La folle aventure des BB de Nathalie Roy : la biographie parfaite pour faire revivre le groupe… et la BB-mania

La folle aventure des BB de Nathalie Roy : la biographie parfaite pour faire revivre le groupe… et la BB-mania
Nathalie Roy, auteure La folle aventure des BB @ Crédit photo Martine Doyon Tous droits réservés.

DRUMMONDVILLE

Le chroniqueur du Vingt55 Jean-Sébastien Bourré s’est entretenu avec l’autrice Nathalie Roy, en janvier dernier, pour discuter de son dernier ouvrage, « La folle aventure des BB », publié fin octobre 2022 chez Québec Amérique.

Bien connue pour ses séries de romans de type chick lit « La vie épicée de Charlotte Lavigne » et « La vie sucrée de Juliette Gagnon », l’autrice Nathalie Roy ne nous a pas habitués à la biographie dans les premières années de sa carrière d’autrice. Or, en 2020, elle nous avait émus aux larmes avec son roman « J’ai choisi janvier », qui reprenait, de façon libre et romancée, avec des personnages fictifs, l’histoire de son cher papa, Guy Roy, ancien journaliste du Journal de Montréal ayant demandé l’aide médicale à mourir. Désormais, elle avait tout ce qu’il fallait pour emprunter les sentiers de la biographie.

« La folle aventure des BB » est une fascinante biographie écrite comme un roman qui se lit en chantant.

Celle qui n’a pas besoin de plus de présentation – ni qu’on lui donne sa chance, vu son impressionnante feuille de route littéraire et télévisuelle – n’était pas seule au combat pour retracer les quelque 50 années consignées d’un couvert à l’autre : elle a pu compter sur la collaboration d’Alain Lapointe, le dernier des BB, pour mettre en lumière le parcours de ce groupe mythique qui suscitait l’engouement de nombreux admirateurs – surtout des admiratrices, en n’oubliant pas Loulou…

La force de ce récit est justement qu’il n’est pas écrit comme les biographies traditionnelles : ce n’est pas le groupe qui se raconte, se perdant quelque peu dans ses souvenirs comme le font bon nombre d’artistes qui publient leurs mémoires. Le style romancé rend encore plus vivants les échanges entre ces personnages plus grands que nature. Le lecteur voit le film des événements dans sa tête et ce qui est parfait est, justement, que ce sont les BB que l’on voit revivre et que l’on entend chanter. S’il s’était agi d’un film, nous aurions sans doute jugé la performance des acteurs, le possible manque de ressemblance d’un acteur pour l’un des protagonistes, les voix quelque peu discordantes pas tout à fait sur le même ton que les vrais, etc. Or, en lisant « La folle aventure des BB », ce sont Patrick Bourgeois, François Jean et Alain Lapointe que nous voyons, en chair et en os, et entendons. La vraie Mitsou aussi, ainsi que la vraie Marie Carmen. On replonge dans nos souvenirs, dans une époque pas si lointaine, mais heureuse pour nous, le public.

Fidèle à elle-même, Nathalie Roy adopte une écriture vive, ponctuant le récit de chapitres courts et offrant un bel équilibre aux trois membres du célèbre groupe. Il n’y en a pas un pour faire de l’ombre aux autres dans ce roman biographique. Au fil des pages, nous avons vraiment l’impression d’être près des membres du groupe. À la limite, nous pourrions agir en garde du corps dans les séances de signature et les spectacles auxquels on assiste dans ce livre, en proches confidents ou, encore, en quatrième membre des BB privilégié d’être dans leur bulle durant ces moments si uniques et importants ayant marqué leur carrière et leurs vies personnelles. Or, comme Alain, nous ne serons pas parvenus à réconcilier Patrick et François avant le décès de Patrick…

« Je voulais amener le lecteur dans les coulisses de leur vie professionnelle, de leur gros succès, mais aussi de leur vie personnelle et des enjeux de chacun par rapport à leur carrière », nous a confié Nathalie Roy, l’autrice, en entrevue au Vingt55. « Je voulais montrer, aussi, comment Patrick Bourgeois négociait plus ou moins bien, finalement, à la fin de l’aventure du groupe, avec cette image de superstar, de sex-symbol… »

Pour l’autrice, il était important, plus que tout, de faire revivre cette époque à travers le parcours des BB.

