Mario Roy ne peut plus commettre d’actes réservés aux membres du barreau

Mario Roy ne peut plus commettre d’actes réservés aux membres du barreau
Mario Roy aurait exercé illégalement la profession d’avocat en laissant croire qu’il en était autorisé. | © Photos Éric Beaupré | TOUS LES DROITS RÉSERVÉS.

L’homme se décrit comme un enquêteur anti-corruption de la DPJ


| DRUMMONDVILLE | Mario Roy, qui prétend aider des familles aux prises avec la DPJ, doit cesser de commettre des actes réservés aux avocats jusqu’à ce que la demande d’injonction permanente du Barreau du Québec soit entendue.

Le juge Jean-Guy Dubois a ordonné à Mario Roy de cesser de mener des actes réservés aux membres du Barreau du Québec, le temps d’entendre l’injonction permanente demandée par cet ordre professionnel.

De novembre 2016 à mars 2017, M. Roy aurait exercé illégalement la profession d’avocat en laissant croire qu’il en était autorisé.

L’individu, qui se présente comme un «enquêteur privé en corruption judiciaire», dit avoir appris le droit de façon autodidacte, dans les livres. Depuis, il aurait produit des avis juridiques, rédigé des procédures pour la Chambre de la jeunesse, etc.

Roy a fondé le Centre d’entraide familial l’Unité, situé sur la route à Caya à Wickham. L’organisation veille aux droits des enfants et parents qui transigent avec la DPJ.

Lorsque M. Roy témoignait au palais de justice de Drummondville, en mai dernier, la salle d’audience était remplie de supporteurs.

Il contrevient à la Loi

Roy s’est lancé dans cette mission à la suite de travaux communautaires de nature juridique qu’il aurait été autorisé, selon lui, à exécuter. Or, le juge Dubois de la Cour supérieure a une compréhension différente du dossier, car «nulle part (…) on lui permet de faire des procédures judiciaires», fait-il valoir.

Le juge a également rejeté la requête d’arrêt de procédures de M. Roy, celle visant à rendre anticonstitutionnel l’article 128.1 a) et b) de la Loi sur le Barreau ainsi que les compensations financières qu’il exigeait.

Dans une déclaration assermentée de Me Marie-Soleil Guérard, avocate de Drummondville, Mario Roy lui a confirmé avoir monté le dossier de deux de ses clients et qu’il en était fier.

Une vidéo publiée en novembre 2017 sur youtube.com permet d’entendre M. Roy, où il dit «agir contre des intervenants de la DPJ». Il explique l’aide offerte aux familles, que ce soit en analysant leur dossier, en leur montrant les procédures juridiques et en leur enseignant les règles de droit.

«

Il est clair que monsieur Roy contrevient à la Loi sur le Barreau du Québec.

»

Le juge Jean-Guy Dubois

Jusqu’à sa mort

Roy a fait d’autres déclarations sur une vidéo diffusée sur youtube.com et qui ont été présentées au Tribunal.

«Le Barreau du Québec, c’est eux la vraie mafia. Faire une affaire, faire des lois en disant que c’est juste eux autres qui peuvent les faire, qui peuvent les faire respecter et qui ont le droit de faire des procédures. (…) Bref, faire des lois comme ça pis dire que c’est juste eux autres pour voir le monopole de détruire des gens, d’la merde esti, je vais vous affronter jusqu’à ma mort s’il le faut, mais on va y aller devant les tribunaux (…) ça c’est clair pis ce dossier-là je suis prêt à le monter en Cour suprême», a lancé M. Roy, qui pourrait devoir payer plusieurs milliers de dollars d’amendes.

La procédure en injonction permanente suit son cours. Une conférence en gestion avec la juge Lise Matteau était prévue ce 18 juin 2018. Par ces requêtes, le Barreau du Québec veut assurer la protection du public et faire respecter le code des professions.

La Rédaction
La Rédaction
CONTRIBUTOR
PROFIL

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

Les derniers articles

Populaire en ce moment

Suivez-nous sur les réseaux sociaux:

facebookyoutube-icon