d’élire un gouvernement majoritaire dirigé par la Coalition avenir Québec. Au nom du gouvernement du Canada, je félicite chaleureusement les nouveaux députés de l’Assemblée nationale du Québec et François Legault, qui aura le privilège d’agir à titre de premier ministre, a déclaré M. Trudeau. Je suis impatient de collaborer avec le premier ministre Legault pour faire rayonner encore davantage la province dont nous sommes tous fiers. Ensemble, nous continuerons de défendre les travailleurs et les industries du Québec, de créer de bons emplois pour la classe moyenne et de bâtir une économie forte basée sur l’innovation, en plus de protéger l’environnement et de lutter contre les changements climatiques. C’est ainsi que nous pourrons rendre le Québec plus prospère et plus dynamique pour tous les Québécois»,

L’UMQ félicite le nouveau gouvernement

L’Union des municipalités du Québec (UMQ) tient à féliciter monsieur François Legault, chef de la Coalition Avenir Québec et nouveau premier ministre du Québec, et son équipe, qui formeront le nouveau gouvernement.

«Je félicite le premier ministre élu et toutes les députées et tous les députés qui siégeront à l’Assemblée nationale du Québec. J’invite les parlementaires à travailler ensemble afin de moderniser rapidement le régime fiscal municipal et à mettre en œuvre les engagements pris dans le cadre du Sommet municipal de septembre dernier», a souligné Alexandre Cusson, président de l’UMQ et maire de Drummondville.

Rappelons qu’au cours des derniers mois, le milieu municipal a fait preuve d’une grande solidarité et s’est mobilisé autour des priorités identifiées dans la plateforme municipale de l’UMQ : l’autonomie, la justice fiscale, la mobilité durable et l’occupation du territoire.

Par ailleurs, le président de l’UMQ demande au nouveau premier ministre de convoquer rapidement les principaux partenaires concernés à une rencontre au sommet sur les enjeux liés à la main-d’œuvre.

« La santé s’étant imposée comme l’enjeu le plus important de cette campagne électorale aux yeux de la population, le message est ainsi très clair pour le nouveau gouvernement : les Québécois·ses s’attendent à beaucoup plus de sa part et l’appellent à poser des gestes concrets pour améliorer la qualité et l’accessibilité des soins et des services destinés aux usager·ère·s.»

Pour l’APTS, le nouveau gouvernement devra faire nettement plus en matière de santé

Ainsi a réagi Carolle Dubé, présidente de l’APTS, à l’issue du scrutin provincial.

«Le gouvernement a plusieurs options pour y parvenir, a-t-elle indiqué. La plus efficace consiste à réinvestir massivement dans le réseau de la santé et des services sociaux. Après des années de difficiles compressions budgétaires, les professionnel·le·s et les technicien·ne·s du réseau ont en effet grand besoin d’une bouffée d’oxygène et de conditions améliorées pour pouvoir mieux faire leur travail et offrir de meilleurs services à la population. »

Ce scénario est d’autant plus envisageable, d’insister la présidente de l’APTS, que la situation économique du Québec a nettement pris du mieux depuis deux ans, à tel point que le gouvernement dégage des surplus significatifs susceptibles de satisfaire de nombreux besoins qui n’appellent qu’à être comblés.

«Évitons la tentation, comme c’est souvent arrivé par le passé, d’utiliser cette marge de manœuvre pour baisser les impôts au détriment de la qualité des services. Une mauvaise option malheureusement maintes fois choisie », déplore-t-elle.

Bref, il est grand temps de choisir une autre voie, préconise la présidente de l’APTS. « La population du Québec a largement payé le prix des multiples compressions budgétaires et des réorganisations qui se sont succédées à vitesse grand “V” dans le réseau de la santé et des services sociaux. Les membres de l’APTS le portent littéralement à bout de bras et croulent sous les exigences irréalistes des employeurs, qui privilégient la performance à la qualité des soins. Les Québécois·es ont voté pour un changement rapide et positif, pour l’amélioration de notre réseau », de conclure Carolle Dubé.

 

FAITES CONNAÎTRE VOTRE ORGANISATION

Je suis un texte par défaut. Cliquez sur le bouton d’édition pour me modifier. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

La Rédaction
La Rédaction
CONTRIBUTOR
PROFIL

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

Les derniers articles

Populaire en ce moment

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

facebookyoutube-icon