Les plus jeunes seront peut-être surpris par certains faits. Pensons, par exemple, à Patrick qui, en début de carrière, tandis qu’il avait une femme et un enfant, a dû, à la demande de son imprésario, jouer au gars célibataire pour vendre du rêve à ses admiratrices… Même chose pour les deux autres membres du trio.

« Les BB ont été un phénomène assez exceptionnel, d’après mes entrevues et mes rencontres avec les gens du milieu », a expliqué Nathalie Roy. « Je n’ai pas seulement rencontré des proches, mais aussi des gens comme Mike Gauthier et Geneviève Borne, qui ont une expertise de la musique au Québec, pour avoir un contexte… C’était un phénomène unique. On n’a pas vu cela souvent, cette « bébé-mania », cette « mania » envers des groupes québécois. En show et dans les coulisses, en signant des autographes, ils étaient tous les trois très, très aimés des gens. »

Questionnée sur ce qui l’avait inspirée à écrire une biographie sur le célèbre groupe dont les chansons sont encore très populaires de nos jours, Nathalie nous a répondu qu’il s’agissait plutôt d’un cadeau qu’on lui a fait.

« Ça m’a été offert comme un cadeau auquel je ne m’attendais pas du tout. Si ça avait été la biographie d’un économiste, d’un politicien, j’aurais refusé. J’ai accepté parce que je savais que c’était une histoire riche en rebondissements, qui avait une courbe dramatique intéressante. Ils ont vécu pauvrement au début de leur carrière, puis ils ont connu une montée en flèche, suivie d’une séparation de groupe difficile. Il y a eu la chute des trois, puis la réconciliation. La deuxième carrière a été très importante, elle a duré neuf ans. Ensuite, il y a eu des chicanes, puis deux décès, survenus avec des peines d’amitié. Ces gars-là se sont beaucoup aimés et malheureusement, ça s’est terminé comme ça. »

Avec Alain Lapointe comme collaborateur, y avait-il un certain danger à ce que le livre soit teinté de sa vision du groupe, de sa version des histoires du groupe?

« C’est une très bonne question! Il a fallu que j’établisse dès le départ avec Alain, qui est un gars super sweet, intelligent, et qui comprend ce qu’est un succès, que je souhaitais écrire l’histoire des BB. Je lui ai dit : « je te consulte, mais il y aura autant de passages sur toi que sur Patrick et François. » Tout au long du roman, j’ai essayé d’avoir un peu de la vie de chacun. Comme ils venaient de milieux très différents, je trouvais ça doublement intéressant. Alain a lu les chapitres, mais il était surtout là pour me conseiller sur les éléments techniques. Moi, j’avais de la misère à différencier une guitare d’une basse, au début (rires). Alain a été très utile, ainsi que le frère de François, Marc, qui est aussi un musicien, pour m’aider à comprendre la musique et comment ça se faisait à l’époque, et valider certaines informations. La majorité des informations et des tranches de vie que je raconte sont racontées parfois par Alain, parfois par d’autres personnes. La rencontre entre Patrick et Mélanie, il n’y a eu qu’une seule personne pour me la raconter, et c’est Mélanie. »

À propos des comportements des admirateurs, dans le roman, sont-ils tous inspirés de faits réels ou a-t-on romancé davantage cette partie? Questionnée à propos de cette admiratrice qui avait, dans sa sacoche, lors d’une séance de signature d’après concert, une paire de ciseaux pour couper la mèche de l’une de ses idoles, voici ce que l’autrice avait à nous dire :

