Le Drummondvillois Francis Boulet reçoit son bras robotisé pour Noël

Le Drummondvillois Francis Boulet reçoit son bras robotisé pour Noël
© Photo : Courtoisie Fondation Le Pont vers l'autonomie.

« Ça fait longtemps que j’en rêvais et c’est maintenant une réalité, je suis ému. Ce bras va beaucoup me faciliter la vie. » – L’artiste peintre Francis Boulet.


Victoriaville – L’artiste-peintre drummondvillois Francis Boulet a eu du mal à contenir ses larmes, le jeudi 7 décembre, lorsqu’on lui a annoncé qu’il recevra un bras robotisé d’assistance, le 13 décembre, juste à temps pour Noël.

 

Photo : Courtoisie | L’artiste-peintre drummondvillois Francis Boulet voit son rêve se réaliser.



C’est le père Noël lui-même qui a accueilli l’homme de 39 ans lors de la remise qui changera à jamais sa vie. Francis Boulet s’attendait à ce qu’on annonce simplement le bilan de la dernière vente de fromages.

C’est avec surprise et joie qu’il a compris que son rêve serait enfin réalisé. Ce bras robotisé d’assistance  lui permettra de faire la promotion de sa collection et ainsi de gagner en notoriété.

Francis a 39 ans et vit avec la paralysie cérébrale. Malgré son handicap, il vit seul dans son appartement de Drummondville. Créatif de nature, il parvient à peindre malgré son handicap physique et son art en impressionne plus d’un.

Le bras robotisé d’assistance promis lui permettra, entre autres, d’utiliser son téléphone cellulaire pour communiquer avec les amateurs d’art et les différents centres de diffusion. Son portable sera fixé sur son bras et il pourra texter à l’aide de son nez.

« Ça fait longtemps que j’en rêvais et c’est maintenant une réalité, je suis ému. Ce bras va beaucoup me faciliter la vie et me permettra d’aspirer à l’atteinte de mes rêves de devenir un artiste-peintre connu à travers le Québec et de posséder un triplex. C’est un cadeau de Noël avant le temps. Je suis vraiment heureux », a précisé M. Boulet.

En plus de lui permettre de mieux communiquer, l’outil technologique rendra la vie de Francis Boulet au quotidien beaucoup plus simple. Il pourra désormais se servir à boire et manger seul, ouvrir et fermer des portes et agripper des objets, ce qui le rendra plus autonome au sein de son domicile.

Une vente de fromages déterminante

Cette remise de bras n’aurait pas été possible n’eut été de la dernière campagne de vente de fromages fins « L’Autonomie sur un plateau », menée par la fondation Le Pont vers l’autonomie, en collaboration avec les enseignants et étudiants en vente-conseil du Centre de formation professionnelle Vision 20/20 et la Drummondvilloise Nancy Roy.

L’activité a permis la vente de plus de 850 plateaux de fromages, permettant de réunir près de 15 000 $ qui seront versées aux campagnes de financement de Francis Boulet et de Jessisca Henderson, une adolescente de Saint-Lin, dans les Laurentides.

« Les gens ne se rendent pas toujours compte que les quelques dollars investis pour l’achat de ces fromages ont des répercussions très importantes sur la vie de ces gens vivant avec des limitations motrices sévères. Pour les bénéficiaires, c’est une vie changée du tout au tout », précise le président de la fondation Le Pont vers l’autonomie, Samuel Fleurent Beauchemin.

Depuis le début de leur collaboration, il y quatre ans, Le Pont vers l’autonomie et les enseignants et étudiants en vente-conseil du Centre de formation professionnelle Vision 20/20 ont amassé suffisamment d’argent pour acheter l’équivalent d’un bras robotisé.

La campagne de financement de Francis Boulet a également été bonifiée par de généreuses contributions de la Fondation Marcelle et Jean Coutu et de la Fondation de la Famille Lemaire.

Ce dernier s’est dit impressionné par le talent artistique de son 17e bénéficiaire. Il a d’ailleurs utilisé une de ses œuvres en guise de carte de vœux qu’il enverra aux différents partenaires de la fondation au cours des prochaines semaines.

« C’est quelqu’un de super motivé et de tellement talentueux. Il est à l’image même des gens que je voulais aider lorsque j’ai créé la fondation en 2013. Ces gens ont toute leur tête, mais sont prisonniers de leurs corps. Ce sont des personnes à part entière derrière cette enveloppe qui ne fonctionne pas bien », ajoute-t-il.

Il s’agit d’une deuxième vie changée dans la région de Drummondville depuis la création du Pont vers l’autonomie, la première ayant été celle de Pierrette Vandal, en 2016. Cinq personnes ont bénéficié d’un bras robotisé au Centre-du-Québec.

La Rédaction
La Rédaction
CONTRIBUTOR
PROFIL

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

Les derniers articles

Populaire en ce moment

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

facebookyoutube-icon