« Ils se sont déjà fait couper une mèche ici et là… En fait, j’ai réuni dans quelques fans tout ce que j’ai pu rassembler de témoignages. Ces personnages sont fictifs, mais pas les situations. J’ai lu des lettres, aussi. Les lettres que je cite dans le livre, elles existent. J’ai condensé certaines choses dans les chapitres pour donner une idée de ce que le trio a vécu au fil des ans. Il y a donc vraiment eu des admiratrices qui leur ont coupé des mèches de cheveux, d’autres qui étaient accrocs à vouloir vivre une aventure avec les trois membres du groupe… Le garde du corps à qui j’ai parlé, et qui fait partie du livre, me disait que les filles s’évanouissaient et qu’il devait les ramasser… Les fans n’avaient pas de limites. D’habitude, on respecte notre vedettariat, au Québec, on fait attention… mais pas pour eux, ils étaient complètement assaillis! En France, ils se faisaient courir après! »

Dans le roman, la retranscription d’une entrevue de Nathalie Petrowski avec le chanteur du groupe, Patrick Bourgeois, nous permet de constater que le groupe faisait face à une certaine incompréhension de la part de chroniqueurs culturels. Les questions de Mme Petrowski, dans cette entrevue, très directes, sont déroutantes pour le chanteur, à la limite du manque de respect, même. Le lecteur se sent aussi inconfortable que lui. En quoi était-il pertinent d’utiliser ceci?

« Je trouvais important de l’inclure, parce que les BB ont été snobés par une certaine élite du milieu. Ils ont eu à prouver qu’ils étaient capables de chanter, ce dont plusieurs doutaient. Alors c’était important pour moi de montrer leur résilience, mais à quel point ça affectait les gars aussi. Ils voulaient divertir, s’amuser et avoir du fun. Quand Nathalie Petrowski s’acharne – parce qu’elle s’acharne – à vouloir faire dire à Patrick qu’ils n’ont pas de message, qu’ils n’ont pas grand-chose à dire et que leurs chansons ne servent pas à grand-chose, ça se retourne un peu contre elle… Patrick assumait totalement d’être un chanteur de chansons populaires. Les BB avaient de belles chansons, des vers d’oreille, dont tout le monde se souvient aujourd’hui. »

L’utilisation de cette retranscription pourrait-elle être vue comme un manque de délicatesse envers Mme Petrowski, surtout considérant que bon nombre de journalistes présents dans le livre sont des personnages fictifs, comme les admirateurs?

« Je crois que Nathalie Petrowski assume très bien ce qu’elle a fait dans le passé », nous a simplement répondu l’autrice. Puisqu’il s’agit d’une biographie du groupe, il est tout naturel d’utiliser des archives disponibles et libres de droits pour illustrer la vie du groupe.

En conclusion, l’autrice explique que les BB, « c’est notre histoire, notre mémoire, à nous, les Québécois. Ils ont pavé la voie à plein d’autres groupes pop rock, au Québec. C’étaient des gars qui faisaient de la bonne musique. On les écoute encore aujourd’hui. C’était important, selon moi, de leur rendre hommage. »

Et on ne peut que lui donner raison. Cet hommage, le groupe y a droit dans ce livre magnifiquement écrit.

Cet excellent livre pourrait par ailleurs être prochainement adapté pour la télévision, nous a confié Nathalie, en fin d’entrevue. On le souhaite grandement à cette autrice de talent, mais aussi pour faire découvrir, ou redécouvrir, ce groupe ayant marqué l’histoire musicale du Québec. Si vous ne lisez pas ce livre, vous ne saurez jamais…

« La folle aventure des BB », de Nathalie Roy, en collaboration avec Alain Lapointe, préface de Mitsou Gélinas, éditions Québec Amérique, 320 pages

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

Les derniers articles

Faits divers

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

facebookyoutube-icon

Installez l'appli Vingt55

Installer l'appli Vingt 55
×